Des clients crient à l’arnaque : La Bank of Africa sur des chemins tortueux

5

En plus des salaires qui sont souvent faits en retard à la BOA, des voix s’élèvent de plus en plus pour décrier la gestion catastrophique faite des guichets automatiques et de la nouvelle carte dite Sésame. Du coup, ce sont des clients qui crient à l’arnaque et certains se demandent encore si la BOA ne tient plus que par sa réputation d’antan.

 

Si dans un passé récent les guichets automatiques de la Bank of Africa était une référence au Mali, d’où la ruée des enseignants, aujourd’hui, ça gronde du côté des clients qui n’arrivent pas à comprendre le mauvais comportement de la banque.

Le premier point qui fâche est la difficulté des clients à être en possession de leurs sous à temps. C’est le cas de cet internaute très remonté contre la banque qui après avoir fait plusieurs tours dans les guichets automatiques laisse éclater sa colère sur la toile : “Au début je pouvais faire des opérations dans les guichets automatiques de toutes les banques du Mali. Aujourd’hui, je suis obligé de consommer 5000 F CFA pour retirer 10 000 F CFA dans un guichet automatique fonctionnel de la BOA. Qu’est-ce qui vous arrive ? Mon employé met du temps à me payer et quand c’est fait vous tardez à me rendre mon argent, surtout les week-ends.  Est-ce que vous allez changer ?”

Ce post sur Facebook précède un autre qui disait d’une manière ironique que “les guichets automatiques de la BOA sont hors service tout le temps, désormais il faut virer mon salaire à Nyesigiso ou sur Orange Money”.

 

La carte  Sésame, une nouvelle forme d’escroquerie

Problème de réseau dans les guichets, c’était la plainte de beaucoup de clients de la BOA la semaine passée. Même si on a manqué d’intermédiaire au sein de l’établissement pour nous expliquer les réelles causes de cette perturbation, M. S., un homme très proche de la structure nous a confié ceci : A chaque fois qu’une banque traverse des moments de trésorerie, c’est la méthode appliquée pour que les clients ne s’en rendent pas compte. Sinon, c’est un agent de la boite qui m’a confié ça. Et à chaque fois que c’est le cas, je préfère anticiper avant qu’un problème ne m’arrive”.

Contre toute attente, les clients de la BOA ont été surpris de recevoir des messages les invitant à aller se procurer leurs nouvelles cartes gratuitement. Mais seulement les clients doivent s’attendre qu’il leur soit facturé dans les jours à venir.

Le hic est que dans toutes les autres banques de la place, l’acquisition de ces cartes n’est pas une obligation et se fait à la demande du client. Alors pourquoi à la BOA on fait sortir les cartes sans le consentement des personnes concernées ? Que se cache-t-il derrière cette nouvelle méthode propre seulement à la BOA ?

Abdourahmane Doucouré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Je voudrais apporter mon témoignage contre la BOA dont je fus client de 1999 à 2018. Avant Février 2017 je n’ai eu aucun motif de plainte contre cette banque, cependant dans la seconde quinzaine de février 2017 j’ai voulu effectuer un retrait au guichet BMS sis au terminus de Banankabougou et tous mes problèmes sont partis de là.
    J’ai effectué une demande de 100, 000 FCFA que le DAB n’a pas effectué en me donnant le message « opération annulée ». Toute de suite après j’ai effectué une autre opération de 50,000 FCFA car mon véhicule était en panne et je voulais le réparer afin de pouvoir me rendre à mon travail. Ayant reçu le même message du DAB, j’ai contrôlé mon solde pour me rendre compte que les deux prélèvements avaient été effectués. Je me suis retrouvé sans argent et avec mon véhicule toujours en panne.
    Je me suis rendu, séance tenante, au siège de la BOA où mon compte avait été crée pour signaler mon infortune. Une semaine après et après plusieurs allers-retours, la banque m’a restitué les 150,000 indûment prélevés sur mon compte. Cependant ma surprise a été terrible de me rendre compte que cette somme a été encore prélevée sur mon salaire de mars 2017 au motif que c’était une correction obligatoire effectué par leur logiciel de gestion. Pour être remis dans mes droits j’ai du payer 40,000 FCFA a un agent pour la contrepassation de cette écriture. Je n’étais pas encore au bout de mes peines car la BOA m’a encore notifié une écriture de retrait de 200,000 FCFA non pris en compte et datant de Septembre 2016.
    Cela, je n’ai pu le supporter. J’ai renoncé à la carte SESAME en ce mois de septembre 2017 pour effectuer mes retraits à partir de mon chéquier. En janvier 2018 j’ai encore reçu une notification d’Operations de retrait par DAB non-prises en compte sachant que j’y ai renoncé 4 mois plus tôt. Là, j’ai déposé une demande de fermeture de compte. Voici les préjudices que j’ai subi à la BOA avant de la quitter.
    Pendant cette période j’ai rencontré d’autres client qui avaient les mêmes problèmes que moi et certains couraient derrière leur argent depuis plusieurs années.

  2. C’EST VRAI, LA BOA EST UNE BANQUE QUI VOLE CES PAISIBLES CLIENTS. MOI JE TEMOIGNE QUAND JE QUITTAIS LA BOA, LES AGENTS DE SEVARE M’ONT VOLE

  3. Bonjour M Doucouré,
    je suis enseignant à la retraite et je temoigne ce que vous venez dire. C’est seulement la semaine passée que j’ai reçu un message m’informant que je dois prendre une nouvelle carte. Pourtant cela fait des années que j’avais dit que je ne suis pas partant pour les cartes car je ne saurais garder mon argent mais la BOA s’en fiche et veut nous exiger à avoir cette carte. Histoire de gagner de l’argent

  4. Très bel article. Je suis un client de la BOA mais je vous jure que cette banque nous vole. On nous fait adherer à une sorte de carte sans nous aviser

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here