Emprise de la route Bamako-Ségou : Les occupants sommés de déguerpir

0

Le gouvernement a sommé les personnes installées illégalement dans les emprises de la route Bamako-Ségou de les libérer immédiatement. Dans un communiqué rendu public, vendredi, le ministre des Transports et des Infrastructures dit “constater que les emprises libérées dans le cadre des travaux de construction de la route Bamako –Ségou et rappelé que « les personnes dont les biens ont été touchés ont été indemnisées, conformément à la loi domaniale et foncière ».

Le communiqué s’est fait plus explicite : l’autorisation et la déclaration d’utilité publique des travaux comportent l’interdiction d’occuper les emprises. « Il est dès lors fortement interdit de construire dans les emprises réservées à la réalisation de la phase 2 de la route Bamako-Ségou

Conscient de sa continentalité, le Mali dès son accession à l’indépendance a accordé une importance particulière à la construction d’infrastructures routières pour assurer son désenclavement intérieur et extérieur.

Le réseau routier malien s’est énormément densifié ces dernières années et le dynamisme des autorités maliennes en quête de financement pour étoffer le réseau routier du pays a été récompensé par la république Populaire de Chine qui a octroyé au Mali un prêt de 182 Milliards de F CFA pour la réhabilitation et la transformation du tronçon Bamako-Ségou de la route nationale RN°6 en autoroute moderne de 2×2 voies sur 227 km environ.

La route Bamako-Ségou est un tronçon du projet de l’autoroute régionale Bamako-Ségou-Bla-Koutiala-Faramana-Bobo Dioulasso (694 km) initié par les Etats membres de la CEDEAO. Elle sera donc aménagée dans une géométrie et dans une structure similaire conformément au profil en travers type de la CEDEAO. L’autoroute Bamako-Ségou sera réalisée en deux phases : réhabilitation de la route existante en 1x2voies, puis construction d’une nouvelle route en 1x2voies. Ces deux routes séparées d’un terre–plein central de10m formeront à la fin du projet l’autoroute de 2x2voies Bamako –Ségou.

Le code domanial et foncier malien datant de 2000, stipule que toute personne victime de perte ou de destruction de sa propriété du fait d’un projet quelconque doit être indemnisée, une disposition qui s’applique aux détenteurs des propriétés situées le long de la route Bamako-Ségou.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here