Bamako : Les membres du CILSS capitalisent les enquêtes de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du P2RS

0

La capitale malienne a abrité,  du 26 au 27 juillet dernier,  la réunion de la capitalisation des enquêtes conjointes sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des pays sahéliens membres  du Comité inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel le Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS).

Les participants à cette réunion  de deux jours de Bamako étaient venus du Burkina Faso, Gambie, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad. La rencontre sur la capitalisation des enquêtes conjointes sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle étaient présidée par le secrétaire permanent du CILSS au Mali, Namory Keïta, représentant le ministre du développement rural du Mali, qui avaient à ses côtés le directeur adjoint  du secrétariat exécutif du CILSS, Dr Paul Ouédrago.

D’emblée, le président de la séance le Malien, Namory Keïta, a déclaré que les résultats d’analyse sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle  de la région du sahel laissent apparaitre une récurrence de crise.  Des chiffres annoncés par le PREGEC en juin 2021, selon lui,  font état de 27 millions de personnes  en sécurité alimentaire et nutritionnelle.  C’est dans ce cadre, poursuit le secrétaire permanent du CILSS au Mali, le Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS)  a été lancé pour  contribuer à réduire la pauvreté et à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel.

Financé en 2016  par la  BAD et coordonné par le CILSS  pour  durée de 20 ans,  le P2RS a élaboré avec la Task Force Nutrition du comité technique du cadre harmonisé un document de référence  pour aider les pays membres à collecter les données de nutrition dans des enquêtes pérennes sur la sécurité alimentaire.  « Elles permettront d’assurer  la disponibilité d’informations nutritionnelles pertinentes et de qualité pour l’analyse de l’insécurité nutritionnelle et alimentaire avec  l’outil du cadre harmonisé », a indiqué Namory Keïta

A travers ces enquêtes,  le programme ambitionne de toucher directement environ 800.000 petits exploitants dans le secteur agro-forestier, pastoral et halieutique des 7 pays de la première phase : Burkina Faso, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad.

Il faut noter que la stratégie de développement de la résilience est axée sur le développement du pastoralisme, de l’irrigation, et des marchés régionaux d’intrants et de produits agricoles ainsi que le renforcement de capacités d’intervention des institutions privées, publiques et communautaires du secteur agricole.

Ce document de référence  ainsi élaboré devrait  servir de  répondre aux attentes des acteurs et des partenaires de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (SAN) pour une meilleure collecte des données dans les enquêtes agricoles ou les enquêtes de sécurité alimentaire. C’est pourquoi  la rencontre de  Bamako a été indiquée pour  les acteurs et les partenaires  afin d’apprécier et de capitaliser les résultats des enquêtes conjointes SAN.  Elle a été mise à profit pour  vérifier également  la conformité de la démarche proposée par le guide au niveau de la taille de l’échantillon et de l’implication des parties prenantes. Surtout  des échangés ont été engagés  sur les difficultés techniques rencontrées pour le respect de la démarche proposée par le guide pendant les enquêtes réalisées.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here