Selon le ministre Boubou Cissé : Près de 50 000 fonctionnaires maliens sont payés grâce aux retombées des mines

3
Nouvelle ère minière au Mali
Le ministre des mines, Boubou Cissé

« La place de l’or dans l’économie du Mali », c’est autour de ce thème que s’est réalisé le 5ème numéro de l’émission  radiodiffusée « Le grand débat économique ». Etaient accueillis sur ce plateau, les ministre Boubou Cissé en charge des  mines et le Pr. Abdoulaye Niang, universitaire, directeur du Centre de recherche et d’études stratégiques « Sènè ». Les débats ont été fructueux.

De prime à bord, le ministre Boubou Cissé, appelé à faire l’état de lieux des mines au Mali, indiquera  que le Mali compte à la date d’aujourd’hui une dizaine de  mines d’or. Ces dix mines d’or, précise-t-il, sont réparties entre les trois régions actuellement génératrices que sont les régions de KAYES, Koulikoro et Sikasso.

Parmi ces 10 mines, 2 ou 3 vont certainement fermer  dans les deux prochaines années à venir, a aussi indiqué le ministre Boubou Cissé. Selon lui, le Mali produit en moyenne 45 à 50 tonnes d’or par an avec ces 10 mines d’or. Ce qui fait de notre pays le premier producteur  d’or dans la zone UEMOA et le  2ème dans la zone CEDEAO après le Ghana.

A en croire le ministre, l’après-mine se prépare bien au Mali : « A coté des mines en production, il y a beaucoup de titres miniers qui ont été attribués ces 15  dernières années ». Il estime que 500 à 600 titres miniers déjà attribués dont 95% sont des titres aurifères.

« Le Mali est premier  producteur d’or dans la zone UEMOA et 2ème dans la zone CEDEAO. Dix mines ce sont des emplois.  Mais est-ce que les ménages maliens, les opérateurs économiques, les industriels, ont une capacité de rétention  de cette richesse. La réponse est non ». Réaction du Pr Abdoulaye Niang, l’autre invité du débat.

Pour Pr Abdoulaye Niang, seulement le Mali brille  sur la carte de production : « Ce Mali qui brille sur  la carte de production, se noircit sur le plan de développement humain » a-t-il dit. Il a aussi dénoncé  le fait  que l’administration malienne  ne profite que de 20%  de production  des dix mines et 0% pour les ménages. Pour lui, il y une mauvaise  gouvernance  économique  que l’Etat doit réparer. Il a pris exemple sur le cercle  de Kénièba qui abrite 4 mines d’or. Selon le Pr Niang, dans cette localité, les populations sont en manque de tout : Routes, eau potable, centres de santé…

Au ministre Boubou Cissé de répliquer que ces dix  mines d’or  sont une chance pour le Mali à travers leurs retombées. Ces retombées, dit-il, vont d’abord au gouvernement central à travers les taxes et dividendes. Puis, toujours selon le ministre les retombées vont aux collectivités territoriales à travers les programmes de développement. A en croire  le ministre  Cissé,  près de 50 000 fonctionnaires maliens sont payés  grâce aux retombées des mines. En plus de cela, explique-t-il, les mines allouent des fonds à des collectivités : « Par an, 1 milliard de FCFA est octroyé par les mines à la commune de Sitakili dans le cercle de Kéniéba », a déclaré-t-il déclaré à titre illustratif.

En termes d’emplois, explique le ministre Cissé, les dix mines emploient 17.000 personnes dont plus de 50% viennent directement  des collectivités dans lesquelles les sociétés sont installées. Toutefois, le ministre Boubou Cissé a précisé que  les mines ne sont pas là pour développer le pays à la place de l’Etat.

La sixième édition des journées  minières et pétrolières  débute le 17 nombre prochain. Le ministre   Boubou Cissé a indiqué que ses assises permettront de fournir quelques pistes pour accroitre la contribution des ressources minières à l’économie nationale.

Djibi Karim

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. BONSOIR, JE PENSE QUE NOUS AVONS TOUJOUR ETE TEMOINS DE CE GENRE DE DISCOURS TENU PAR NOS AUTORITES A L’EGARD DE NOS INTERETS VIS A VIS DU SECTEUR MINIER. CELA FAIT BIEN LONGTEMP QU’ILS SE TIENNENT DES DISCOURS QUI SOUTIENT LE MANQUE D’EFFORT DES SOCIETES MINIERES VIS A VIS DE NOS REGIONS MINIERES, EST CE PARCEQU’ILS ONT TOUCHER DE POT DE VINS? EN CE COMPARANT AU AUTRES PAYS MINIERS NOUS POUVONT CONSTATER L’ENORME DIFFERENCES ET L’ENORME RETARD QUE NOUS AVONS FASSE AU AUTRE PAYS MINIER SURTOUT COMPTE TENU DE NOTRE POSITION DANS CE DOMAINE. EN OBSERVANT L’HISTORIQUE DE NOTRE PAYS, ET MEME CETTE JOURNEE OU TOUT LES PREDECESSEURS DE MONSIEUR BOUBOU CISSE ETAIENT PRESENT NOUS SOMME CONFRONTER A DES MINISTRES QUI NE SE SONT PAS SOUCIER DE L’AVANCER DE NOTRE PAYS NI DE NOS POPULATION MAIS DE LEURS PROPRES INTERETS.

  2. 1 milliard pour commune de sitakily, je suis vraiment désolé pour cela car à TABAKOTO un gros village de sitakily à lui seul qui abrite deux mines souterraines et sels ouverts : 20 litres est de 25f , location une chambre est de 10.000f/mois, il y’a pas de sucre à 50f plutôt 100f. l’electricité y est que 4 heures par jour avec des coupures incessantes malgré tout à la fin du mois le montant de la facture est impayable; Monsieur le ministre tu y as été mais tu n’as même pas reçu les populations concernés donc dites nous ou sont utilisé les 1 milliard?

  3. boubou tes arguments ne sont pas convaiquants les collectivités ont assez plus de problèmes ave les mine qu’elles n’en profitent , rensignez vous au lieu de tenir des propos qui ne pas justes je suis plutot d’accord avec le professeur je pensais que tu avais plus d’informations que lui mais hélas

Comments are closed.