Conseil Malien des Chargeurs : Le fauteuil d’Ousmane Babalaye Daou mis en jeu

0

Le vieil Ousmane Babalaye Daou dirige sans partage le Conseil malien des chargeurs depuis plusieurs années. Son mandat étant terminé il y a longtemps, il doit se résoudre à mettre son fauteuil en compétition. Mais le renouvellement de cette chambre consulaire a pris du retard alors que de nombreux chargeurs affichent leurs ambitions de tourner la page Babalaye.

Selon des sources proches du secteur des transports, une coalition de chargeurs a décidé de soutenir la candidature d’un homme issu d’une communauté dont les membres sont influents dans le secteur privé malien. Ils sont propriétaires de la plupart des entreprises de transport des marchandises au Mali.

Ceux qui veulent débarquer Ousmane Babalaye Daou du Conseil malien des chargeurs sont impatients de voir le ministre des Transports fixer la date de l’élection consulaire. Selon beaucoup d’entre eux, le CMC est l’une des rares chambres consulaires dont le bureau n’est pas renouvelé malgré la fin du mandat du bureau sortant. Le nouveau gouvernement pourrait décider bientôt d’agir dans ce sens après le conseil des ministres du 25 juin 2021 qui a pris un décret pour modifier le mode d’élection qui a porté Ousmane Daou à la tête de la chambre consulaire.

Ainsi, sur le rapport du ministre des Transports et des Infrastructures, le conseil des ministres a adopté un projet de décret portant modification du décret n°99-426/P-RM du 29 décembre 1999 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement du Conseil malien des chargeurs. Selon le gouvernement, le CMC a été créé par l’Ordonnance n°99-036/P-RM du 23 septembre 1999, avec pour mission l’organisation et la représentation professionnelle des chargeurs.

Son organisation et ses modalités de fonctionnement sont fixées par le décret n°99-426/P-RM du 29 décembre 1999. L’application de ce décret a révélé des insuffisances relatives notamment au mode d’élection des membres consulaires qu’il convient de corriger. Le projet de décret adopté corrige ces insuffisances en remplaçant le mode de scrutin uninominal par le mode de scrutin de liste comme mode d’élection des membres de l’assemblée consulaire du Conseil malien des chargeurs.

Le processus doit s’accélérer, d’autant plus que les chargeurs sont appelés à jouer un grand rôle dans l’approvisionnement du pays qui connaît une flambée des prix sur les marchés. La vie chère qui inquiète la population pourrait être combattue avec l’implication des chargeurs qui sont incontournables dans le ravitaillement du pays en produits de première nécessité.

Nampa KONE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here