ELECTION AU CMC : La fraude a triomphé !

0

Le Président sortant du Conseil Malien des Chargeurs, Amadou Djigué, conformément aux dispositions en vigueur à l’élection des membres consulaires du Conseil Malien des Chargeurs, a demandé l’annulation pure et simple des résultats des élections au CMC au niveau du district de Bamako. La décision du tribunal administratif qui avait écarté le candidat Ousmane Babalaye Daou, pour défaut de qualité n’a pas été respectée. Qui est derrière la mascarade électorale qui a accepté que OBD prenne part aux élections des membres consulaires du CMC?rn

Par Zhao Ahmed Bamba

rn

Plusieurs arguments nous font dire que les dernières élections des membres du CMC au niveau du district sont entachées de grandes fraudes électorales orchestrées par Ousmane Babalaye Daou et ses lieutenants invisibles de la commission d’organisation des dites élections consulaires. Il faut signaler que l’inscription de Ousmane Babalaye Daou sur la liste des candidats aux élections des membres de l’Assemblée Consulaire du Conseil Malien des Chargeurs a été annulée pour défaut de qualité requise ce, conformément aux dispositions de l’article 02 du décret N°99-426/P-RM du 29 décembre 1999. Le gouverneur du district de Bamako, premier responsable de la commission d’organisation au niveau de la capitale, en mettant en place la « CO » n’a pas cru bon, ou du moins, n’a pas tenu compte de la décision de la justice. En décidant de marcher sur ladite décision, le Gouverneur du district selon des témoignages, aurait même déchiré une copie de la décision rendue par la justice et qui était affichée devant la salle du bureau de vote, le jour même du scrutin.

rn

Un deuxième fait frappant lors de ces élections : la même commission d’organisation a ignoré avec mépris  la décision du Ministre en charge de l’Equipement et des Transports fixant les dates de clôture des listes électorales et des listes de candidatures des membres consulaires en prélude à ces élections à l’Assemblée Consulaire du Conseil Malien des Chargeurs dans le District de Bamako. En rappel de l’article premier de la décision ci-dessus citée, les listes électorales et de candidatures sont arrêtées par la commission électorale du District,  le mercredi 07 février dernier à minuit. Avec le constat par un constat d’Huissier, la Commission Electorale a laissé les inscriptions se poursuivre 24 heures plus tard, c’est à dire jusqu’au jeudi 08 février 2007 à 01 heure du matin. Toute chose qui a occasionné l’inscription d’environ 130 personnes au delà  du délai fixé conformément aux dispositions en vigueur. Ces personnes frauduleusement inscrites en faveur du camp de Ousmane Babalaye Daou ont pris part au vote, piétinant tous les textes en la matière et du coup, faussant les règles du jeu. La question que les uns et les autres se posent en ce moment est la suivante : pourquoi la commission a-t-elle commis une telle faute en violant d’une façon flagrante la loi ?

rn

Comment peut-on observer un refus catégorique d’obéir et d’appliquer les lois et les règlements du pays ? Que dire alors des faux bulletins et frauduleusement imprimés par la  commission d’organisation en lieu et place du Conseil Malien des Chargeurs ? Il ressort que les bulletins confectionnés par la commission l’ont été de façon artisanale dans une sauce salée d’imprimerie qui se trouverait dans les confins du quartier Banconi Salembougou de Bamako. Pourquoi alors confectionner 1000 bulletins, quand on sait que le besoin exprimé était de 300 ? Toute mascarade qui nous amène à douter fort du bon déroulement de ces élections au CMC. La fraude, il faut le dire était au rendez-vous de cette élection des membres consulaires du Conseil Malien des Chargeurs au niveau du District de Bamako. C’est l’avis de plusieurs acteurs du secteur économique de notre pays lesquelles soupçonnent la main cachée du Gouverneur Ibrahima Féfé Koné du District de Bamako. Ce fonctionnaire aurait mis en place la commission d’organisation en ignorant tous les textes et lois en vigueur.

rnAvec toutes ces mascarades électorales, le scrutin relatif à l’élection des membres  de l’Assemblée Consulaire du Conseil Malien des Chargeurs pourrait et doit  être annulé. Tout de même, il y a lieu de dire que la principale victime de ce jeu orchestré par plusieurs mains cachées est sans nul doute, le président Amadou Djigué, qui aura permis au CMC d’être crédible tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Si les choses se passaient normalement, Amadou Djigué ne devrait pas perdre ces élections consulaires au CMC. Mais un constat amer nous amène à dire qu’il est bien temps pour nous Maliens de tourner les pages des élections truquées et des impositions de candidats à la tête de nos associations et organisations publiques. Le Président Amadou Djigué qui a confiance en la justice de son pays a décidé de se ranger derrière cette dernière.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER