Le ministre Ibrahim Abdoul Ly à l’Anaser : “Il est temps d’arrêter de tricher avec le contrôle technique”

2

Au CMTR, le ministre Ibrahima Abdoul Ly et sa délégation ont mis le cap sur l’Anaser. Tout comme au CMTR, le ministre a suivi avec attention, les explications données par le directeur de ce service sur les missions de cette en question.

Dans son exposé sommaire le premier responsable de cette agence a expliqué les grands chantiers de sa structure dans la lutte contre l’insécurité routière. S’agissant des résultats, il a révélé qu’une réduction de nombre de tué a été constatée sur nos routes, passant de 801 morts en 2017 à 613 décès en 2018. En termes de projet, il a rappelé la formation des conducteurs de bus, de semi remorque, des campagnes de sensibilisations des jeunes sur le port du casque.

Dans ce service, le ministre Ibrahima Abdoul Ly a surtout insisté sur la sécurité de nos compatriotes sur les tronçons tout en déplorant le nombre de morts sur nos routes. C’est pourquoi, il a demandé à l’Anaser de jouer sa partition pour le renversement de cette tendance.

“Pour preuve, le véhicule qui a fait l’accident dans la forêt de la Faya occasionnant 24 morts avait les pneus lisses le jour de l’accident, mais par contre le jour du contrôle technique vous allez trouver ce même véhicule en très bon état. Pour la simple raison que pour passer le contrôle technique, certains chauffeurs vont prêter des pneus, la boite à pharmacie, des essuies glaces… Et une fois le contrôle technique terminé, ils restituent tous ces matériels. Ceci ne peut pas continuer, c’est vraiment envoyer nos concitoyens à la boucherie. Il faut qu’au niveau de l’Anaser, vous vous déplacez au sortir des grandes villes, en relation avec la police, la gendarmerie pour voir l’Etat des véhicules en inspectant les pneus et autres choses”, a proposé le ministre. Il a aussi émis l’idée que les motos soient désormais vendues avec les casques. Que le coût du casque soit inclus dans le prix de la moto.

Pour les campagnes de communication s’agissant du port du casque et les accidents de la route, le ministre a demandé à l’Anaser de communiquer beaucoup plus sur les réseaux sociaux, de parler surtout des morts, les tranches d’âge et le nombre de tués sur les routes afin d’amener nos concitoyens à changer de comportement.“Car chacun de nous a perdu un proche dans un accident de circulation”, a fait savoir le ministre Ibrahima Abdoul Ly.                   

  Kassoum Théra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Encore un ministre qui n’a pas assez d’idée sur l’envergure du probleme de la circulation routière au Mali. Sinon ses premiers actes d’une drastique reforme serait de commencer par démanteler et limoger les DGs de toutes ses structures et incompétentes bidon: “ANASER”, “AGEROUTE”, ” AUTORITÉ ROUTIÈRE” au profit d’une nouvelle Agence Nationale Moderne et Intégrée de ROUTES. Les budgets de 3 prochaines années des structures démantelées pourront amplement servir a financer le début des projets d’ INFRASTRUCTURES DU TRANSPORT COMMUN URBAIN…. élargissement des artères pour faire place aux lignes exclusives d’autos bus urbains, afin de réduire le nombre des motos de la circulation (principales provocatrices d’accidents routiers 70%).

    Mais hélas! Nos dirigeant aiment toujours penser petit au lieu de “think big” comme disent les américains… nous aimons penser médiocre…nous aimons toujours traiter sur la surface pour juste sauver la face. Le ministre parle de “tricher avec le contrôle technique” c’est important mais il y a 1000 autres fléaux desquels il ne parle encore: par exemple notre système d’importation de vieux véhicules (de 20 ans – 40 ans ) pollueurs et sans-freins importés des poubelles de l’Europe et des junkyards des USA; de l’état de nos routes médiocres surfacturées et construites par des entreprises incompétentes sous l’égide des contrôleurs de Direction nationale des ROUTES et de ‘l’AGEROUTE”; de la route RN6 qui a été financée depuis 10 ans pour être construite en 2×2, mais qui a fini par devenir une 1×1 médiocre qui a tué plus des maliens que sur toute autre RN; d’une police laxiste et commerciale sur nos routes qui n’a absolument pas une minute de temps pour le contrôle de l’aspect sécurité des usagers qui passent en constantes violations sous son nez (ex., des enfants en support en- trois sur le dos des mamans sans-notion de la circulation routière etc..) sauf que d’avoir de gros yeux de rackette a logeur de journée; du laxisme absolu vis a vis de la circulation de gros porteurs (dangereux missiles a vitesse) en mélange avec des voitures et motos, dont les chauffeurs sont souvent des drogués ou fumeurs… qui percutent les maliens de gauche a droite faisant des scènes macabres…

    Il nous faut alors des ministres des transports … qui voient la vraie réalité et qui peuvent penser BIG et non de caresser la surface. Il faut des lourdes sanctions pour les violateurs. Il faut surtout démanteler ces structures bidons qui ne servent absolument a rien soft de bousiller nos budgets.

  2. Encore un ministre qui n’a pas assez d’idée sur l’envergure du probleme de la circulation routière au Mali. Sinon ses premiers actes d’une drastique reforme serait de commencer par démanteler et limoger les DGs de toutes ses structures et incompétentes bidon: “ANASER”, “AGEROUTE”, ” AUTORITÉ ROUTIÈRE” au profit d’une nouvelle Agence Nationale Moderne et Intégrée de ROUTES. Les budgets de 3 prochaines années des structures démantelées pourrons amplement servir a financer le début des projets d’ INFRASTRUCTURES DU TRANSPORT COMMUN URBAIN…. élargissement des artères pour faire place aux lignes exclusives d’autos bus urbains, afin de réduire le nombre des motos de la circulation (principales provocatrices d’accidents routiers 70%).

    Mais hélas! Nos dirigeant aiment toujours penser petit au lieu de “think big” comme disent les américains… nous penser médiocre…nous aimons toujours traiter sur la surface pour juste sauver la face. Le ministre parle de “tricher avec le contrôle technique” c’est important mais il y a 1000 autres fléaux desquels il ne parle encore: par exemple notre système d’importation de vieux véhicules (de 20 ans – 40 ans ) pollueurs et sans-freins importés des poubelles de l’Europe des des junkyards de USA; de l’état de nos routes médiocres surfacturées construites par des entreprises incompétentes sous l’égide contrôleurs Direction nationale de ROUTES et de ‘l’AGEROUTE”, la route RN6 qui a été financée depuis 10 ans pour être construite en 2×2, mais qui a fini par devenir une 1×1 médiocre qui a tué plus des maliens que sur toute autre RN; d’une police laxiste et commerciale sur nos routes qui n’a absolument pas une minute de temps pour le contrôle de l’aspect sécurité des usagers qui passent en constantes violations sous son nez (ex., des enfants en support en- trois sur le dos des mamans sans-notion de la circulation routière etc..) sauf que d’avoir de gros yeux de rackette a logeur de journée; du laxisme absolu vis a vis de la circulation de gros porteurs (dangereux missiles a vitesse) en mélange avec des voitures et motos, dont les chauffeurs sont souvent des drogués ou fumeurs… qui percutent les maliens de gauche a droites faisant des scènes macabres…

    Il nous faut alors des ministres des transports qui voient la vraie réalité et qui peuvent penser BIG et non de caresser la surface. Il faut des lourdes sanctions pour les violateurs. Il faut surtout démanteler ces structures bidons qui ne servent absolument a rien soft de bousiller nos budgets.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here