Mise en œuvre de la charge à l’essieu au Sénégal : Une menace pour les recettes douanières du Mali

2

Plus de cinq cent camions maliens sont aujourd’hui bloqués au port de Dakar,  en raison de l’application stricte par le Sénégal des dispositions communautaires relatives à la charge à l’essieu sur leur tronçon routier. Ce qui a comme conséquence la baisse des recettes douanières maliennes liées à l’importation.

Rien ne va plus sur le corridor Dakar-Bamako. Suite à l’application brutale par le  Sénégal des dispositions communautaires relatives à la charge à l’essieu sur leur tronçon routier, plus de  cinq cent camions maliens se trouvent aujourd’hui  bloquer à Dakar. Le ministre des Transports et de la mobilité Urbaine, Ibrahima Abdoul Ly, a fait un déplacement à Dakar pour tenter de faire fléchir la position sénégalaise.

Mais le mal est hélas fait. Selon nos sources, le refus des sénégalais (même pour quelques jours) a entrainé la chute drastique des recettes des Douanes du mois de juin 2019. Il faut à ce niveau rappeler que les Douanes sont en première ligne dans les échanges internationaux. Ce, d’autant plus que,  notre pays n’a aucun débouché sur la mer.

Les services de douanes ont, malgré tout,  mobilisé un total de 46, 030 milliards au titre des recettes du mois de juin 2019. Soit 11,771 milliards pour les produits pétroliers et 34, 259 milliards pour les produits non pétroliers. En dépit des difficultés, il nous est revenu que le DG Mohamet Doucara et ses collègues sont déterminés à renflouer les caisses de l’Etat malien.

Un autre facteur de blocage serait lié à l’obligation faite aux camionneurs maliens de se garer dans un nouveau parking pour gros porteurs aménagé récemment à environ une trentaine de kilomètre de la ville de Dakar. Selon nos sources, ne rentre dans la ville que les camions qui sont prêts à être chargés immédiatement.

Cette gestion, certes,  moderne pèse énormément sur nos transporteurs, qui font face  à toutes sortes de tracasseries intelligemment préparées par le Sénégal pour rendre la vie impossible aux nôtres.

A titre de rappel, Dakar s’appuie sur le Règlement n°14/2005/CM/UEMOA du 16 décembre 2005. Il est relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises. Il est rentré effectivement en application dans tous les Ports de l’espace UEMOA, ainsi qu’au Ghana et en Guinée, depuis le 1er février 2017 par un communiqué de la Commission de l’UEMOA.

Même s’ils étaient tous invités au respect scrupuleux des normes communautaires en matière de Poids total autorisé de la charge à l’essieu et de gabarit des camions de transport de marchandises et d’hydrocarbures, le règlement n’a jamais été réellement appliqué. « D’où l’incompréhension des autorités maliennes », nous confie une source.

Cheick Bougounta Cissé

Source : Le Wagadu

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. C’est une honte, comment on peut spéculer sur des règles communautaires adoptées ensemble ?
    La route Bamako-Kayes-frontière est dans un état impraticable à cause du surpoids. Les autres savent que nos surpoids est une perte pour eux, car les routes conçues pour dix ou vingt ans ne durent que cinq au plus. Alors, il faut se plier. Ça fait combien d’années qu’on repousse l’application du R14 à cause du Mali qui n’est jamais près ! On ne le sera jamais avec notre laxisme congénital.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here