EDITO : Dieu était à Addis-Abeba !

5

Deux images révélatrices et une consécration historique, voilà ce que le sommet des chefs d’Etat d’Addis-Abeba a envoyé aux Maliens, quarante-huit heures avant son ouverture.

Le premier président démocratiquement élu du Mali, Alpha Oumar Konaré en tête à tête avec son ancien Premier ministre, aujourd’hui président de la République. Cette image est pleine de sens. Cela, en raison de tout ce qu’on a dit sur les liens de ces deux hommes. Lesquels ont collaboré en parfaite communion plus de 10 ans durant (dont 6 ans en tant que chef d’Etat et Chef du Gouvernement) pour ne plus réapparaître ensemble en aucune occasion. Cette situation avait été interprétée comme une guerre froide (infinie) entre les deux hommes par de nombreux observateurs et analystes politiques de la place.

De nombreuses initiatives des organisations œuvrant pour la réconciliation nationale se sont soldées par un échec cuisant de pouvoir mettre tous les récents présidents de la République autour d’une même table. Certes cela fut possible entre IBK , GMT, ATT ou Dioncounda à des circonstances diverses, mais jamais entre Alpha Oumar Konaré et l’un de ces protagonistes, notamment l’actuel chef d’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita. On a tellement rendu la plaie béante entre ces deux personnalités que personne ne s’imaginait les voir ensemble. Pas pour une séance photo, mais dans un entrevue poussé, en marge d’un grand sommet comme celui de l’Union africaine qui se tient actuellement à Addis-Abeba.

Même si les mauvaises langues sont plus redoutables que les pistolets, elles n’ont pas réussi cette fois-ci à empêcher ces deux hommes d’Etat de se concerter en frères. Cela, par ce que le Dieu de la réconciliation était à Addis.

L'artiste Salif Keita rencontre le président IBKL’autre Dieu, celui du pardon et de la consolidation de la fraternité, y était aussi. Le chantre de la musique malienne, Salif Kéita, blotti dans les bras de son ainé, Ibrahim Boubacar Kéita…L’image était forte. Et pourtant, à la surprise générale, les déclarations faites par l’ambassadeur de la musique malienne à l’encontre du candidat Kéita, dans la mouvance du dernier scrutin présidentiel ont été d’un ton amer et de reniement que le fossé fut énorme entre le ‘’ Mandé massa’’ et le ‘’rossignol de Djoliba’’.

Sur sa page, l’ambassadeur de la musique malienne a dit ceci : « j’ai vu le Président IBK et sa femme. Je me suis levé avec mes 2 choristes pour aller les saluer. A chaque fois qu’il faut être poli soyons le car la politesse nous grandit. Mais même si les élections étaient à refaire demain, je voterais pour Soumaila Cisse ». Le bon Dieu du pardon a plané sur l’homme… Ce même Dieu omnipotent a offert une autre consécration au Mali, en faisant de son président le Coordinateur des Arts, de la Culture et du Patrimoine dans le gotha des 52 chefs d’Etat de l’Union Africaine. Un pays affligé comme le Mali par une crise multidimensionnelle a besoin plus que tout autre pays du monde aujourd’hui d’une reconnaissance, de quelque nature que ce soit, surtout lorsqu’il s’agit de son président de la République. Le bon Dieu a exaucé cela pour le Mali.

Pendant ce temps des faits de grande portée historique, on dirait qu’il avait fui Bamako, avec son majestueux stade rempli des hommes, gardiens de la foi, qui ont promis de prier pour le pays avant de consacrer la moitié de leur temps de parole à véhiculer et faire trainer la haine qu’ils ressentent pour une personne. Il reste à prouver et à convaincre que le bon Dieu était là-bas…

La Rédaction 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Prions pour le Mali. Œuvrons dans le sens de la construction de notre chère patrie, le Mali.
    Les hommes fassent leur temps et partent mais le Mali reste et faisons de sorte que le grand Mali reste et soit une terre de paix et de pardon.

  2. Si on avait suivi les pas du premier président de l’ ère démocratique,le Mali n’en serait pas là.
    IL A LAISSÉ UN MALI CRÉDIBLE,EN PAIX ET SURTOUT ENVIÉ PAR SES VOISINS APRÈS AVOIR ORGANISÉ LA PREMIÈRE GRANDE COMPÉTITION INTERNATIONALE DU MALI QU’ EST LA COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS.
    Ses ennemis se sont associés à son successeur appuyé par celui qu’il a révélé aux maliens,IBK,croyant à un consensus politique pour mener le Mali là où il est actuellement.
    Que deux hommes se voient pendant un sommet n’exprime pas une réconciliation.
    C’EST L’ANCIEN PRÉSIDENT ET L’ACTUEL PRÉSIDENT QUI SE SONT VUS LE TEMPS D’UNE PAUSE.
    Ce n’est pas IBK et AOK qui se sont vus.
    Dans le même ordre d’idée C’EST LE ROSIGNOL DE LA MUSIQUE MALIENNE QUI A RENCONTRÉ SON PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
    Ce n’est pas SALIF KEITA qui a rencontré IBK.
    TOUS LES TROIS SONT REPRÉSENTÉS À ADDIS ABEBA PAR LEURS TITRES.
    La réconciliation est basée sur des principes.
    Des divergences de politique à conduire les affaires du pays opposent IBK et les deux hommes dignes du Mali.
    Si AOK s’est senti trahi par son premier ministre par une gestion opaque des deniers publics et une conduite irrespectueuse envers sa modeste personne,SALIF KEITA a été énormément déçu par son cousin lointain après avoir contribué à son élection pendant son premier mandat.
    Que le président actuel exprime publiquement son regret de ne pas suivre les pas de son mentor serait un premier pas très important pour la réconciliation.
    A RAPELLER QU’ IBK S’EST VIGOUREUSEMENT OPPOSÉ À SON BIENFAITEUR QUANT IL A VOULU LE REMPLACER PAR UN ÉCONOMISTE CHEVRONNÉ POUR POUVOIR ORGANISER LA CAN 2002.
    Des opportunistes sont passés par là qui l’ont abandonné après.
    Depuis ce jour le nom de cet homme digne est jeté en pâture régulièrement par certains maliens.
    Depuis ce jour IBK s’est associé à tous ceux qui ont combattu AOK et écarté,quand il est devenu président,tous ceux qui lui sont proches.
    Si la divergence avec AOK était idéologique,la réconciliation serait très facile à mener.
    Elle est personnelle.
    On a attaqué L’HOMME AOK,non ses idées,son bilan qui est intimement lié à celui qui a été son premier ministre pendant six ans.
    Ce dernier a aidé ses ennemis qui l’attaquaient quand il était à côté de lui à caricaturer son bilan,l’ont même associé aux événements récents du MALI alors qu’ ils étaient,tous sans exception,à côté d’AMADOU TOUMANI TOURÉ quand les jihadistes ont été entretenus par des libérations d’otages expliquant réellement la situation insécuritaire d’aujourd’hui.
    QU’ ON NE S’ÉTONNE PAS SI LE MALI CONTINUE À S’ENFONCER AVEC CES MÊMES PERSONNES À CÔTÉ D’IBK QUI ONT COMMENCÉ À L’ABANDONNER COMME ILS ONT ABANDONNÉ ATT.
    Celui qui est actuellement le bouclier du régime est celui là qui était le confident du régime d’AOK puisqu’il était son directeur de la sécurité d’État .
    SBM a vécu dans sa chaire les attaques des ennemis d’AOK aux premiers jours du pouvoir d’Ibk,le poussant à la sortie après l’avoir accusé de l’échec de la visite de MARA à kidal un de leurs alliés.
    Si IBK a fini par recourir à SBM,c’est à cause de l’incompétence des ennemis d’AOK,pas de la volonté d’Ibk de les écarter.
    La réconciliation avec alpha OUMAR KONARE est fonction de la préservation des acquis de son bilan qu’ IBK aide ses ennemis à caricaturer.
    La réconciliation avec SALIF KEITA est fonction de l’attitude d’Ibk dans la gestion du Mali qui tient énormément à coeur le ROSIGNOL DE LA MUSIQUE MALIENNE.
    La réconciliation doit avoir comme base les valeurs de la préservation de la nation malienne qu’ IBK et ses thuriféraires contribuent à dégrader.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. Deux menteurs, tricheurs, voleurs, sadiques narcissiques, schizophrènes, paranoïas, fanatiques, écervelés, posant des actes indignes, éhontés, lâches, de gabegie, de jalousie, de méchancetés, de clanismes, de favoritismes, de népotismes, il s’agit réellement de véritables dinosaures. Mais Allah seul a la dimension réelle de leurs punitions dans ce monde ici bas. Ces deux hommes sont des Satan capables de vendre leur pays aux plus offrants, mais ils serons punis, cela est sans équivoque. Ils n’ont pas pensés à la postérité de ce pays, ils ont gouverné en pensant à eux seuls et leurs familles, les autres sont des pestiférés. AOK a été très méchant envers les vrais combattants du mouvement démocratique en les oubliant et en se focalisant sur cet homme IBK qui ne savait même pas comment lutter contre une dictature, aujourd’hui les conséquences sont incalculables et IBK reconnait même Moussa TRAORE comme un Républicain démocrate alors qui avait en son temps refusé cette ouverture démocratique. IBK est un homme bizarre et très bizarre car c’est Général qui a même enfermé son beau-père pendant très longtemps après son coup d’état du 19 novembre 1968.

  4. Article 118: "Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire. "

    Deux lugubres personnages qui ont pousses le Mali dans l’abime.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here