Edito : «Exit strategy» de la MINUSMA, et puis quoi ?

6

Décidément, le très diplomatique Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères n’a rien compris des enjeux et des risques qui pèsent sur le Mali d’aujourd’hui pour demander le retrait de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA). Quand le débat de la rue s’invite dans le secrétariat général de l’ONU à New York et par l’entremise du chef même de la diplomatie malienne et sans une profonde analyse de la situation réelle sur le terrain (et non dans les rapports et autres discours), je dis bravo à IBK et à son ‘’petit’’. «Je voudrais enfin et sur un tout autre plan, à la lumière des avancées enregistrées dans mon pays, inviter le Conseil de sécurité à solliciter le Secrétariat, de mener une réflexion dans la perspective d’un «Exit strategy» de la MINUSMA…», a dit le Ministre Diop dans son discours devant le Conseil de sécurité, à l’occasion de l’examen du rapport du secrétaire général des Nations Unies sur la situation au Mali.

En effet, nous pouvons haïr, maudire et même combattre la Mission si on veut pour les actes ignobles posés par-ci et par-là entre autres d’avoir ouvert le feu sur des manifestants civils à Gao, d’harcèlement sexuel (comme presque toutes les missions NU dans les zones de conflit), mais à aller jusqu’à demander leur départ serait simplement du grand n’importe quoi en ce moment, car sans cette mission, il faut reconnaitre le Mali serait autre chose aujourd’hui.

Nul doute de la capacité des FAMAs, mais l’ennemi en face aujourd’hui est formé d’une coalition internationale avec des sources de financements en milliards de dollars et des moyens logistiques d’une autre époque.

Donc, le Ministre Diop ferait mieux, à mon humble avis, de combattre (diplomatiquement) les pays qui soutiennent ouvertement les ennemis du Mali (connus et reconnus de tous) que de demander le départ de la MINUSMA, car la MINUSMA ne constitue pas le malheur des Maliens, mais plutôt l’incapacité de son patron (IBK) de faire face à la corruption, l’impunité, le népotisme… «Exit Strategy», et puis quoi ? Pitié, arrêter de nous distraire ! A bon entendeur… !

Moussa KONDO, kondomoussa@gmail.com

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Le journalisme requiert l’integrite,la coherence,et l’articulation etc.Meme notre systeme de Griots est base sur ces criteres.Quand le journalisme s’evertue d’avancer des recommandations sans aucun argument de poids,la corporation gagnerait a s’organiser en sanctionnant certains de ses membres.En effet, quand on met dans une balance les exploits de la MINUSMA,la guerre sounoise contre le systeme de defense du Mali,une reconnaissance de fait de la rebellion,rejetee par une grande partie des touaregs et des arabes,la qualification du Mali comme un pays soumis au tribalisme et au ethnicisme,alors que c’est le pays le plus integre de toute l’Afrique au Sud du Sahara,le fait d’etre les auteurs de partition actuelle du Mali sans aucune raison valable,sauf dans le respect insense de leur idee d’un Mali tribaliste,capable de commettre des actes de genocide,et de l’autre cote les mini-projets vitement concus dans le but de montrer le bien-fonde de leur presence au Mali,n’importe quel journaliste pourrait en deduire des jugements sans appel.La MINUSMA a ete jusque-la au Mali pour paralyser les forces de Securite du Mali.Ils ont meme porte main forte aux rebelles qui ne juraient par leur nom.Leur Chef a contribue a creer la confusion dans les decisions d’Alger. Alors que les pourparlers etaient officiellement clos,il a introduit des points tres contreverses peu favorable au renforcement de l’Autorite de l’Etat Malien.Voila les raisons pourquoi elle doit quitter le Mali.Le gouvernement devrait cependant trouver une assistance reelle pour consolider son autorite et eliminer les extremistes djihadistes.Il doit se tourner vers une force CEDEAO,sinon Africaine pour faire echec aux attaques contre l’Afrique

  2. Pensez-vous sincèrement qu’avec la mission actuelle assignée à la MINUSMA, le Mali peut retrouver la paix et préserver son intégrité ?

  3. – MALIENW, MALI DÉNW ! Aw yi wili koy ! Debout et faites face aux jihadistes. Allez les attaquer jusque sur leurs terrains et infiltrez leurs rangs et organisez des assassinats ciblés sur leurs leaders et leurs relais locaux même dans Bamako. Lorsque vous allez sonner le départ, nous burkinabè allons vous porter main forte car ils nous ont provoqué aussi ! Et ils sauront qui nous sommes. Mais donnez-nous, chers frères maliens, l’occasion de montrer nos vrais visages à ces assassins !

    Par Kôrô Yamyélé au Burkina

  4. L’heure est venue de programmer le retrait de la minusma de notre pays. C’est à juste raison que les autorités le demandent. Ceci correspond aux vœux de la majorité des maliens. Par la grâce de Dieu, le Mali a existé et il existera. Les grandes familles régnantes qui ont fait l’histoire glorieuse du Mali sont toujours là. Le Mali peut tanguer mais ne chavirera pas. Nous ne reconnaissons pas le sang malien dans l’auteur cet article.

    • n’importe quoi. l’auteur est a saluer pr ses capacités d’analyses. giselle.

  5. Ces ruminants qui cherchent à salir IBK ne font que conforter les patriotes maliens dans choix . Je les invite à réfléchir et à penser un peu plus aux intérêts du mali .

    Simbo

Comments are closed.