Édito : Tais-toi vieille cloche, qui t’a sonnée ?

11

Nous en avons assez des agissements de la Cour Constitutionnelle du Mali à chaque évènement majeur. C’était le cas le samedi 7 septembre à l’occasion du lancement officiel du mouvement politico-réligieux de l’Imam Mahmoud Dicko. C’est à travers un communiqué de presse que notre vieille cloche a sonné d’elle-même sans être saisie par une quelconque personne, même pas le vent. Elle met en garde dans un communiqué contre la création de partis et mouvements politiques d’obédience islamiste au Mali, tout en nous rappelant les articles qui y font référence dans notre constitution.

Les agissements de la vieille cloche sont assez connus des Maliens depuis 2017, sous la présidence de feu Mr Kanouté qui a déploré l’impuissance de ladite cour face à la pratique de l’achat des consciences au cours des élections.

Également en 2013, l’opposition a accusé le pouvoir lors du scrutin présidentiel d’avoir utilisé un système scientifique de fraude. Malgré les nombreuses plaintes avec des preuves à l’appui, rien n’a pratiquement changé dans le résultat final. En 2012, le Mali a connu une triple crise sécuritaire, institutionnelle et humanitaire, dont la résolution a abouti à la signature d’un Accord pour la Paix et la Réconciliation le 15 mai 2015 à Bamako et qui a été obtenue à l’arraché sous la pression de la France et de la Communauté Internationale. Cet accord a été qualifié par la vieille cloche de bon accord malgré qu’il comporte des choses totalement en contradiction avec la constitution malienne de 1992 et les textes de la décentralisation, dans certaines de ses dispositions. Pour l’homme de droit, lorsque l’exécutif désigne ceux qui doivent administrer les collectivités, cela est une violation flagrante de notre constitution. Malgré la saisine de la cour sur ses aspects anticonstitutionnels par les députés de l’Opposition Républicaine, la vielle cloche n’a eu d’autres arguments que de dire que l’Accord rentre dans le cadre de la réconciliation et la paix. Ledit accord malgré sa validation par la Cour Constitutionnelle et sans être soumis au vote de l’Assemblée nationale continue de faire des centaines de victimes civiles et militaires par an. Où sont donc passées la paix et la réconciliation tant vantées par le régime en place dans notre pays ? Ce comportement de notre vielle cloche, participe à la prise en otage de notre démocratie par ses membres désignés à partir des canaux relationnels dont notamment le plaidoyer fait par sa présidente auprès de Madame la présidente pour sa nomination. Ceci explique donc cela.

Que la Cour vise la CMAS ne fait pas de doute puisque le 4 septembre, soit deux jours seulement avant la publication du communiqué, Issa Kaou Djim, coordinateur de la CMAS et porte-parole de l’Imam Dicko, annonçait qu’il s’agit d’imposer une bonne gouvernance qui se fonde sur les valeurs sociétales et religieuses du pays. En tout état de cause, les partisans de l’Imam se disent prêts à en découdre avec la Cour constitutionnelle. Ainsi, lors de la cérémonie de lancement de la CMAS, samedi 7 septembre 2019, ils scandaient : « la Cour constitutionnelle est au service du régime et non du peuple ! » ou encore « ManassaDanioko n’a rien vu d’abord ! ».

Allant dans le sens des partisans de l’Imam, le chercheur Bréhima Mamadou Koné explique : ‘’C’est la politique qui s’est invitée à la mosquée. La ville de Nioro, où réside le leader des musulmans hamalistes, est devenue une plaque tournante des hommes politiques maliens à la recherche de légitimité de la part   du grand chérif. Les acteurs de la majorité aussi bien que ceux de l’opposition ont toujours fait la cour aux leaders religieux pendant les périodes de conquête du pouvoir. Mais dès que le pouvoir est conquis, on met sur la table la question de ka séparation de la politique et de ka religion.

Les pays occidentaux qui nous interdisent de créer des partis politiques à base religieuse n’ont-ils pas des partis chrétiens-démocrates chez eux ? Le christianisme n’est-il plus une religion en occident et depuis quand ? Ces occidentaux ont-ils oublié que leurs partis chrétiens n’ont été créés qu’à la faveur de circonstances obligeantes et nécessaires ?

Notre cour constitutionnelle de vieille cloche n’est-elle pas au courant qu’il y a :

En Europe de l’Ouest, en  Allemagne, la puissante Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU) est l’un des deux grands plus  partis allemands. Elle est relayée en Bavière par l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

En Belgique, les démocrates-chrétiens sont représentés par trois grands partis : le Christen-Democratisch en Vlaams (CD&V) en Flandre, le Centre démocrate humaniste (CDH) en Belgique francophone et le ChristlichSozialePartei (CSP) en Belgique germanophone.

En Espagne, la DemocraciaCristiana, fondée en juillet 1982

En France, le Mouvement républicain populaire (MRP) qui a recueilli presque un tiers des suffrages aux élections de juin 1946, et fut l’un des principaux partis politiques sous la IVe république.

En Italie, le premier grand parti issu du courant chrétien-démocrate est le PartitoPopolare Italiano, actif entre 1919 et 1926.

Au Luxembourg, le Parti populaire chrétien-social  domine la vie politique locale depuis sa création, en 1914.

Aux Pays-Bas, le Parti populaire catholique, bien implanté dans les provinces catholiques du pays, représentait cette tendance, avant de fusionner avec des partis protestants pour former l’Appel chrétien-démocrate (CDA).

La Suisse : Le PDC le Parti démocrate-chrétiencompte parmi ses quatre grands partis.

En Europe centrale et orientale

En Géorgie, l’Union démocrate-chrétienne de Géorgie.

En Roumanie, le Parti national paysan chrétien-démocrate (PNTCD,

En Ukraine, l’Union démocratique et chrétienne

En Amérique du Nord

Au Québec (Canada), on trouve le Parti démocratie chrétienne du Québec.

En Amérique centrale et Caraïbes

Au Costa Rica, le PartidoUnidad Social Cristiana (Parti unité sociale-chrétienne).

À Cuba, le PartidoDemócrata Cristiano de Cuba (Parti démocrate-chrétien de Cuba)

En Amérique du Sud

En Argentine, la tendance démocrate-chrétienne est représentée par le Parti démocrate-chrétien

Au Chili, le Parti démocrate-chrétien du Chili (PDC)

Au Pérou, la mouvance démocrate-chrétienne est représentée par le Parti populaire chrétien

En Afrique

En République démocratique du Congo, la Démocratie chrétienne est un parti politique ; le Parti démocrate et social-chrétien, créé en 1990, est membre de l’IDC.

Au Cameroun, le parti Union pour la Fraternité et la Prospérité (UFP) créé en 2010 par le Dr Olivier BILE est un parti qui se réclame de la mouvance démocrate théiste

En Tunisie : L’Ennada, parti islamique conservateur

En Égypte : Le Parti liberté et justice est animé par les frères musulmans

La vieille cloche est-elle consciente de la situation dans laquelle se trouve notre pays ? Quelle autre force peut-elle apporter le changement si ce n’est les gens de dieu. Nos hommes politiques de la majorité politique ont-ils encore la confiance du peuple ?

La vieille cloche n’a-t-elle pas elle-même un destin forclos désormais ? Comme le dit le philosophe, ‘’il n’y a pas de destin forclos, il y a des responsabilités désertées’’. Alors la vieille cloche n’a-t-elle pas une responsabilité désertée ?

Notre vieille cloche n’a-t-elle pas raté le chemin de l’honneur en essayant à chaque fois de sauver un régime et non le peuple ?

Par conséquent, tais-toi et chut !!

 

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. L ADVERSAIRE VAINQUEUR DE L IMAM YATABARE A DONNE UN EXAMPLE DE LUTTE ET SON ISSUE

    ah bon?..le beaufils de l imam dicko membre de la CMA….

  2. Badou ,Dôgô tu me surprends désagréablement …Je te renvoie à notre constitution… Petit amateur . Arrêtes avec tes bouffonades

  3. C’est déjà trop tard.
    L’ignorance et le manque d’instruction a préparé ce pays pour le mettre sous l’influence des guides réligieux.
    Il y a plus de mosquée au Mali que d’école.
    La très forte majorité des maliens adhèrent avec enthousiasme aux thèses arriérées de ces obscurantistes.
    Ils ont réussi à faire croire aux maliens que la réligion peut servir de trame politique.
    Le Pays est désormais mûr pour être cueilli par ces prêcheurs de l’apocalypses tous assoiffés de pouvoir et d’argent.
    Ces guides se comportent comme des gourous des sectes.
    Leur adeptes sont prêt à toutes les extrémités débitées par leur mentor.
    Quand ils arriverons au pouvoir, le pays tombera dans un gouffre sans fond et le Mali mettra des décennies pour se relever.

    Les premières réactions seront un départ massif de tous les organismes internationaux, de toutes les Entreprises étrangères, des établissements bancaires, la fuite des capitaux, la fermeture des hotels et restaurants, la fermetures des salles de cinéma et concert ainsi que les night club, l’arrêt immediat du tourisme, les interdictions en tout genre.

    Bamako est déjà l’une des villes les plus salles au monde, elle rajoutera à ce palmarès le trophée de l’une des villes les plus tristes au monde.
    Bon Courage Chers Maliens.

  4. UNE FOIS DE PLUS, JE REITERE MON AVERTISSEMENT A CE GROUPEMENT ET AUX PERSONNES AUTOUR DESQUELS, IL EST CONSTRUIT.
    LA POLITIQUE, EN AFRIQUE PLUS QUE PARTOUT EST SAL ET SALI. C’EST DANS LES CANNIVEAUX QUE CA SE PRATIQUE. SI VOUS Y DESCENDEZ, C’EST A VOTS RISQUES ET PERILS.

    NE VENEZ DONC PAS VOUS PLAINDRE DEMAIN….. SI QUELQU’UN EXPOSE….

  5. BADOU KOBA, ICI, TU AS TAPE A COTE. OUI C’EST VRAI QUE LA COUR CONSTITUTIONNELLE, PAR SON “AUTO-SAISSINE DANS LE CAS PRESENT A COMMISE UNE ERREUR NON SEULEMENT JUDICIAIRE MAIS SURTOUT UNE ERREUR DE JUGEMENT. SA SORTIE EST NON SEUELEMENT INJUSTIFIE (CELLE DU GOUVERNEMENT AURAIT ETE SUFFISSANT CAR IL EST AINSI DE DROIT), MAIS ELLE NE DIT JAMAIS LE DROIT QUAND ELLE EST SAISIE A JUSTE RAISON.

    MAIS LA OU VOUS AVEZ TAPEZ A COTE, C’EST DE FAIRE LE DISTINGO ENTRE LE POUVOIR OU IBK ET LES LEADERS RELIGIEUX TELS MAHMOUD DICKO OU LE CHERIF DE NIORO. ILS NE SONT TOUS QUE LES DEUX FACES D’UNE MEME PIECES. ILS SONT LIES PAR LE POUVOIR, L’ARGENT ET LE SOUCI DE PARAITRE…PAR INTERET, ILS SE SONT LIES EN 2013, ET C’EST CE MEME INTERET QUI LES SEPARENT AUJOURD’HUI. DONC, N’TOURI NE VAUT PAS MIEUX QUE N’TARI. COMME DISENT LMES COUSINS.
    D’AUTRE PART, CESSEZ DE PRENDRE L’ISLAM COMME LA RELIGION DES AFRICAINS.
    SI NOUS CREEIONS AUJOURD’HUI DES PARTIS POLITIQUES AUTOUR DU KOMO, OU AUTRES KONTONS, JE DIRAIS OUI, CAR CEUX-CI FONT PARTIS DE NOTRE CULTURE, MAIS DISONS LE UNE FOIS POUR TOUTE ET QUE TOUS LES AFRICAINS SE LE DISENT ; NI LE CHRISTIANISME, NI L’ISLAM NE SONT PAS NOTRE. LE CHRISTIANISME EST JUDEO-OCCIDENTALE ET SI EN EUROPE ON CREE DES PARTIS D’OBEDIENCE RELIGIEUSE, C’EST LEUR CULTURE ET SI EN ORIENT OU MOYENT ORIENT, ILS CREENT DES PARTIS D’OBEDIENCE MUSLMANE, BIEN A EUX, CAR CELA EST CONFORME A LEUR CULTURE. MAIS DE GRACE. UN AFRICAIN N’A ….. RIEN A FOUTRE…… D’UN PARTI…. D’OBEDIENCE MUSULMANE OU CHRETIENNE. C’EST UNE ABHERATION CONGENITALE ET UNE ALIENATION CULTURELLE…

  6. Vous avez intérêt à oublier tout ça et lire le texte ci-dessous. Cela va vous faire réfléchir un temps soit peu.

    Ceci fait réfléchir! ” AFRIQUE EN DANGER PERMANENT !”:

    J’attendais tranquillement un ami au terminus d’autobus de Montréal quand un monsieur d’un certain âge a pris place à mes côtés avant d’engager l’une des conversations les plus enrichissantes de ma vie. Professeur d’études stratégiques dans un institut international, l’homme connaît le continent africain comme le fond de sa poche. Son analyse, son point de vue sur notre avenir, donne froid dans le dos. Et s’il vous plaît, ne sortez pas la rancune du « colon nostalgique ».
    Lisez avec la tête et la raison ce qu’il dit. Je vous rapporte fidèlement ses constats :

    « Cela fait maintenant plus de 25 ans que j’enseigne la stratégie. Dans ma carrière, j’ai eu affaire à des dizaines d’officiers et de hauts fonctionnaires africains. Je suis malheureusement obligé de vous dire ceci : du point de vue des études stratégiques, de l’analyse et de l’anticipation, je leur donne un gros zéro pointé.

    Nos stagiaires africains sont très instruits, ils ont de belles tenues militaires ou manient le français de manière remarquable, mais, dans les cours, ils ne nous apportent rien. Tout simplement, parce qu’à ma connaissance, dans toute l’Afrique francophone, il n’y a pas un seul centre d’études stratégiques et internationales avec des vrais professionnels à leur tête. Je vais vous expliquer
    pourquoi je n’ai aucun espoir pour ce continent. Au moment où je parle, le monde fait face à trois enjeux principaux : l’énergie, la défense stratégique et la mondialisation. Donnez-moi un seul cas où l’Afrique apporte quelque chose: Rien !

    Commençons par l’énergie et précisément le pétrole:
    Tous les experts mondialement reconnus sont unanimes à reconnaître que d’ici 15 à 20 ans, cette ressource sera rare et excessivement chère. En 2020, le prix du baril tournera autour de 120 dollars. C’est conscients de cette réalité que des pays comme les USA, la France, la Chine, le Royaume Uni, etc. ont mis sur pied des task force chargés d’étudier et de proposer des solutions qui permettront à ces nations de faire main basse sur les ressources mondiales, de s’assurer que quoi qu’il advienne, leur approvisionnement sera assuré. Or, que constate-t-on en Afrique ? Les
    dirigeants de ce continent ne sont même pas conscients du danger qui les guette : se retrouver tout simplement privé de pétrole, ce qui signifie ni plus ni moins qu’un retour à la préhistoire ! Dans un pays comme le Gabon qui verra ses puits de pétrole tarir dans un maximum de 10 ans, aucune
    mesure de sauvegarde, aucune mesure alternative n’est prise par les autorités. Au contraire, ils prient pour que l’on retrouve d’autres gisements. Pour l’Afrique, le pétrole ne comporte aucun enjeu stratégique : il suffit juste de pomper et de vendre.
    Les sommes récoltées prennent deux directions : les poches des dirigeants et les coffres des marchands d’arme. C’est pathétique!

    Ensuite, la défense stratégique: L’état de déliquescence des armées africaines est si avancé que n’importe quel mouvement armé disposant de quelques pick-up et de Kalachnikov est capable de les mettre en déroute. Je pense qu’il s’agit plus d’armées de répression intérieure que de guerre ou de défense intelligente.
    Pourquoi ? Parce que, comparées aux armées des nations développées, de la Chine, de l’Inde ou du Pakistan, les forces africaines rappellent plus le Moyen âge que le 21e siècle. Prenez par exemple le cas de la défense anti-aérienne. Il n’y a quasiment aucun pays qui possède un système de défense équipé de missiles anti-aériens modernes. Ils ont encore recours aux canons antiaériens. Les cartes dont disposent certains états-majors datent de la colonisation ! Et aucun pays n’a accès à des satellites capables de le renseigner sur les mouvements de personnes ou d’aéronefs suspects dans son espace aérien sans l’aide de forces étrangères. Quelle est la conséquence de cette inertie ? Aujourd’hui, des pays comme les Etats-Unis, la France ou le Royaume-Uni peuvent détruire, en une journée, toutes les structures d’une armée africaine sans envoyer un seul soldat au sol… Rien qu’en se servant des satellites, des missiles de croisière et des bombardiers stratégiques. A mon avis et je crois que je rêve, si les pays africains se mettaient ensemble, et que chacun accepte de donner seulement 10 % de son budget militaire à un centre
    continental de recherche et d’application sur les systèmes de défense, le continent peut faire un pas de géant. Il y a en Russie, en Ukraine, en Chine, en Inde, des centaines de scientifiques de très haut niveau qui accepteraient de travailler pour 3000 dollars US par mois afin de vous livrer des armes sophistiquées fabriquées sur le continent et servant à votre défense. Ne croyez pas que je rigole. Il ne faut jamais être naïf. Si la survie de l’Occident passe par une re-colonisation de l’Afrique et la mainmise sur ses ressources naturelles vitales, cela se fera sans état d’âme. Ne croyez pas trop au droit international et aux principes de paix, ce sont toujours les faibles qui s’accrochent à ces chimères.
    Je pense qu’il est temps de transformer vos officiers (dont 90 % sont des fils à papa pistonnés qui ne feront jamais la guerre et je sais de quoi je parle) en scientifiques capables de faire de la recherche et du développement.
    Mais, je suis sceptique. Je crois que ce continent restera enfoncé dans le sommeil jusqu’au jour où le ciel lui tombera sur la tête.

    Enfin, la mondialisation: Malheureusement, comme dans tous les autres sujets qui ont fait leur temps, les stagiaires africains que nous recevons sont d’excellents perroquets qui répètent mécaniquement les arguments qu’ils entendent en Occident. A savoir, il faut la rendre humaine, aider les pays pauvres à y faire face. Vous savez, dans mes fonctions, il y a des réalités que je ne peux dire, mais je vais vous les dire. La mondialisation est juste la forme moderne de perpétuation de l’inégalité économique. Pour être clair, je vous dirai que ce concept a un but : garder les
    pays pauvres comme sources d’approvisionnement en biens et ressources qui permettraient aux pays riches de conserver leur niveau de vie. Autrement dit, le travail dur, pénible, à faible valeur ajoutée et impraticable en Occident sera fait dans le Tiers-monde. Ainsi, les appareils
    électroniques qui coûtaient 300 dollars US en 1980 reviennent toujours au même prix en 2006. Et puisque l’Afrique n’a toujours pas un plan cohérent de développement économique et d’indépendance, elle continuera à être un réservoir de consommation où seront déversés tous les produits fabriqués dans le monde.
    Pour moi, l’indépendance signifie d’abord un certain degré d’autonomie. Mais, quand je vois que des pays comme le Sénégal, le Mali, le Niger, le Tchad ou la Centrafrique importent quasiment 45 % de leur propre nourriture de l’étranger, vous comprendrez qu’un simple embargo militaire sur les livraisons de biens et services suffirait à les anéantir.

    Pour terminer, je vais vous raconter une anecdote: Je parlais avec un colonel sénégalais venu en stage chez nous il y a quelques mois. Nous regardions à la télévision les images de millions de Libanais qui défilaient dans les rues pour réclamer le retrait des soldats syriens de leur pays. Je lui ai demandé ce qu’il en pensait.
    Il m’a répondu : « Les Libanais veulent retrouver leur indépendance et la présence syrienne les étouffe ». C’est la réponse typique de la naïveté emprunte d’angélisme. Je lui ai expliqué que ces manifestations ne sont ni spontanées ni l’expression d’un ras-le-bol.
    Elles sont savamment planifiées parce qu’elles ont un but. Israël piaffe d’impatience d’en découdre avec le Hezbollah et puisque Tel-Aviv ne peut faire la guerre en même temps aux Palestiniens, au Hezbollah et à la Syrie, son souhait est que Damas se retire. Une fois le Liban à découvert, Israël aura carte blanche pour l’envahir et y faire ce qu’elle veut. J’ai appelé cet officier sénégalais il y a deux jours pour lui rappeler notre conservation. Malheureusement, il était passé à autre chose. Son stage ne lui a servi à rien.

    J’espère vraiment qu’un jour, les Africains auront conscience de la force de l’union, de l’analyse et de l’anticipation. L’Histoire nous démontre que la coexistence entre peuples a toujours été et sera toujours un rapport de force. Le jour où vous aurez votre arme nucléaire comme la Chine et l’Inde, vous pourrez vous consacrer tranquillement à votre développement. Mais tant que vous aurez le genre de dirigeants que je rencontre souvent, vous ne comprendrez jamais que le respect s’arrache par l’intelligence et la force. Je ne suis pas optimiste. Car, si demain l’Union Africaine ou la CEDEAO décide de créer un Institut africain d’études stratégiques crédible et fiable,
    les personnes qui seront choisies se précipiteront en Occident pour apprendre notre manière de voir le monde et ses enjeux. Or, l’enjeu est autre, il s’agit de développer leur manière de voir le monde, une manière africaine tenant compte des intérêts de l’Afrique. Alors, les fonctionnaires qui seront là, à statut diplomatique, surpayés, inefficaces et incapables de réfléchir sans l’apport des experts occidentaux se contenteront de faire du copier-coller, ce sera un autre parmi les multiples gâchis du continent. Avant que vos ministères des Affaires étrangères ne fassent des analyses sur la marche du monde, ils feraient mieux d’en faire d’abord pour votre propre « intérêt ».

    O.S. (journaliste, Montréal)
    Veuillez transmettre ce message aux amis et connaissances africains et à tous ceux qui se soucient

    • UNE BONNE ANALYSE MAIS PARDON ESSAIS DE CONDENSER UN PEU C’EST PAS LA PEINE TOUT CA JUSTE LE NECESSAIRE OK MERCI POUR L’INFO QU’ALLAH NOUS DIRIGE BIEN ET NOUS EN PRESERVE TOUS YARABI

  7. BONJOUR ADAMA,
    MERCI BIEN, JE SUIS PARFETMENT D ACCORD AVEC TOI.
    DICKO ESSAYE DE CACHE SON SAL AGENDA. IL VEU DETRUIS C PAYS.

  8. Ces des individus qui ont amené le Mali vers ce qu’il est aujourd’hui. L’auteur de cet article n’a pas besoin de citer tous ces exemples. La constitution de notre pays est claire et la cours constitutionnelle est dans son rôle de denoncer des actes irresponsables posés par des individus qui se croient au dessus de la loi.

  9. La vieille cloche est aussi fautive que les leaders religieux qui ont soutenu un homme politique connu pour ses accointances avec les milieux mafieux.
    LE CHOIX SUR IBK REND MAHMOUD DICKO, LE CHÉRIF DE NIORO AUSSI RESPONSABLE DANS LA SITUATION ACTUELLE DE NOTRE PAYS.
    On se moque de qui, si on sait que les hommes religieux sont connus par les maliens pour leurs intérêts braqués sur l’argent des hommes politiques.
    Après avoir été floué par IBK, on veut jouer à l’homme exigeant sur les valeurs morales alors que le choix sur la personne même d’IBK est immoral.
    LES HOMMES RELIGIEUX SONT DES CITOYENS MALIENS QUI PEUVENT EXPRIMER LEURS CONVICTIONS INSPIRÉES DES PRÉCEPTES DU CORAN, MAIS NE PEUVENT PAS EXIGER L’APPLICATION DE LA LOI ISLAMIQUE.
    Le Mali est un pays à confession multiple, même si les musulmans sont majoritaires.
    Exiger qu’une confession s’impose, c’est préparer la société à la violence.
    Il suffit de constater qu’à l’intérieur de l’islam la cohésion n’est pas de mise.
    C’est pourquoi, on préfère que la religion reste dans la mosquée.
    Que les contradictions soient cantonnées dans les mosquées.
    ON VEUT EMPORTER AU MALI LES CONTRADICTIONS QUI EXISTENT AU MOYEN-ORIENT.
    On sait que tous ces leaders religieux ont leurs mentors dans les pays du golf qui vont nécessairement les manipuler.
    Qu’on n’arrête la comparaison avec les partis chrétiens dont les contradictions sont gérées par le seul Vatican.
    Autoriser les partis religieux, c’est accepter que les pays du golf gèrent le Mali.
    MAHMOUD DICKO est l’homme de L’ARABIE SAOUDITE.
    OUSMANE MADANI HAIDARA est celui de l’IRAN.
    Le premier créé son parti, le deuxième va le suivre.
    Leurs confrontations vont faire regretter les hommes politiques habituels comme certains sont entrain de regretter MOUSSA TRAORÉ.
    Ils vont finir par prendre les armes car ils ne connaissent pas la CONFRONTATION DES IDÉES.
    Que le Mali soit jaloux de sa laïcité en remettant leurs religieux dans les mosquées permet à notre pays d’être stable.
    La solution aux hommes politiques mafieux se trouvent dans la réforme constitutionnelle, pas entre les mains des gourous musulmans.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • MES FRERES ET SOEURS ILS SONT TOUS PAREILS C’EST L’ARGENT SEULEMENT QUI LES INTERESSENT COMME LEURS ROBINETS ONT ETE FERMES C’EST CA LA CAUSE SAVEZ-VOUS QUE LE BEAU-FILS DE DICKO FAIT PARTI DE LA CMA QUI TUENT AU NORD ? QUE DICKO SOIT L’HOMME DES SAOUDIENS HAÏDARA CELUI DE L’IRAN ET M’BOUYE AIGRIS PARCEQUE CES PROTEGES NE SONT PLUS DU GOUVERNEMENT MAIS ETAIENT DEPUIS MOUSSA ALPHA ATT ET AUJOURD’HUI IBK ET VOUS CROYEZ QUE CE PAYS AVANCERA NON JAMAIS SANS QUE CES PRATIQUES SONT LA QU’ALLAH NOUS FASSE MISERICORDE EN VEILLANT SUR NOTRE MALIBA ET SES FILS YARABI

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here