Autonomisation des jeunes femmes par l’éducation au Mali : Les dividendes Coréennes

1

Dans le cadre du projet conjoint Unesco-UNFPA-Onu-Femmes Autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali financé par l’Agence coréenne de coopération internationale (Koica), une mission d’échanges et de suivi de proximité des activités s’est déroulée du 24 au 28 février 2020, dans le district de Bamako (Kalaban-coura et Dar Salam), les régions de Ségou (Ségou ville, Kounkou, Sienso, Tominian et Damy) et de Mopti (Mopti ville, Sévaré).

La mission avait pour objectifs de visiter les réalisations effectuées dans le cadre du projet, identifier, recueillir et documenter les bonnes pratiques du projet sur le terrain, rencontrer les bénéficiaires des différentes activités du projet (apprenant(e)s, comités de gestion scolaire, enseignants, directeurs d’écoles, etc.), les académies d’enseignement (AE) et les centres d’animation pédagogique (CAP).

A Kounkou, selon la chargée SCOFI, la population s’est même engagée à inscrire désormais à l’école toutes les filles en âge d’être scolarisées, suite aux séances de sensibilisations faites par les SCOFI au sein de leur communauté. Une fille du village qui était déscolarisée suite aux maltraitances de sa marâtre et qui était obligée de faire l’aide-ménagère pour gagner de l’argent, a pu réintégrer l’école et obtenir son diplôme d’études fondamentales (DEF) grâce à l’engagement et au plaidoyer de la chargée SCOFI dans le cadre du projet KOICA-Mali, a-t-elle déclaré.

A Mopti, les bénéficiaires ont fait des témoignages sur la pertinence et l’impact du projet. On peut citer entre autres, l’accroissement du nombre de filles à l’école, l’intéressement des parents d’élèves à la scolarisation et au maintien des filles à l’école, la diminution du nombre de grossesses, de 15 cas en 2015 à 01 cas en 2018 et zéro en 2019. Ils ont également mentionné que la réhabilitation des latrines et réalisations de forage avec château équipé de panneaux solaires, ont permis la disponibilité de l’eau potable, qui facilite de rendre salubres et utilisables les latrines par l’entretien courant, mais aussi, la diminution substantielle de la facture d’eau ce qui est un grand soulagement des parents d’élèves, épargnés de la cotisation, ainsi que l’approvisionnement des riverains en cas de pénurie d’eau et l’entretien des espaces verts.

L’Agence coréenne de Coopération internationale, fondée en 1991, est responsable des programmes d’aide pour la réduction de la pauvreté et le développement socio-économique dans les pays en développement, non seulement en renforçant la coopération au développement international mais aussi en consolidant le partenariat avec les pays.

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. La citation du penseur chinois sied bien aujourd’hui au Mali. Depuis l’UDPM jusqu’à nos jours, aucun gouvernement ne s’est comme il le faut occupé de l’éducation, même du temps de AOK qui du reste fut enseignant. L’étudiant malien jadis apprécié et craint à l’extérieur, est aujourd’hui parmi les derniers sinon le dernier tant le niveau a baissé. Le cadre malien jadis apprécié et rechercher n’ est de nos jours que l’ombre de lui-même et ne vaut même plus un rayon toute chose qui nous vaut d’être diriger par des cupides, des voleurs, des corrompus, des incapables.
    L’enseignement aujourd’hui en agonie risque si on ne prend garde de mourir de belle mort tant il est le dernier des soucis de nos dirigeants à commencer par le Président de la République.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here