Education au Mali : la reprise des cours et les examens “pris en otage”

1
La reprise des cours et la tenue des examens de fin d’année aux dates annoncées restent problématique. Selon le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, tout dépendra des négociations qui devraient se poursuivre ce mardi 01 septembre 2020 entre les enseignants grévistes et le comité national pour le salut du peuple CNSP. Les deux parties n’ont pas trouvé de compromis, à l’issue de la rencontre de ce lundi 31 août 2020 à Kati.

Les négociations de ce lundi ont duré 3 heures sans aboutir à un accord. « Il est trop tôt pour dire quelque chose parce qu’on n’est pas arrivé à une conclusion d’abord », a déclaré le porte-parole des enseignants grévistes à l’issue de la rencontre. Toutefois Adama Fomba a « demandé aux enseignants du Mali de rester mobilisés » avant d’affirmer que la grève reste maintenue.

Du côté des autorités scolaires, le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale a déclaré que « les préparatifs des examens de fin d’année scolaire dépendront de la rencontre avec les syndicats » qui se poursuivront ce mardi 01 septembre 2020 à Kati. Kinane AG Gadeda, à sa sortie de la salle des négociations, a aussi tenté hier de rassurer que des dispositions sont prises au niveau de son département. « On est en train de travailler pour reprendre le chemin de l’école et tenir les examens dans les délais arrêtés », a-t-il affirmé.

Rappelons les enseignants sont en arrêt de travail depuis le 17 août 2020. Ils reprochaient, à l’époque, au gouvernement de Boubou Cissé la lenteur dans l’application de l’article 39 malgré les instructions données par IBK qui était au début de cette grève président du Mali.

C’est dans ce contexte que le syndicat national de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (SNESUP) a demandé samedi 29 août 2020 au CNSP la prise en charge de leurs revendications. Ses responsables réclament 10 points dont l’application de l’article 66 des enseignants-chercheurs relatif à 20% de la grille indiciaire.

STUDIOTAMANI.ORG

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Katio n’a rien fait, il faut vous en prendre à son géniteur IBK si c’est le vrai. Le premier responsable de l’effondrement de notre pays n’est autre que ce buveur de whisky ventru IBK.
    Les nouvelles autorités doivent tout mettre en oeuvre pour récupérer les biens volés sur le dos de l’Etat à travers une justice saine. Ensuite faire retourner ces biens volés dans les caisses de l’Etat. Ne surtout pas mettre IBK en prison car il est finissant, bientôt il va rendre l’âme à cause de la consommation immodérée de l’alcool.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here