Projet de formation du Canada à l’endroit des enseignants du Mali : Plus de 2000 enseignants ont bénéficié du 1ER semestre 2019

0

Le conseiller technique Adou Diarra du Ministère de l’éducation nationale a présidé, le 4 juillet 2019, au sein  du  département  de l’éducation nationale,   les travaux  d’ouverture  de  l’atelier  de validation  du  premier  semestre  du projet de formation continue  des enseignants  et évaluation des apprentissages. L’objectif de  cette formation  est d’améliorer la qualité de l’éducation surtout des enseignements en classe.

A l’occasion, plusieurs  modules  seront abordés comme  la législation scolaire, l’animation de grands groupes, etc. Bref, des modules qui concernent  l’ensemble des disciplines à la fois pédagogiques et de disciplines scolaires. La formation va s’entendre entre dix à quinze jours.

Selon  Hugues Lavoie, chef du projet pratique, éducation et formation basé au Canada, le projet  formé est une initiative  du Ministère  de l’éducation  nationale  du Mali  en  collaboration  avec la coopération  Canadienne  et qui vise à renforcer le système de formation continue des maitres, mais aussi le système  d’évaluation  des apprentissages  des élèves  en classe. C’est  un projet, dit-il,  qui est né en 2014 et à travailler sur les acquis des anciens projets de la coopération  canadienne  avec le Ministère de l’éducation. L’on note  la politique de la formation continue des enseignants et aussi le développement du programme cadre du manuel de gestion  et surtout de  la stratégie  des communautés d’apprentissages des maitres, c’est à dire, les équipes pédagogiques qui dans les écoles diagnostiquent leurs besoins de formation, élaborent  un plan  de formation annuel  en collaboration  avec leurs directeurs et avec les ressources qui leur sont fournis, forment les enseignants et enseignantes de façon à ce qu’il y ait une meilleure qualité de l’éducation de l’enseignement en français.

Durant  ce semestre, a fait savoir Hugues,  les activités menées par  le projet  formé  sont entre autres   la  consolidation des systèmes  qui ont été mis en place, des stratégies qui ont été élaborées. On cite, ajoute Hugues,  l’actualisation du plan de généralisation de la  CAD maitre (Outil d’apprentissage des maitres) en vue  d’une vaste formation des directeurs  d’écoles  et  des conseillers pédagogiques durant les périodes de grandes vacances  à la communauté  d’apprentissage  des maitres  pour  qu’il y ait à la fin du projet dans toutes les écoles de l’enseignement fondamentale du premier cycle une CAD maitres  (communauté d’apprentissage). Parallèlement  à ça, a indique  Hugues Lavoie,  on a procédé  à l’implantation d’un système  de suivi de  la formation. Et  à  ce sujet, a-t-il ajouté, nous avons implanté dans 9 nouvelles académies d’enseignement, dans 70 CAP (centre d’animation pédagogique), ce  que l’on appelle  le système intégrée de gestion de la formation continue. C’est un logiciel qui permet d’inscrire  chacune des formations  que  les enseignants  et les  enseignantes suivent de  façon à ce qu’on peut  suivre  leur progression  et  à terme  de pouvoir certifier  la formation  continue des enseignants au Mali.

A ce jour, a fait savoir  Hugues, on se réjouit  du bilan ou résultats  sur  semestre. Le coordinateur national du projet formé, Hugues Lavoie, est du même avis que lui. « Comme bilan, on peut dire qu’il est satisfaisant car nous avons  des avancées réelles. On a durant le semestre écoulé appuyé le Centre national des examens et de concours de l’éducation (CNCE) dans le déploiement du SIGE (système intégré de gestion des examens) qui  lui permet de moderniser la façon dont est traitée  l’administration des examens. Ce sont maintenant toutes  les  académies  du Mali  et tous les CAP qui possèdent une version ou une autre du Système  intégré de gestion  des examens. On a aussi procédé  à la reproduction  du guide d’évaluation en cours d’apprentissage. Celui destiné directement aux enseignants et aux enseignantes. Nous l’avons reproduit à plus de 15000 exemplaires  et nous comptons la diffuser à temps pour la rentrée scolaire de façon à ce que le personnel enseignant soit mieux outillé, pour servir l’enseignement en place », a indiqué Hugues Lavoie. Et Abdoulaye Ky d’ajouter : «  toutes les activités qui ont été planifiées  en matière de formation des enseignants, ont été réalisées tant au niveau de  la formation continue, qu’au niveau  de la mesure  et  l’évaluation des apprentissages. Ce que nous souhaitons désormais, dit-il, c’est que le programme  qui va être établi  pour le second semestre, soit discuté  de la même façon ». Le projet couvre tout le territoire national aux dires du coordinateur national projet formé. Malgré ma situation d’insécurité, dit-il, nous nous arrangeons pour les former  les enseignants en groupe  ailleurs. En ce moment, a fait savoir  Abdoulaye Ky, nous  avons déjà au niveau  des enseignants formés, pour ce semestre,   environ 2000 directeur d’écoles qui vont à leur tour  servir de relais  au niveau de leurs écoles. Nous planifions pour le semestre suivant, de former le reste des enseignants avant la fin du projet. Cet atelier peut durer une dizaine de jours à deux semaines.

Pour terminer il a lancé un appel aux enseignants. « Les communautés d’apprentissage sont des lieux privilégiés  de formation  continue  des enseignants. Selon la politique  nationale de la formation continue, l’école est le lieu privilégié de la formation continue des enseignants. Par conséquent l’outil essentiel est  ces communautés d’apprentissages. Il est important que  les  enseignants  se mettent  ensemble pour  apprendre  les uns et  les autres pour que l’école soit performante et que nos enseignements soit meilleure », a dit Abdoulaye Ky.  A savoir que le projet formé est à sa sixième année au Mali.

Hadama B. Fofana

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here