Elaboration du plan de travail et budget annuel (PTBA) : Améliorer l’accès des populations au service de la santé de la reproduction

0

L’unité de coordination du projet (UCP) a organisé du 27 au 28 janvier dernier, au CICB, un atelier d’élaboration du plan de travail et budget annuel (PTBA) pour améliorer l’accès des populations au service de santé de la reproduction dans les régions de Koulikoro, Sikasso, Ségou et les quartiers  périphériques du District de Bamako.

 

Les travaux ont été dirigés par la coordinatrice du projet, Dr Doucouré Arkia Diallo, en présence de la représentante du projet au niveau de la banque mondiale,  Dr Aissatou Dia et de nombreux invités.

Cet atelier intervient dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet pour renforcer l’amélioration et l’utilisation de l’accès des populations au service de santé de la reproduction dont le gouvernement de la République du Mali a reçu un financement de l’association internationale de développement (IDA).

Les interventions ciblent notamment les couches pauvres des zones urbaines, périurbaines et les régions rurales enregistrant les pires indicateurs de la santé de reproduction.

Il s’agit lors de cet atelier, selon Dr Doucouré Arkia Diallo, la coordinatrice du projet, de rattraper le temps perdu dans la mise en œuvre des activités dudit projet (identifié en 2010, mais démarré en 2013).

« Chaque année le projet élabore un PTBA, mais malheureusement, les activités ont été difficilement mises en œuvre,  les  opérations n’ayant commencé effectivement qu’en septembre 2015 », explique-t-elle.

Elle rappellera ensuite la nécessité de relever le défi pour terminer tout le processus afin de soumettre les documents  à la Banque mondiale et au comité de pilotage. « Les activités vont démarrer au plus tard le 1er mars prochain. Nous n’atteindrons cet objectif que si nous nous expliquons fortement pour l’identification et la budgétisation des activités réalisables pour l’année 2016 », estime-t-elle.

Mme Arkia Diallo a aussi signalé qu’il reste une année aux ONG qui doivent travailler au niveau communautaire. «  Il faut qu’elles fassent leur preuve sur le terrain, parce que le projet sera clôturé en février 2017 », révèle-t-elle.

Djibril Kayentao

PARTAGER