Cadre de vie : Faites des caniveaux des poubelles, vos dortoirs les seront également !

1

Au Mali, la gestion des caniveaux relève du pur amateurisme.  Personne ne s’y intéresse.  C’est la raison pour laquelle, à chaque fois qu’il y a une forte pluie, elle est suivie par des inondations massives conduisant le plus souvent à des pertes en vies humaines. 

 

L’incivisme a tellement pris le dessus sur tout au Mali que plus personne ne songe aux conséquences de ses actes. Chacun ne sait qu’accuser l’autre en oubliant ses propres responsabilités. Tout le monde crie « Haro sur les dirigeants » en les tenant pour responsables d’innombrables désastres, tout en oubliant qu’une nation se construit collectivement, avec tous les fils, pour le bonheur de tous.  Mais au Mali, nous avons l’impression que ce principe reste dans des oubliettes, et même les pires désastres qui atteignent des milliers de citoyens n’arrivent pas à interpeler notre conscience.

C’est regrettable de voir sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision, d’entendre sur les ondes radiophoniques, que tel ou tel village, tel ou tel quartier s’écroule sous les eaux d’une forte pluie.  La politique domaniale des autorités est longuement décriée comme étant la seule responsable, mais on oublie sûrement qu’elles sont suivies aveuglement par des citoyens naïfs.

Remettons-nous en cause !  Combien de quartiers possèdent des caniveaux pour faire évacuer les eaux de pluie ?  Comment sont-ils entretenus par la population ? Des points de ruissellement d’eau devenus des garderies de déchets. Dans nos quartiers, pratiquement tous les caniveaux ont été bouchés par les déchets d’origine humaine.  Par paresse ou plutôt incivisme, chacun fait recours à ces trous béatement ouverts au bord de nos voies publiques pour y déverser leurs ordures ménagées.  Comme conséquence attendue, l’eau n’a plus de point ruissellement. Puisqu’on veut lui couper le souffle, elle effectue une descente musclée dans nos concessions en apportant avec elle les déchets que nous avons mis sur son passage afin d’interpeler notre conscience, en demandant de la débarrasser de ces pourritures si nous voulons qu’elle ne remette plus ses sales pieds chez nous.  Ce conflit incessant finit par des destructions massives.

Certes, des zones existent où il n’y a pas de caniveaux, mais chacun se contente de s’en plaindre autour de son thé, à son grin.  Personne ne songe à interpeler les autorités ou plutôt sensibiliser les jeunes du quartier à l’entretien de ces points de ruissellement, voire à l’aménagement afin de sauvegarder leur domicile, voire leur vie.  Tout ce que nous savons faire, c’est transformer ces trous en des poubelles. Ce faisant, l’eau de ruissellement transformera à son tour nos domiciles en poubelle. C’est cela l’esprit de vengeance pour nos actes d’incivisme.

Les innombrables inondations relèvent en grande partie de ce genre de comportements néfastes. Cela n’exclut pas totalement la responsabilité des autorités comme disait Pierre Tavares lors de la catastrophe survenue en Côte d’Ivoire cette année, suite à une pluie diluvienne.

Fousseni Togola

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bon article qui fait vraiment réfléchir. Certains caniveaux sont certes petits, mais la conscience populaire l’est encore plus au Mali. J’ai vu avant l’arrivée de OZONE Mali des GIE qui balayaient le goudron pour déverser directement dans les fossés;quel paradoxe,quel manque de professionnalisme?
    Je situe la responsabilité à 3 niveaux:
    -Travaux de voirie sans vision lointaine tenant compte de la structure des familles, de la démographie, du relief (L’Etat et services des domaines, de l’urbanisme, de la population etc…)
    -La population qui ne sent pas responsable de sa propre survie dans des conditions difficiles et qui attend tout de l’Etat dans une situation de victime perpétuelle.
    -Les élus locaux, maires et conseillers qui n’ont rien entrepris pour la sensibilisation de leurs citoyens, qui n’ont mis en place aucune structure de dissuasion même bénévole pour rapporter les cas de mauvaise conduite. Ces élus qui se moquent des gens ne jouent pas leur rôle primordial qui est la préservation des infrastructures existantes et leur développement continu dans le souci de réduire les nuisances aux quelles les populations font face. l

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here