Gestion des ordures ménagères : Nièta et Ozone-Mali font œuvre utile à Yirimadio

0

L’Association pour le développement du quartier de Yirimadio en abrégé Nièta a noué un partenariat avec Ozone-Mali pour un quartier propre. Ils mènent conjointement les opérations de ramassage d’ordures deux fois par mois.

 

Les populations de Yirimadio se réjouissent du récent partenariat entre Nièta et la direction de la société marocaine en charge de la propreté de la ville de Bamako Ozone Mali. Il s’agit d’opérations communes d’évacuation d’ordures ménagères et d’autres travaux d’assainissement et d’entretien du quartier.

L’initiative est salutaire par les populations. En effet le quartier fait face à des problèmes de gestions d’ordures ménagères. Le GIE en charge de la question est défaillant. Du coup, les populations déversent les ordures n’importe comment ce qui amène d’autres problèmes d’hygiène et de santé.

Pour trouver une solution à ce problème, Nièta, dirigée par Ousmane Kouyaté, a demandé un partenariat avec Ozone-Mali pour aider à l’évacuation des ordures en attendant que le GIE se montre à la hauteur. Le week-end dernier, deux sites de dépôt ont été évacués et le marché entretenu par les partenaires.

Le président de l’association Ousmane Kouyaté a affirmé que Nièta est très active. Il a rappelé qu’elle a vu le jour en 2010. “De sa création à nos jours, elle ne fait qu’œuvrer pour les problèmes de développement des populations du quartier”.

Selon lui, l’association a mis en place un regroupement de jeunes appelés “Brigade d’hygiène Nièta” qui font le porte-à-porte pour sensibiliser les familles sur les inconvénients des dépôts anarchiques d’ordures. Mais il a avoué que l’association n’intervient pas seulement dans le domaine de l’assainissement, elle intervient dans d’autres secteurs sociaux éducatifs du quartier.

Pour Ousmane Kouyaté, l’association entend redynamiser le GIE, en le dotant d’un tracteur, ce qui demande plus de moyens financiers. C’est pourquoi, il demande l’appui des bonnes volontés à les accompagner notamment les ONG ou l’Etat.

Zoumana Coulibaly

 

PARTAGER