Montagne d’ordure de Lafiabougou : Les autorités en charge de l’assainissement interpellées

0
Assainissement de la ville de Bamako : Le ministre Ousmane Koné lance la machine contre l'insalubrité
ordure à Bamako

En dépit de l’aménagement  de la décharge finale   de Noumoubougou, des tas d’immondices malodorantes ayant pris la forme d’une montagne jouxtant le cimetière de Lafiabougou  sont en formation depuis plusieurs années. Ni la Mairie du District de Bamako ni  Ozone-Mali encore moins la Mairie de la commune IV n’ont été en mesure de soulager la population face à ce drame environnemental.

Vus de loin, ces déchets d’ordures ressemblent à tout point de vue  à une véritable montagne  qui s’est enracinée en plein cœur de la ville de Bamako. Les riverains du dépôt de transit des déchets de Lafiabougou en commune IV du district de Bamako vivent depuis  quelques années  un calvaire sans fin. Personne n’a encore trouvé la solution pour réduire en terrain plat la montagne d’ordures qui surplombe le cimetière. Les familles installées à des centaines de mètres ont de la peine à respirer à cause de l’odeur nauséabonde qu’elle dégage. En outre, les fumées âcres de la putréfaction et des incendies ponctuels crèvent les yeux  et font suffoquer le plus souvent les riverains. La capitale malienne  est en passe de se transformer en un dépotoir d’ordure au vu et au su de tout le monde. Et pourtant,  les riverains ont alerté à maintes reprises les autorités compétentes pour qu’une solution rapide soit trouvée. Le dernier acte de protestation en date  de la population  remonte au  lundi 21 mars 2016. Ce jour-là, aux environs de 16h  les habitants de Lafiabougou, furieux contre les autorités en charge de la salubrité de leur quartier, ont brûlé les ordures sur la route principale. La situation allait dégénérer n’eut été la promptitude du Commissariat de police du 14ème arrondissement.  « Nous sommes fatigués de l’odeur nauséabonde de ces ordures »,  nous confiait un riverain. Depuis lors, rien ne semble être entrepris ni par le ministère de l’Assainissement ni par la Mairie du District encore moins  la Direction Nationale de l’Assainissement, du Contrôle des Pollutions et des Nuisances. A l’approche de l’hivernage, la situation ne fait qu’empirer. Les usagers de cette route principale ne le démentiront pas. Car, à peine la pluie matinale du vendredi dernier tombée, que la route qui longe le cimetière était devenue impraticable. Pire, l’odeur se dégageait de partout. Les commerçants qui y tiennent des magasins et autres habitants avoisinant ledit dépôt de transit  ne savaient plus à quel saint se vouer. Ils étaient dans un désarroi total Car, leurs lieux de travail étaient pratiquement inaccessibles. Autrefois, si les autorités en charge expliquaient leur passivité par l’inexistence d’une décharge finale, aujourd’hui,  fort heureusement, cet argument ne tient plus. Car la décharge finale de Noumoubougou a été  aménagée pour soulager la population de Bamako. Le cas de Lafiabougou  est devenu une épine dans le pied de la population.   Si  Ozone Mali peine à assainir le cadre de vie des Bamakois, il revient au département de tutelle de trouver la solution. Le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Ousmane Koné, est fortement interpellé pour  redonner le sourire à la population de Lafiabougou. Car, il est inadmissible, à quelques encablures de la tenue du sommet Afrique –France, prévue en 2017, que notre capitale se trouve dans un état bordélique par manque de volonté politique.

Boubacar SIDIBE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER