Secteur sanitaire (ASACOHI) : Dr. T. viole le serment d’Hippocrate

1

 

Le Dr T. est un membre influent de l’ASACOHI, cependant, il a un défaut qui fait de lui un monstre dont il faut se méfier. À en croire une belle et jeune demoiselle du quartier qui n’a pas mordu à son hameçon, l’homme serait un vrai danger pour notre société. «Je me suis rendue au centre de santé de l’hippodrome pour une consultationgynécologique. Mon Dr. n’était pas sur place. Comme il s’agissait d’une petite urgence, j’ai accepté de me faire consulter par Dr. T. sur recommandation d’un interne que je considère comme un grand-frère. Après la consultation, Dr. T. voulait que je lui donne mon numéro de téléphone. Quand j’ai cherchéà savoir la raison pour laquelle il voulait mon numéro, il a dit qu’il va me téléphoner pour savoir si le traitement qu’il m’avait prescrit était efficace. J’ai répondu en disant qu’au besoin,  c’est à moi de venir à lui. J’ai donc refusé de lui donner mon numéro. Décider de m’ajouter à la longue liste de ses victimes, il a mis l’interne que je considère comme étant mon grand-frère sous pression. Ce dernier, dans le but de ne pas perdre l’estime de son patron, lui a donné mon numéro. Il a tout de même eu la sagesse de m’en informer. Ceci étant, Dr. T. m’a téléphoné la même nuit. Quand j’ai décroché son appel, il s’est mis à me raconter sa vie. Je l’ai tout de suite mis à sa place en lui disant de ne plus jamais me téléphoner», a-t-elle dit avec dégoût. Et d’ajouter qu’elle avait été informée par plusieurs de ses camarades de la conduite irresponsable du Dr. T.

 

Selon elle, Dr. T a mis en grossesseune jeune fille du quartier et cette histoire serait connue par tous les habitants de l’hippodrome. Au vu de cette situation dégradante, il est important de se demander à quoi sert la prestation de serment par ce Dr. T. sans scrupule, ni vergogne.

 

Nous y reviendrons dans nos prochaines publications !!!

 

La REDACTION

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Ce Dr doit etre radie de l’effectif de la sante,il est considere comme un danger public.

Comments are closed.