Bavure policière des éléments de la Forsat à Djikoroni-para : Une femme blessée grièvement par balles et son époux Lassiné Soumano battu à coups de matraques

    11

    De plus en plus, nos braves populations sont victimes de violences policières qui se soldent par des blessés par balles et coups volontaires. Dans certains des cas, nous enregistrons même des morts d’homme, suite à ces violences et dans l’indifférence totale des plus hautes autorités. En effet, au cours d’une intervention, le dimanche 5 mai dernier, quelques éléments de la Forces spéciales antiterroristes (Forsat) ont exercé une violence digne d’une autre époque sur de paisibles populations de Djikoroni Para, au cours de laquelle une pauvre une femme a été grièvement blessée par balles. 

    Selon des sources proches de la famille, Lassine Soumano, électricien de son état, avait effectué des travaux sur la mosquée portant le nom du célèbre Imam (Guidjo almami). Cela depuis plus de six mois. Et de renchérir que depuis cette date, il court derrière ses frais de manœuvre estimés à un peu plus de 100 000 Fcfa. Toujours selon eux, après plusieurs va-et-vient, il s’est avéré que le fils de l’imam, Kola, s’est acquitté petit à petit du montant convenu pour les frais de prestation de Lassine Soumano et qu’il les remettait à un certain Amadou Sarro, en chargeant ce dernier d’acheminer lesdites sommes au prestataire. Malheureusement, selon les proches de la famille, le nommé Amadou Sarro a utilisé les montants perçus à d’autres fins.

    Aux dires de nos interlocuteurs, le jour du drame, le dimanche 5 mai dernier, aux environs de 12 heures, certainement à court d’argent et décidé à rentrer en possession de son argent, Lassiné Soumano a décidé d’aller demander des comptes à Amadou Sarro. Ainsi, il s’est muni d’un coupe-coupe afin de se rendre chez Amadou Sarro.

    Le pied de la femme femme blessée grièvement par balles

    Selon les témoignages, une fois devant la porte de ce dernier, il a donné quelques coups au portail de Amadou Sarro. C’est ainsi que les voisins ont intervenu pour éviter un drame. Et Lassiné a été conduit chez lui par ses proches.

    Et quelques temps après, selon la belle-sœur de l’électricien, une dizaine d’éléments des Forces spéciales antiterroristes (Forsat) ont fait irruption dans la famille. Ainsi, sous la menace de leur arme, ces policiers ont exigé qu’elle indique la cachette de Lassiné Soumano. “Compte tenu de non insistance à savoir de quoi il s’agit, les éléments de la Forsat m’ont finalement mis dehors. Ensuite, ils ont fermé la porte pour se diriger vers la chambre de Lassiné Soumano qui se trouvait avec son épouse”, a déclaré la belle-sœur de Lassiné Soumano.

    Un autre témoignage, cette fois-ci de la fille de Lassiné Soumano qui avait pris le soin de se camoufler dans la chambre, nous a livré la suite des évènements. Selon elle, “arrivés au niveau de la porte du salon qui était fermé à clé, sans une autre forme de transition, ces limiers ont commencé à briser toutes les vitres, avant de défoncer la porte avec une barre de fer. Ils se sont ainsi retrouvés en face de Lassiné Soumano et son épouse. Contre toute attente, un policier n’a pas hésité à faire usage de son arme qui a grièvement blessé l’épouse de Lassinè Soumano au niveau de son pied”.

    A ses dires, après avoir blessé sa mère, les éléments de la Forsat ont trainé son père dans la cour pour le bastonner avec des matraques et des crosses de leur arme. “Mon papa a été plusieurs fois soumis à décharge électrique. Avant de trainer le couple pour le jeter dans leur pick-up. Ensuite, ils les ont amenés vers une destination inconnue”, a laissé entendre la fille des victimes de la violence policière.

    Cet incident interpelle désormais nos plus hautes autorités à remettre sur la table la question de la dotation des policiers en arme individuelle. Car, la plupart de ces policiers ont la gâchette facile. Alors que l’usage de ces armes doit répondre à des mesures très strictes consignées dans les documents y afférents. Sinon la question qui taraude l’esprit de plusieurs observateurs est de savoir comment un policier peu t-il retourner son arme contre un citoyen qui est censé protéger ?

    En plus, pourquoi l’intervention de la Forsat pour cette affaire que pouvait gérer un commissariat de police et sans toute cette démonstration de violence gratuite ?

                                                                                          

     Boubacar PAÏTAO

     

    Commentaires via Facebook :

    11 COMMENTAIRES

    1. FORSAT (FORCE SPÉCIALE ANTI-TERRORISTE), l’électricien est-il un terroriste???. C’est la police ou la gendarmerie qui devrait intervenir…Ou bien le nommé Amadou Sarro est un élément de la FORSAT???

    2. Attention ne confond pas vitesse et précipitation la police, c’est force de l’ordre et de la securité intérieur, on dit bien sécurité intérieur, OK. C’est les militaires qui s’occupe du reste (nord,centre)ok

    3. Eh ben, au moins on sait à quoi sert nos FORSAT. Toujours téméraires et sans craintes face aux civils désarmés. Que demander de plus?

    4. Mali-Chez Nous 11 Mai 2019 at 09:00 ;

      Tu as raison. L’Électricien n’aurait pas dû s’armer pour aller réclamer sa dette. Il aurait dû recourir à la Police, voire porter plainte. Si chacun rend sa propre justice. C’est serait la loi du plus fort.
      Mais, c’est le déploiement de Forces et de violences gratuites utilisées qu’a généré cette intervention, qui parait disproportionné par rapport à la nature de ce conflit. En plus l’Électricien n’a pas fait usage de son arme… Même si cela ne lui donne pas raison de toute façon… !
      Pourquoi tirer sur l’Épouse de l’ Électricien… ?

    5. Il sont forme pour defandre Bamako pas au nord les nord se les famas qui son la bas Fréro fait enquête sur set affaires vous le donnerai raison merci

    6. Je pense que le Malien se trope de tip de policiers que il son affaire il panse que se ccr parsque est il son gentille avec eux alors que le forsat il son formé pour netralise tout tip de agression i compris le terroriste se son de professionnels il son le droit de tire regarde bien la où il son tire sur la dame le pied si vous faites enquête je suis sur la dame a essayé de faire quelques choses parsque il son abitue d’agresser le ccr pour moi se légitime défense se policiers doit montre de exmple a qui conque aggreser une policière il faut lui tire de sue parsque on respecte plus rien au Mali pour se bien de respecte la loi.

    7. N’importe quoi … les maliens sont devenus très indisciplinés et se comportent comme des sauvages face a la police. Si l’on vérifie bien cet incident on risque de trouver un cas de résistance ou de jeu de chat et souris. La FORSAT est très disciplinée et professionnel.

    8. La question qu’il faut se poser en premier est de savoir pourquoi l’électricien n’a pas fait recours à la justice/police pour avoir son argent. À cause de l’insécurité grandissante, lout le pays est en état d’alerte. Dans ce sens, je comprends l’intervention des policiers anti-terroristes pour neutraliser cet homme armé d’un coup-coup. Qu’aurions nous dit si cet électricien avait poignardé ce monsieur avec son couteau à cause de 100 000 FCFA ?
      Je pense que les policiers ont bien fait leur travail de le mettre hors d’état de nuire. Celui qui réclame son dû par un couteau pourrait éventuellement le faire par un fusil s’il en avait un.
      C’est surtout le cas de sa femme qui me préoccupe, elle devrait être épargnée jusqu’à preuve du contraire.

    9. Ce déploiement de Forces et de violences gratuites, est vraiment disproportionné par rapport à la nature de ce conflit entre particuliers… C’est hallucinant !
      Êtes – vous sûr qu’il s’agit bien d’un simple conflit entre particuliers, pour des prestations d’électricien, impayées ???
      C’est abusé !

    10. Ils connaissent les terroristes pourquoi ne pas aller les chercher au Nord et au Centre vraiment insupportable comment peut-on agir de la sorte si c’est vraiment passé comme ça toute la lumière soit faite sur cette affaire

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here