Commissariat de Police du 3ème Arrondissement : Un réseau de malfrats démantelé !

    0

    Les agents des forces de sécurité affichent désormais une détermination sans pareille. Toutes leurs descentes dans les nids des malfrats sont soigneusement menées et toujours couronnées de succès.  Le Mercredi  6 février, cela fut encore le cas, lorsqu’aux environs de 7 heures, les éléments de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) ont fait une descente musclée près de la mosquée de Missira. Ils ont appréhendé et conduit quatre individus au commissariat du 3ème Arrondissement. Ils sont : Baniamé SOW dit « Layeba ou encore Bugui », Moussa TRAORE dit « Balla », Idrissa KONATE dit « BAH » et Nouhoum SANOGO alias ‘’Banou’’. Ils relèvent d’une pègre de malfaiteurs reconnus. Ils ont été plusieurs fois accusés  de vol qualifié, de détention illégale d’armes à feu et de minutions, de détention d’armes blanches et de stupéfiants. 

    Baniamé Sow alias ‘’ Bugui ou Layeba’’ âgé de 22 ans, Moussa Traoré dit ‘’Balla’’ 38 ans, Idrissa Konaté dit ‘’Bah’’ 22 ans et Nouhoum Sanogo ‘’Nouhoum’’ âgé de 18 ans, tous domiciliés en Commune II, à part Balla qui habite à Korofina en Commune I  sont accusés d’une association de malfaiteurs démolie le 6 Février 2019 par la BAC et mise à la disposition du 3ème Arrondissement.

    Au moment de leur arrestation, ils détenaient un pistolet automatique de marque Beretta et un chargeur garni de deux minutions, deux couteaux dont un ‘’Commando’ ’ et une demie-brique d’herbe de cannabis.

    Selon notre source au 3ème arrondissement, le couteau ‘’Commando’’ appartenait  à un militaire du nom de Yacouba Minta. Lequel fut agressé par ‘’Bugui’’, le chef de ce gang à Kalaban, non loin de la place du FEBAK en compagnie d’un ami dénommé Oumar du même milieu. Une agression qui s’est soldée par des menaces de mort, du vol de ses effets personnels dont le couteau et de sa moto, le 29 janvier passé.

    Selon l’adjoint du chef de Brigade de recherches du 3ème Arrondissement, Aboubacar Aw, cette association est qualifiée de vol des engins à deux roues à Bamako.

    Ils font objet de plusieurs plaintes déposées par leurs victimes, généralement pour  vol de motos et ne sont pas inconnus du registre de son commissariat. En plus, il ajoute que l’arme Pistolet Automatique trouvée en possession des suspects est établie comme une arme d’un fonctionnaire de la Police du corps des Commissaires, victime de cambriolage ayant fait l’objet d’enquête et de procès-verbal dressé par le Commissariat de Police du 10ème Arrondissement.

    Après avoir reconnu les faits, le patron de la bande, Baniamé Sow alias ‘’Bugui ou Layeba’’ avoue qu’après leur opération de vol, les motocyclettes volées sont vendues à un certain BOUQUE, logé  à Bagadadji.

    Cependant, le plus jeune des présumés malfrats, âgé de 18 ans, Nouhoum Sanogo dit « Banou » nie tous les faits. Il prétend seulement être ami avec le nommé Idrissa KONATE dit ‘’Bah’’ qui serait un camarade de classe. «  Nous nous sommes connus à l’Ecole Privée de Bakaribougou. Depuis que j’ai abandonné les bancs, le susnommé ne cesse de me fréquenter. A travers lui, j’ai connu le nommé Baniamé SOW et autres. En ce qui concerne leurs activités de délinquance, je n’en sais rien. Je ne savais pas qu’ils étaient des bandits de grand chemin. C’est le 6 février 2019 vers 1 heure du matin, pendant que je dormais chez nous, j’ai été surpris de voir les policiers qui m’ont interpellé pour me conduire au Commissariat de Police du 3ème Arrondissement » a – t – il dit lors de son interrogatoire.

    Tout compte fait, ils ont été transférés à la maison d’arrêt de Bamako le lundi 11 février 2019 avant d’aller confirmer ou infirmer les faits qui leur sont reprochés devant le juge.

    Par Mariam SISSOKO

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here