Fait divers à Missabougou : Entre la bonne dame, le banquier et le gendarme – Qui dit vrai ?

    4

    Aujourd’hui au Mali, l’escroquerie est devenue une seconde nature pour certains maliens, car cette infraction gagne du terrain et prend de l’ampleur en longueur des journées.  Ce qui s’est passé  ainsi à Missabougou entre un banquier et une malienne de la diaspora constitue une illustration parfaite.

    Agé d’une cinquantaine d’années, Zoumana Traoré, cadre à la BICIM, aurait détourné plus de 20 millions de F CFA destinés à la finition de la maison d’une Malienne résidant en France. Celle-ci l’accuse d’avoir payé une voiture de luxe et construit sa propre maison avec son argent. Ami de longue date de Mme A. D., Zoumana Traoré aurait convaincu cette dernière à lui envoyer de l’argent pour finaliser sa maison. La Malienne de l’extérieur croit avoir engagé plus de 20 millions de F CFA pour ce faire. Toutefois, Zoumana n’a pas respecté les consignes données par la propriétaire de la maison à finaliser. Aux dires de la victime, il a agi autrement. Mécontente  des travaux réalisés par Zoumana, elle va engager un avocat. Il s’agit de Me Alou Diarra qui s’est révélé par la suite complice de l’auteur principal et du chargé des enquêtes au camp 1 de Bamako, Youssouf Doumbia. Pour ne pas aller en prison, Zoumana a comploté avec eux en leur proposant 7 millions de F CFA pour solder le compte. Dans un premier temps, Alou Diarra avait annoncé à la dame que le procès avait eu lieu, mais que le juge refusait de délivrer le dossier du jugement. Il  avait ajouté que l’auteur devrait payer des dommages et intérêts à la victime. « Pour mieux gagner ma confiance, il a beaucoup fait pour moi et a même tissé une amitié avec moi. Il a agi ainsi pendant quelques mois avant de disparaître sans laisser de trace. Maintenant tout le monde sait que Zoumana Traoré fait de l’abus de confiance. Je lui ai payé plus de 20 millions pour qu’il puisse faire la finition de ma maison. Mais il a profité de mon argent pour construire la sienne. Il a acheté une voiture avec mon argent. Il pensait que je n’étais pas au courant ». La bonne Dame affirme faire confiance en la justice malienne. « Il faut qu’elle fasse son travail dans cette affaire » dit-elle car pour elle cet acte est un abus de confiance. Avant d’ajouter qu’elle va se battre jusqu’au dernier souffle de sa vie. Pour elle, ces trois personnes ont fait l’abus de confiance et devront payer pour détournement de fonds.

    Contacté par nos soins, le banquier Zoumana Traoré accusé d’ « escroquerie et abus de confiance » a nié les faits : « Je n’ai rien à vous dire sur ce sujet. Si vous avez des preuves, publiez-les ! De toutes les façons je ne suis pas inquiet par cette situation. Je ne connais pas Mme A. D. Je n’ai jamais traité une affaire de construction avec cette dame », s’est défendu Zoumana Traoré. Qui a tort, quoi a raison ? La Justice nous le dira.

    O.O

     

    Commentaires via Facebook :

    4 COMMENTAIRES

    1. bonjour, pour un esprit d’équité, il faudra donner le nom de la bonne dame également. et en plus, le journal doit approfondir cette parution, sans quoi, il y a des zones d’ombres voire des imprécisions et incohérences notoires dans le récit.
      Cordialement.

    2. Beaucoup d’escrocs vive de la naivete de ces sois diisants residents en france. On peut vivre en france et etre imprudent. Avec les envoies modernes la bonne dame si elle dit vrai n’a changer d’avocat et de denoncer a la banque. Elle doit se presenter a la banque du son accusé il sera tout de suite confondu à sa vue.

      Un voleur n’est jamais tranquille quand il y a affaire de retrouver un escroc de cette nature

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here