Histoire : … d’un curieux produit

    0

    Domicilié à Sogoninko, M. D., âgé de 34 ans et agent de gardiennage à Bamako n’a pas eu de chance.

    Et pour cause. Après son retour d’un voyage au village natal le 15 novembre dernier, il trouva sa chambre dépouillée de tous ses biens.

    Au lieu de procéder à une déclaration de vol à la police comme cela se doit, le malheureux voulut trouver autrement la solution à son problème.

    C’est ainsi qu’il consulta un marabout du coin, réputé être un spécialiste dans la traque des voleurs.

    Notre charlatan, pardon marabout lui remit donc, (en échange de la somme de 10 000 Fcfa), une bouteille contenant un liquide noir.

    La substance, selon le ‘’savant’’, devrait être consommée par tous les occupants de la concession. Ainsi,  a-t-il dit, le responsable du vol sera identifié parce qu’il piquerait sur le champ, une crise de diarrhée “spéciale” et continue…

    Mais, comment obliger ses colocataires à boire le mystérieux produit ?

    M.D. avait son idée …

    Armé d’un coupe-coupe, il revint dans la concession qu’il partage avec 8 autres colocataires et ordonna aux premiers (un vieil homme et sa femme) rencontrés dans la cour, d’avaler quelques gouttes de la mixture.

    “Mais, pourquoi, devons-nous boire  ce produit alors que nous ne savons même pas ce que c’est ? De plus, nous n’avons pas soif “, lui fit remarquer le vieil homme.

    Fou de rage, M.D. répliqua : “vous n’avez pas le choix. Ou vous buvez                                 volontairement mon produit, ou mon coupe – coupe vous le fera boire.”

    Le vieil homme et sa femme, paniqués, s’exécutèrent.

    C’est alors que les autres colocataires maîtrisèrent M.D. et l’obligèrent lui-même à boire son produit.

    Coup de théâtre : peu après, M.D. s’effondra, avant “d’arroser” son pantalon… pendant une vingtaine de minutes durant.

    Finalement, pris de panique, ses colocataires l’évacuèrent vers le CSCOM d’à côté.

    Grâce à d’intenses traitements, le malheureux, deux jours après, s’en est bien sorti : vivant, mais chétif comme une chèvre de Nara.

    Curieusement, les colocataires (le vieil homme et sa femme) qui ont absorbé le produit sous la menace de M.D. n’en ont pas été affectés.

    D’ailleurs, le vieil homme serait même allé voir M.D. pour lui demander de lui faire cadeau du mystérieux breuvage, car, lui a-t-il dit : “après avoir avalé quelques gouttes de ton produit, je ne souffre plus de vertiges et je mange actuellement avec appétit’’.

      Boubacar Sankaré

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here