Insécurité dans la région de Kayes : Un agent forestier abattu sur l’axe Toukoto-Kita

    2

    Suite à un braquage à main armée, un agent forestier a été abattu le lundi 9 juillet 2018 par des hommes armés non identifiés entre Boukarya et Boulouly, deux villages situés entre Toukoto et Kita, un itinéraire de 70 km.

    Il nous revient que l’agent en question est une nouvelle recrue à la fonction publique. En tenue de travail, il se rendait à Kita ou était probablement là pour un contrôle de routine afin de sévir contre les exploitants illicites  de la forêt.  Mais son malheur aura été d’être au mauvais endroit et au mauvais moment, puisqu’il a coïncidé avec une scène de braquage de véhicule dont les occupants ont été tous dépouillés de leur argent et de leurs matériels. Les bandits, au nombre de 6 selon une source locale, ont ouvert le feu sur lui et il a probablement succombé sur le coup.

    Les assaillants étaient des peulhs, selon le témoignage d’un rescapé. «Mon malheur a été, quand j’ai vu un des bandits fouillé une dame jusqu’au niveau de ses intimités. Alors, j’ai dit en langue peulh que cette pratique était prohibée par nos mœurs et nos croyances religieuses. C’est ainsi qu’ils se sont jetés sur moi et m’ont sérieusement tabassés. C’est par les supplies des autres victimes qu’ils m’ont laissé la vie sauve. C’est là que j’ai compris qu’ils parlaient la même langue que moi», a confié témoin en question.

    Il se murmure par ailleurs que la bande a des liens avec Sékou Diallo, actuellement en détention à Kita, avec 5 autres complices, à la suite d’un autre braquage. Qui qu’il en soit, la présomption sonne telle une mise en garde aux autorités judiciaires de Kita comme quoi M. Diallo n’est pas le principal cerveau du gang, au mode opératoire terroriste, qui sème la terreur dans la région de Kayes.

    A rappeler qu’on soupçonne ledit  gang d’être à la solde du Front de libération du Macina d’Amadou Kouffa, auquel il pourrait servir de relais de renseignement et d’enrôlement dans la zone, de ravitaillement du en liquidité.

    En tout cas, en deux ans les braquages à main armée ont fait perdre des centaines de millions de nos francs aux pauvres usages qui fréquentent l’axe Bamako- Kayes sans arrestations autres que celle de Sékou Diallo et complices.

    Amidou Keïta

     

     

    Commentaires via Facebook :

    2 COMMENTAIRES

    1. Paix à l’âme du disparu. Cependant l’article est décousu et irresponsable. Ce Monsieur ne connais rien du sujet abordé ni des braquages endémiques encore moins d’Amadou Koufa et son mouvement. 1. Historiquement Kita n’a jamais fait partie du Macina si même un lien était établi entre les braqueurs et ces islamistes. 2. Aucun braquage de ce mouvement n’a été signalé au Macina.
      Ce que ce quidam de faux journaliste inspiré par la RADIO MILLE COLLINE cherche c’est d’appeler aux meutre des peuls dans la région de Kayes. Il faut pas allumer un feu qui peut t’emporter.

    2. Les bandits peuvent etre de different race et langues et ils peuvent parler le peul meme si ils n’ont pas de peuls.depuis tres longtemps toujours il y’a des bandits et des coupeurs de route depuis tres longtemps. Les autorites doivent etre clair et object de pouvoir faire une diligente investigations pour separer entre les bandits et les normales personnes qui vaquent a leur travail journalier.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here