Fonction publique et droit à la retraite : Qui veut pousser le chef du centre des impôts de la commune IV à la sortie ?

0

Depuis son arrivée à la tête du Centre des impôts de la Commune IV, Lamine Kéïta, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a toujours pu atteindre les prévisions annuelles de recettes en terme de recouvrement.  Honoré plusieurs fois par la hiérarchie pour ses performances, M. Kéïta a été surpris en voyant son nom sur la liste des partants à la retraite, le 1er janvier 2007 au motif qu’il est atteint par la limite d’âge parce que né en 1944.

A compter du 1er janvier 2007, une dizaine de fonctionnaires et des agents contractuels de l’administration des impôts, atteints par la limite d’âge, doivent faire valoir leurs droits à la retraite.

Les personnes concernées par ces départs ont été informées par le Directeur général des impôts, à travers sa lettre n°0022 du 1er septembre 2006.

Cependant, le hic dans cette affaire est que le cas de certains cadres suscite des interrogations. Il s’agit, plus précisément, de l’inspecteur des Impôts, Lamine Kéïta, chef du centre des impôts de la Commune IV du District.

En effet, il ressort de la lettre n°06-770 de la Direction nationale de la Fonction publique et du personnel, que M. Lamine Kéïta est né en 1944 donc admissible à la retraite à compter du 1er janvier prochain.

Ce que conteste l’intéressé qui soutient être né en 1947, soit trois ans de plus que la date avancée par la fonction publique. Une date qui est confirmée par l’extrait d’acte de naissance de M. Kéïta établi le 19 juillet 1976 au centre secondaire de Ouolofobougou.

Malgré cette preuve matérielle, la Direction nationale de la Fonction publique et du personnel est restée campée sur ses positions.

Erreur d’appréciation ou volonté manifeste de faire sortir de la fonction publique un cadre qui a prouvé ses compétences depuis sa nomination à la tête du Centre des impôts de la Commune IV. Deux lettres de félicitations pour les années 2005 et 2006 adressées à lui par le Directeur régional des impôts attestent son dévouement pour le travail bien fait.

En effet, en novembre 2005, le Directeur régional des impôts, Ibrahima Konaté, a adressé  ses vives félicitations au chef du centre et à tout le personnel pour la belle performance et le brillant résultat avec à la clé un taux de 102 % sur les prévisions de recettes réalisées avant même la fin de l’année.

Pareil pour cette année encore où l’équipe dirigée par M. Kéïta était à la fin octobre à 101 % des objectifs annuels. «Ceci me donne l’opportunité de relever avec beaucoup d’enthousiasme votre sens élevé de la conduite des hommes et des femmes mis sous votre autorité. Ce sens du management est, à n’en pas douter, le secret de la réussite du centre IV. C’est pourquoi je vous engage à maintenir et à consolider cette belle attitude» pouvait-on lire dans la lettre de félicitation du 26 octobre dernier adressée à M. Kéïta par le Directeur régional des impôts du District.

Voilà, qu’au moment où il fait l’objet de félicitations de sa hiérarchie, ce brillant cadre est poussé malencontreusement vers la sortie.

Certes il ne s’agit pas de conserver un cadre dans l’administration à cause de ses performances mais quand il y a une erreur de ce genre, il faut accepter de la corriger et mettre les honnêtes citoyens dans leurs droits.

Youssouf CAMARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER