Changements climatiques : l’Unesco outille des journalistes

0

Du 03 au 04 août 2022, s’est tenu à l’Hôtel de l’Amitié de Bamako, l’atelier de renforcement des capacités des journalistes sur la vulgarisation des bonnes pratiques issues des projets Fonds Climat coordonnés par l’Unesco Mali.

De nombreuses tentatives sont initiées pour tenter de minimiser les effets des changements climatiques et aider les populations à s’adapter aux effets de ces changements.

C’est dans ce cadre qu’une dizaine de projets touchant dix régions du Mali ont été initiés par l’Unesco à travers un fonds dénommé Fonds Climat, qui vise à proposer des pratiques aux populations cibles pour atténuer les effets des changements climatiques et à mieux s’adapter.

Pour mieux vulgariser ces pratiques, un atelier a été organisé à l’intention des médias dont les objectifs sont entre autres : présenter les notions fondamentales des changements climatiques et leurs impacts au Mali ; mettre en lumière les dispositifs de lutter contre les changements climatiques au niveau national ; faire un focus sur les bonnes pratiques dont sont porteurs les dix projets coordonnés par l’Unesco ; mettre en place un réseau de journalistes pour vulgariser ces bonnes pratiques et enfin élaborer la feuille de route du réseau de journalistes.

Lors de ces deux jours d’atelier, une trentaine d’hommes et femmes de médias ont été édifiés à travers des présentations sur les notions fondamentales des changements climatiques et leurs impacts au Mali, sur les dispositifs nationaux de lutte contre les changements climatiques, sur les dix projets du Fonds Climat et sur les bonnes pratiques dont sont porteurs les projets Fonds Climat pour mieux faire face aux effets des changements climatiques.

Des travaux de groupes ont également été organisés au cours desquels, une stratégie de vulgarisation des bonnes pratiques a été préparée, les termes de référence du réseau ont été élaborés et une feuille de route pour le fonctionnement du réseau a été élaborée.

Edmond Mokala, chef de bureau de l’Unesco Mali, a affirmé que c’est avec un intérêt certain qu’il a accueilli l’initiative de cet atelier qui s’intègre, par ailleurs, dans un contexte spécifique, celui relatif à la lutte contre les changements climatiques. Selon lui, l’atteinte de cet objectif nécessite la participation effective de tous les secteurs d’activité et de tous les acteurs.

À en croire M. Monkala, pour réussir le grand défi qui est la sensibilisation des communautés sur les effets du changement climatique, il est important pour son organisation de travailler en étroite collaboration avec les médias.

Parce que « lutter contre les effets du changement climatique, ce n’est pas en luttant contre le climat, c’est plutôt en changeant les mentalités. Et le travail de changement des mentalités, d’influencer les mentalités des populations, éduquer et rééduquer nécessitent des stratégies de communication, des approches de communication et même des approches innovatrices », a-t-il expliqué.

Le chef de bureau de l’Unesco a aussi souligné que la lutte contre les effets du changement climatique, que son organisation devait mener avec ses partenaires, ne peut se faire et ne pourra jamais réussir s’il n’y a pas l’implication et la mobilisation des journalistes informés, équipés, dévoués pour les causses des populations qui sont les premières victimes des effets des changements climatiques.

  1. Monkala a tenu l’engagement que cet atelier ne sera pas une première expérience mais un travail dans la continuité dans la lutte contre le changement climatique, qui ira au-delà des projets financés par le Fonds Climat.

Alassane Bah, Directeur de l’Agence de l’environnement et du développement durable (AEDD), a, de son côté, soutenu que les journalistes sont les pierres angulaires dans les missions essentielles de son institution, notamment, l’information et la sensibilisation de tous les acteurs.

Le Directeur de l’AEDD a remercié les deux grands partenaires des projets Fonds Climat (les royaumes de Norvège et de Suède). Car, selon lui, le Fonds Climat est un outil essentiel de développement durable. Selon M. Bah, l’environnement est une discipline très technique mais où toutes les compétences sont interpellées.

Les échanges entre les experts et les journalistes sur les questions liées à l’environnement de façon générale et de changements climatiques, de façon particulière, se sont terminés par une remise des attestations aux participants.

Fadiala N. Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here