Commune de Baguinéda Camp : Le maire Toumani Diarra s’explique à propos des recasements des propriétaires de Kobala Coura

0

Située à une trentaine de km de Bamako, la commune rurale de Baguinéda Camp (cercle de Kati) était confrontée à une grave situation de recasement, le maire de ladite, face à la crise a promis que tout rentrera dans l’ordre sous peu.

 

 

Composée de plus de 32 villages, la commune rurale de Baguinéda Camp est peuplée d’après le dernier recensement national d’environ : 50 000 âmes, parmi lesquelles des bambara, des bozo, des peulhs entre autres. Ces principales activités se reposent sur l’agriculture, l’élevage, le commerce et la pêche. A propos de la situation de crise de recasement qui prévaut, les informations sur place font état, que la nouvelle Zone Industrielle de Dialakorobougou (AZI) et l’Agence de cession immobilière (ACI) seraient à l’origine de l’actuelle crise, cela à cause des expropriations foncières effectuées par leur ressort à Kobala Coura. Face au problème, le maire de la commune rurale de BAGUIN2DA Camp a pris son courage en main pour étayer tout aux yeux de l’opinion nationale et des plus hautes autorités.

 

Aux dires du maire Toumani Diarra, la zone industrielle fait cinq cent (500ha) hectares et le secteur réservé à l’ACI, est de sept cent (700ha) hectares. Le président  du conseil communal a rappelé que son équipe a trouvée  que l’ancien maire, le Sous Préfet de Baguinéda  et le Préfet de Kati avaient fait  des lotissements dans les zones concernées et ceux-ci s’ajoutent aux fameuses nouvelles zones industrielles et celles attribuées à l’ACI.

 

 

C’est ainsi, dira-t-il, le conseil communal, qu’il a convoqué pour délibérer sur le problème, n’était autre que le dossier relatif à l’expropriation des propriétaires des parcelles touchées par cette opération. Il a confié qu’après la délibération faite sur le dossier, un procès verbal a été dressé et envoyé à la hiérarchie à Kati. Par la même, les ministres  de tutelle ont été informés, tout cela a été fait dans le but d’obtenir un puriste pour les victimes.

 

Toumani Diarra de signaler, qu’il a mis en place une commission, pour diligenter la situation de crise qui prévaut. Cette commission était  composée ; des représentants des acquéreurs ; des membres du conseil de village et de la mairie. Afin de faire face aux démarches le maire avait demandé aux acquéreurs de s’acquitter d’un forfait de 30.000 FCFA contre récépissé, afin de prendre en charge les démarches.

 

 

Les honoraires de la défense ont été également pris en compte dans les montants versés par les acquéreurs (victimes). Il  a obtenu le premier puriste et  qui faisait 700 lots, avant de souligner que ce lot de 700 parcelles avait délimité par un  géomètre de l’ACI.

Le maire de confier que ces 700 parcelles ne pouvaient satisfaire les 4000 victimes ; tout en ajoutant qu’une liste a été ouverte pour la circonstance en vue de dédommager toutes les victimes.

Puis, il y a eu un second lot de 490hectares, lequel avait accusé un gros retard en rapport les besoins urgents des victimes, notamment dû aux évènements de mars 2012.

Par Kassoum Mariko

[email protected]l.com

Commentaires via Facebook :

PARTAGER