Le maire du district ordonne, le ministre de la sécurité désordonne : Le Général Salif Traoré aurait-il enfreint la loi ?

8

Décidément, on aurait tout vu au Mali sous le régime du Président Ibrahim Boubacar Keita. De la corruption à ciel ouvert, à la violation flagrante de la loi en passant par l’impunité, tout y passe. Ainsi, le Maire du District de Bamako, Adama Sangaré, exécutant une décision de Justice relative à un litige foncier, s’est vu contrarié par le Général Salif Traoré. Les  travaux d’aménagement d’une parcelle sise à la zone aéroportuaire, non loin de l’hôtel Faso, ont été empêchés par le Ministre de la sécurité qui aurait intimé l’ordre aux forces de sécurité présentes pour la sécurisation, de retourner là où elles sont venues sans aucune autre explication. Cet acte gravissime qui aurait été posé par le général Salif Traoré, cité à tort ou à raison, dans un autre scandale de détournement, en dirait long sur l’affairisme du général. Que s’est-il réellement passé pour que le ministre Salif Traoré intime l’ordre aux gardes commis pour sécuriser les travaux de se retirer en violation flagrante de la loi ?

Cette Rocambolesque histoire qui n’honore guère notre ministre de la Sécurité, n’aurait pas dû défrayer la chronique, parce qu’elle n’honore pas notre armée. Mais l’état de déliquescence de notre outil de Défense est tellement avancé que nul ne serait surpris d’apprendre que certains généraux sont des hommes d’affaires. Ils s’estiment tellement grands et puissants que même leurs proches se servent de leurs noms pour commettre des sales besognes,  au point même  de violer la loi sous prétexte qu’on est ministre ou parent du ministre. Tout est parti d’un litige foncier qui a opposé la Mairie du District à un jeune frère du Ministre de la sécurité. La justice a tranché en faveur de la Mairie du District, mais le perdant a refusé d’obtempérer et s’est opposé à l’exécution de ladite décision.

Comment comprendre que dans un Etat de Droit, le frère d’un ministre peut s’opposer à l’exécution d’une décision de justice ? La parcelle en question, l’objet d’un litige foncier entre la Mairie du District de Bamako et un frère du Ministre de la Sécurité, avait fait l’objet d’un jugement dont le verdict a été favorable à la Mairie du District. C’est ainsi que le Maire Sangaré  a ordonné à ses services compétents d’entreprendre les travaux de réhabilitation et de viabilisation de la zone, conformément à l’arrêté de la justice. Pour des travaux d’une telle sensibilité, le risque étant grand. Il aurait sollicité les forces de sécurité. Une centaine de gardes avait été affectée pour assurer la sécurité afin que les travaux se déroulent normalement. Quelques heures seulement après le démarrage des travaux, quelle ne fut  la surprise des travailleurs de constater le départ des agents de garde des lieux sous prétexte qu’on leur aurait dit de rentrer. Informées de la nouvelle, les plus hautes autorités de la Mairie du District ont d’abord cherché à en savoir davantage avant de prendre une quelconque décision. En recoupant les informations, elles se seraient rendues compte que la décision du retrait des agents de la sécurité  est venue d’en haut.

Qui pourrait être à la base d’une telle décision et quelles sont ses motivations ? La réponse est sans nul doute claire dans une bonne République, car le rôle de chaque autorité est défini. Le maintien d’ordre et la sécurisation en zone urbaine et même semi-urbaine appartenant au Ministre de la sécurité, le Général Salif Traoré, en est bel et bien le responsable ordonnateur.

Sa responsabilité semble engagée, surtout quand on sait que l’affaire concerne l’un de ses frères jumeaux. Sinon, comment comprendre qu’un frère d’un ministre, fut-il un proche du cercle restreint du pouvoir, puisse s’adonner à des pratiques illicites et s’en vanter en toute impunité. La question que bon nombre de citoyens se posent est celle de savoir si nous sommes en Etat de droit ou encore si la justice est égale pour tout le monde. Le cas du ministre de la sécurité, énième du genre, est symptomatique du grand malaise de notre justice, qui peine à reconquérir sa noblesse d’antan. Elle doit être indépendante du pouvoir exécutif pour être efficace.

En somme, c’est surtout ce genre de pratique qui prépare le lit à des contestations, voire des révoltes qui, souvent, aboutissent à des révolutions. La corruption, l’injustice, le népotisme, la gabegie, ont toujours été à la base des soulèvements. Le Général Salif Traoré, comme beaucoup de nos généraux, ne semblent pas donner une bonne image de notre armée et sont en train de fouler aux pieds les valeurs cardinales qui ont caractérisé l’armée malienne. La balle est dans le camp d’IBK, car c’est lui seul qui a été investi comme Président de la République. Il est temps qu’il sévisse contre les indélicats.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Le Mali, être général, c’est comme être riche, une nouvelle entreprise pour être général. Première place maire Adama. Il semble plus faux personne plus corrompue. général Salif juste la vue, je vois qu’il n’a aucune expérience ou à défendre
    à lui-même. beaucoup beaucoup de général notre pays aussi. Aucune connaissance de la défense d’une ville. Cela doit finir. faux président, nous avons également eu, par exemple, M. Dioncuda Traoré, certains l’appellent professeur
    Dioncuda plus de faux type. Je n’oublie pas de dire ce mot malienais trou ce qu’est notre pays si nous voulons partir d’ici nous changeons d’armée de partenaires la France leurs alliés quittent notre pays. Vos organisations sociales en tant qu’ONG. UNISEF
    FRONTIÈRES SANS FRONTIÈRES qui quittent notre pays. Casques bleus qui quittent notre pays. Organisation des enfants de chiens qui s’appelle aide de femmes qui donne tout bouleverse notre pays. quel est l’échec total cette
    Les gens qui viennent avec leur loi disent que c’est le droit international qui aide les femmes à aider les enfants et les droits des homosexuels. Nos dirigeants sont assis à bras ouverts pour recevoir ces personnes. être fini
    Notre valeur est au dessus de notre dignité. notre pays il n’y a pas de président il n’y a pas d’oppositions
    Le Mali étant un général, c’est comme être riche d’une nouvelle Entreprise générale . en premier lieu, le maire Adama . ressemble plus à de fausses personne plus corrompus . général Salif juste le point de vue que je vois que vous n’avez pas d’expérience ou de défendre de même si .il y a beaucoup de général de Notre pays . ou de connaissances pour défendre un village . qui a à la fin. le président de faux, nous avons également eu par exemple en tant que seigneur Dioncuda Traore, certains l’appellent l’enseignant Dioncuda mais faux le type .Je n’oublie pas de dire que le mot Malienese trou que notre pays si nous laissons ici nous changer de partenaires hôtes France de leurs alliés à quitter notre pays . les Organisations sociales telles que les ONG . UNISEF MÉDECINS SANS FRONTIÈRES sortie de notre pays . Les casques bleus de quitter notre pays. Organisation des fils de chiens qui est appelé à l’aide, des femmes que cela à donner à tous les troubles dans notre pays. qu’est-ce que l’échec total de cette les gens viennent avec leur loi dit qu’il est le droit international qui est de trois choses pour aider les femmes à l’aide de soutien des enfants des droits des homosexuels . nos dirigeants vont s’asseoir avec les bras ouverts pour recevoir ces personnes . est fini notre valeur est la fin de notre dignité. notre pays n’a pas de président, pas d’opposition
    Le Mali étant un général, c’est comme être riche d’une nouvelle Entreprise générale . en premier lieu, le maire Adama . ressemble plus à de fausses personne plus corrompus . général Salif juste le point de vue que je vois que vous n’avez pas d’expérience ou de défendre de même si .il y a beaucoup de général de Notre pays . ou de connaissances pour défendre un village . qui a à la fin. le président de faux, nous avons également eu par exemple en tant que seigneur Dioncuda Traore, certains l’appellent l’enseignant Dioncuda mais faux le type .Je n’oublie pas de dire que le mot Malienese trou que notre pays si nous laissons ici nous changer de partenaires hôtes France de leurs alliés à quitter notre pays . les Organisations sociales telles que les ONG . UNISEF MÉDECINS SANS FRONTIÈRES sortie de notre pays . Les casques bleus de quitter notre pays. Organisation des fils de chiens qui est appelé à l’aide, des femmes que cela à donner à tous les troubles dans notre pays. qu’est-ce que l’échec total de cette les gens viennent avec leur loi dit qu’il est le droit international qui est de trois choses pour aider les femmes à l’aide de soutien des enfants des droits des homosexuels . nos dirigeants vont s’asseoir avec les bras ouverts pour recevoir ces personnes . est fini notre valeur est la fin de notre dignité. notre pays n’a pas de président, pas d’opposition

  2. Non ! Le journaliste a retracé les faits . Il s’agit de la non exécution d’un Arrêt de justice . Il ne défend pas la Mairie du District . En pareil cas, aucun citoyen n’est censé ignorer la loi. La Marie du District par mesure de sécurité , a demandé et obtenu la mise à sa disposition d’elements de la Garde Nationale . C’est au cours de l’exécution de sa mission, qu’il a été ordonné aux éléments d’absndonner et de rentrer à leur base. Nous sommes dans quelle République ? Qu’il s’agit du Ministre ou d’un proche du Ministre, rien n’explique le repli des éléments désignés pour assurer la sécurité du personnel à ce niveau. Pourquoi ne pas utiliser les voies de recours qui ne sont pas encore épuisées . C’est une honte ! S’il est vrai que le Général Salif TRAORE soit à la base de ces faits . Seulement il ne faut pas confondre la personne du Général Salif Traore a l’armee Nationale qui regorge en son sein d’hommes et de femmes valeureux qui sont prêts à défendre les valeurs démocratiques et républicaines . Le Général Salif TRAORE est du système IBK, difficilement IBK peut décider dans cette affaire. Ils sont tous des oiseaux du même plumage . Le peuple souffre pendant qu’eux font la belle vie . Ainsi va le Mali sous IBK.

  3. En suivant bien le contenu, on sent bien que ce journal tente de s’exprimer en faveur de la mairie, et de pire accusé la gouvernance du pays dans cette affaire sans intérêt, sinon vos propos ne sont pas cohérent,
    primo faites nous savoir d’abord si les forces de l’ordre étaient présent lors des travaux avant le jugement ?
    Et secondo vu l’état d’insécurité au Mali, nos forces de sécurité seront plus utiles ailleurs que d’aller perdre leurs temps à surveiller un prétexte travaux de réhabilitation….
    Si l’ordre vient du Général Salif, alors je suis fier de lui….
    Je ne connais ni le ministre Salif, ni le maire mais je veux juste la vérité

  4. Il y a beaucoup de généraux bidons au Mali.
    De véritables fanfarons qui s’adonnent aux affaires.
    Ceux qui ont fait fuir notre armée en 2012 n’avaient pas de généraux.
    Mais cela ne nous sert pas d’exemple.
    On fait des petits soldats cachés dans les bureaux, des généraux.
    En proportion de l’effectif de notre armée, nous avons plus de généraux que tous les pays développés du monde.
    Pour nommer des généraux, nous sommes premier.
    C’est qui encore ce général en carton pâte ?
    Lui il fait sa guerre à Bamako sur le foncier ?
    EH ALLAH !!
    Quand est ce que ce pays sera sérieux un jour ?

  5. À ce que je sache, le ministre ne donne pas directement l’ordre à un agent de garde nationale, de la gendarmerie ou la police …
    Il y a des éléments très importants manquants à cette histoire.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here