Boubacar Sidiki Samaké, procureur antiterroriste a propos de l’attaque de Sobane Da : « Il y a eu de demande d’argent aux habitants »

0

A Sobane Da où 35 personnes ont été tuées dans une attaque  perpétrée par des Hommes armés, supposés être des terroristes, il y a eu de pillage et les habitants sollicités à payer l’argent par les assaillants. Ici, les éclairages du Procureur antiterroriste, de retour du terrain d’enquête !

 

En conférence de presse dans les locaux du Ministère de la Justice, le mardi dernier, le Procureur antiterroriste du pôle spécialisé, Boubacar Sidiki Samaké, a livré les premiers éléments de ses enquêtes sur l’attaque perpétrée par des individus armés à Sobane Da, un village de culture, dans le Cercle de Bandiagara.

L’enquête ouverte par le Ministère de la Justice a été conduite par le Procureur du Pôle Antiterroriste qui s’est rendu sur les lieux avec 36 enquêteurs, composés de 18 enquêteurs de la Brigade d’investigations spécialisée du pôle judiciaire, 6 Agents spécialistes en police technique et scientifique, 6 Gendarmes spécialistes de la police scientifique et technique et 7 enquêteurs de la légion de Gendarmerie de Mopti.

Durant trois jours d’enquêtes à Sobane Da, selon le Procureur, les enquêteurs ont procédé d’abord à la fixation des scènes de crime, au recueil d’indices et aux auditions des témoins et des victimes.

Suivant les explications du Procureur, l’attaque de Sobane Da a débuté vers les 17 heures pour continuer jusqu’à 23 heures. Un premier groupe des assaillants s’est chargé de commettre des crimes, un deuxième de rassembler les bétails et l’argent et un troisième encerclait le village.

« Les atrocités ont été indescriptibles. Un des éléments les plus macabres que nous connaissons. Des animaux ont été brulés et emportés », précise le Procureur qui ajoute que, pour l’instant, leurs concertations n’ont pas permis d’aller au-delà de 35 personnes décédées, 9 blessés dont 7 par brûlure, 2 dans un état de choc, 108 personnes déplacées recensées dans le village de Kondu.

Estimé à 300 Habitants dans le village, en ce qui concerne des dommages à la propreté, aux dires du conférencier, il y a eu 7 enclos de bétails, 1 bovin, 11 caprins, 1 âne, 1 cheval, 3 poulets, 22 greniers, 16 maisons, 14 hangars, 1 cuisine, 3 magasins, 7 poulaillers, 3 charrues, 4 charrettes, 5 motos, 5 cantines, 2 vélos, 2 zantes pour charrettes et 1 toguna, tous brûlés.

Aussi, ajouta-t-il, des investigations ont permis de rassembler des pièces à conviction composées essentiellement de tuiles de 762 (pour les armes de guerre) et de fusil de chasse.

 

Particularité

 A Sobane Da, affirme le Procureur, il y a eu de pillage de bétails et de demande de l’argent aux Habitants. Et une partie du village qui semble épargné. Donc, il est difficile établir un lien les autres attaques notamment avec celle d’Ogossagou, même si ce sont tous des groupes armés qui ont commis ces crimes.

S’agit-il d’une affaire de terroristes ? On le présume, répond-il,  parce que, conformément à la loi de 2008, portant répressions du terrorisme en République du Mali, la détention d’armes de guerre en relation avec une entreprise individuelle ou collection ayant  pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation et la terreur relève de l’activité terroriste. Donc, on pense que c’est une activité terroriste.

Ousmane MORBA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here