Commune Marico : Après Siby, Cocody Bozo Daga brûlé à son tour par les djihadistes

1

Depuis plusieurs semaines, voire des mois, la situation sécuritaire dans le cercle de Niono, la capitale du riz en général et celle de la commune rurale de Marico dans zone rizicole de Molodo se dégrade de plus en plus. Pour cause des cibles d’attaque des groupes terroristes contre les pauvres paysans de ladite localité. Cette situation qui est en train de se passer au vu et au su des autorités militaires de la Transition a créé à la date d’aujourd’hui beaucoup de villages fantômes dans la commune rurale de Marico. Se sentant laissées à leur propre compte  face aux attaques et menaces des  groupes terroristes, les populations de beaucoup villages de ladite commune ont été contraintes de quitter leur village en abandonnant tout: champs, maisons, bétails aux mains des djihadistes pour ceux qui ont eu la chance, sinon les récoltes et les maisons ont été brûlées pour la plupart des cas.

Après Farabougou, l’année dernière, où le village a été assiégé pendant des mois, c’est le tour du village de Siby qui a vu la semaine passée tous les habitants fuir pour aller se réfugier dans d’autres localités notamment N’debougou, M5, Molodo, Niono. A son tour Cocody Bozo Daga, un autre village de la commune de Marico, non loin de Siby a été vidé de ses habitants majoritairement de Bozo avant d’être brûlé par les groupes terroristes, maîtres des lieux.

Selon un habitant de Cocody Bozo Daga, échappé à la mort, “le mardi passé vers 3 heures, les djihadistes sont venus nous attaquer. Suite à cette attaque, nous avons tous quitté le village en portant ce qu’on peut prendre et laisser le reste pour aller se mettre l’abri en dehors du village. Après, notre départ, ils ont forcé nos portes et brûlé le village”. Le même mardi, des informations circulaient sur les réseaux sociaux faisant état de l’intervention militaires dans la zone avec des frappes aériennes.

Notre interlocuteur témoigne, ”nous n’avons vu aucun avion militaire ici. A plus forte  raison que des interventions militaires”. Et de préciser que ”nous sommes toujours à l’attente des réactions des autorités militaires de la Transition censées sécuriser les populations et leurs biens contre les forces du mal”. “Nous leur demandons de réagir le plus rapidement possible pour venir en aide aux paysans de l’Office du Niger pour que les récoltes puissent se faire, afin d’éviter la famine qui nous guette. Sinon, nous sommes vraiment fatigués de la situation d’insécurité de notre commune, voire tout le cercle de Niono”, a-t-il lancé. Avant de s’indigner contre ceux qui sont en train de donner des fausses informations sur les réseaux sociaux concernant l’intervention militaires dans notre zone. Qu’ils arrêtent de nous distraire, qu’ils disent la vérité des faits. Toute intervention militaire est visible sur le terrain. Mais, nous n’avons vu aucune action militaire. Si l’armée a travaillé, nous allons l’applaudir, mais, elle n’a rien fait” a-t-il dit. ”Nous sommes fatigués, nous avons tout perdu. A l’instant, on ne peut pas être en mesure d’évaluer les pertes enregistrées, car les djihadistes   ont tout cassé, tout brûlé”, a-t-il témoigné.

“Nous invitons les autorités militaires de la Transition à tout mettre en œuvre pour trouver une solution idoine à ce problème qui a trop duré.  Sinon, on ne sait même plus où aller” a t-il conclu.

AMTouré

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Les maliens à 80% aiment le mensonge ,le populisme , sur du faux le plus souvent ,dès la tête du prince du jours leurs plait tous les mensonges sont monté de toutes pièces pour faire son éloge , c’est le résultat qui compte sur le terrain et non des mensonge et des mots doux

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here