Farabougou assiégé par les terroristes : Les actions posées par les notables de la localité et les FAMa

1

Pour assister le village de Farabougou, une   localité au centre du Mali assiégée par des djihadistes depuis deux semaines, les forces armées maliennes (FAMa) ont largué, lundi 19 octobre 2020, d’importantes quantités de vivres afin de soulager les habitants en souffrance. Les autorités locales présentes sur les lieux estiment qu’une intervention de l’armée pourrait interrompre les négociations déjà entamées par des notables tout en mettant en danger la vie des habitants.

Afin de soulager la souffrance des populations qui commençaient déjà à manquer de vivres à cause de la présence des forces du mal qui règnent désormais à Farabougou, les FAMa   ont décidé, de leur côté, d’envoyer  de l’aide humanitaire.

C’est une action humanitaire conduite par un avion de transport Y-12 de l’Armée de l’Air qui a pu, selon un communiqué des FAMa , larguer une cargaison de denrées de première nécessité sur le village grâce à des commandos parachutistes.

Selon le communiqué, cette opération émane de  la volonté des autorités de soulager les populations et atténuer les effets néfastes des forces obscurantistes, car,  selon Rfi, après avoir tué au moins six habitants et kidnappé neuf autres,  ces assaillants interdisent  tout  mouvement dans la localité.

En effet,   un pont permettant d’accéder à Farabougou a même été détruit le week-end passé. Ce pont était   un passage obligé pour accéder à cette localité.

Cette opération humanitaire de l’armée malienne  est  donc très  bien accueillie  par les habitants  de Farabougou qui criaient déjà au  secours : « Aidez-nous ! Le riz et le mil commencent sérieusement à manquer. », suppliait   un habitant, joint  par Rfi, le  lundi.

Elle est aussi une réponse aux suspens de beaucoup d’observateurs qui  se demandaient pourquoi l’armée malienne et les forces internationales présentes   n’intervenaient pas à Farabougou.

Selon Rfi,  les soldats maliens ne sont pas inactifs. Ils sont même sur place depuis plusieurs jours et tentent d’acheminer des vivres dans ce village dont les routes sont boueuses et  difficilement praticables.  A cela il faut aussi ajouter le risque de  mines et d’engins explosifs qui pourraient être placés sur les pistes à emprunter.

Pour certaines autorités locales, cette option d’intervention peut  aggraver la situation et étendre  le conflit à d’autres localités : « un assaut  pourrait  enflammer et étendre le conflit  à d’autres localités jusqu’ici préservées », a indiqué  le maire d’une commune voisine.

Par ailleurs, une tentative de médiation est en cours, selon Rfi.  Elle est  menée par des notables de la zone notamment, les maires, chefs traditionnels, représentants communautaires et religieux qui  ont  établi des contacts avec les hommes armés via des intermédiaires locaux : « Nous progressons, mais c’est délicat », expliquait encore ce lundi l’un des membres de cette médiation sur Rfi.

Selon certaines sources, même si   ces hommes armés se présentent eux-mêmes comme des combattants jihadistes idéologiquement, il faut noter  qu’ils  ont aussi des griefs plus spécifiques et  plus locaux, à l’encontre  des chasseurs dozos de Farabougou.

Il faut préciser qu’hier, dans la journée, des images ont circulés sur les réseaux sociaux. On y voyait des motos, des habits jetés attribués aux terroristes abattus par l’armée. Contacté par nos soins, le responsable à la communication de l’armée malienne n’a pas confirmé l’information. Il a juste rassuré des actions seront prises dans les heures qui suivent.

Issa Djiguiba

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Tous derrière les fama, je pense la situation de farabougou est délicate ,nous pensons que les autorités militaires et les sévices de renseignements sont entrain de faire leur tâche ,nous simples citoyens ont ne peut avoir tous les infos Mais en tout cas il ne faut pas que la tragédie de farabougou prospère .Le gouvernement doit prendre des mesures fortes comme l interdiction de vente de moto dans la zones voire même la réglementation de leurs circulation ou plus même leur interdiction totale dans la zone pendant 3mois avec des accompagnements c est ce que le niger a fait a réduit très fortement l insécurité dans sa frontière avec le mali Toute nous souhaitons un heureux dénouement a farabougou

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here