23.2 C
Bamako
jeu 23 Sep 2021 - 3:24
Accueil Insécurité

Les armes utilisées au Sahel viennent d’Europe, selon un enquête d’Amnesty

2

D’où viennent les armes utilisées par les groupes armés au Sahel ? Une étude publiée ce lundi 23 août par l’ONG Amnesty International révèle que la branche sahélienne du groupe État islamique ainsi que le JNIM lié à al-Qaïda utilisent des armes de fabrication européenne et notamment serbe. Amnesty pointe aussi leur utilisation par des milices pro-gouvernementales et évoque des circuits illégaux d’armements de ces groupes.

Amnesty International a analysé plus de 400 photos et vidéos diffusées par la branche sahélienne du groupe État islamique et par le JNIM (Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans) lié à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), mais aussi par des milices locales d’auto-défense – Dan na Ambassagou au Mali ou les VDP (Volontaires pour la défense de la patrie) au Burkina – entre janvier 2018 et mai 2021.

La plupart des armes que l’on peut y voir sont de vieilles Kalachnikovs datant de l’ère soviétique mais Amnesty a également identifié douze cas dans lesquels les combattants avaient des armes plus récentes fabriquées par une entreprise serbe, Zastava.

« Des M70AB2, des M92 et des M05. Ce sont des fusils mitrailleurs qui sont assez présents dans les arsenaux des groupes armés, que ce soit les groupes extrémistes violents ou bien les groupes d’auto-défense. C’est pour cela que cette entreprise a été signalée en particulier », explique Ousmane Diallo, chercheur spécialisé sur le Sahel à Amnesty International.

Trafic, faiblesse des contrôles ou don d’armes

Les groupes jihadistes récupèrent régulièrement les équipements des armées nationales, lors d’attaques de casernes ou sur des soldats tués dans des combats. Mais Amnesty n’exclut pas non plus d’autres canaux.

« Cela peut être par le trafic d’armes et la faiblesse du contrôle des inventaires militaires au sein des pays sahéliens, ajoute Ousmane Diallo. Et en même temps, une dernière hypothèse que l’on ne peut pas négliger, c’est la possibilité que certains des membres de ces Forces armées-là vendent ou bien donnent certains de ces fusils à des membres de groupes armés, en particulier des groupes d’auto-défense pro-gouvernementaux. »

Amnesty rappelle que la France, la Slovaquie et la République tchèque exportent aussi des armes au Sahel et appelle ces pays, mais aussi les gouvernements sahéliens qui reçoivent ces armes, à mieux contrôler leur utilisation.

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Le député ex-LREM Sébastien Nadot estime, lundi sur franceinfo, que dans la guerre au Yémen, « la France est manifestement du côté des bourreaux ».

    La France « arme les bourreaux » au Yémen, dénonce, lundi 15 avril 2019 sur franceinfo, le député ex-LREM de Haute-Garonne Sébastien Nadot, après les révélations de Disclose en partenariat avec la cellule investigation de Radio France. Le député a été exclu du groupe LREM en décembre 2018 après avoir déposé plainte auprès de la Commission européenne pour vente d’armes illégales et déployé une banderole « La France tue au Yémen » devant l’Assemblée nationale.

    Yémen : une frappe de l’Arabie saoudite fait plus de 100 morts

    « La France est manifestement du côté des bourreaux et ce sont les populations civiles yéménites qui en font les frais. C’est absolument terrible. Il y a un traité sur le commerce des armes. Donc la France est en faute en exportant des armes vers les pays de la coalition aujourd’hui, la France enfreint le droit international et c’est incroyable.

    Matignon ment tout simplement. Matignon a les éléments suffisants pour savoir que potentiellement la France vend des armes qui peuvent servir contre les populations civiles. 30% des frappes de la coalition vont sur des populations civiles. »

    En mai dernier
    Le cargo saoudien Bahri Tabuk, dont le site d’investigation Disclose affirme qu’il doit charger des munitions françaises à destination de l’Arabie saoudite, est arrivé mardi après-midi à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) dans l’attente de sa cargaison!

    Deja que
    Un autre cargo battant pavillon saoudien, le Bahri Yanbu, avait dû reprendre le large le 10 mai sans avoir pu charger une cargaison d’armements prévue au port du Havre (Seine-Maritime) sous la pression de plusieurs ONG dont deux d’entre elles, ACAT et ASER, avaient engagé un recours judiciaire, sans succès.

  2. ….LES FRANCAIS COMMANDENT ET LES SERBES DELIVRENT, LA FRANCE ET LES OCCIDENTAUX BLOQUENT NOS FOURNITURES DE CHEZ EUX…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here