Ce que pense Soloni de la course aux armements des puissances : Une troisième guerre mondiale peut-elle être évitée?

0
LeMonde.fr - Des forces combattant l’EI à proximité de Syrte, sur la côte méditerranéenne, en mars 2015
LeMonde.fr - Des forces combattant l’EI à proximité de Syrte, sur la côte méditerranéenne, en mars 2015

Ces deux dernières années, nous assistons à un certain regain de tension entre les différentes puissances et une course effrénée aux armements les plus sophistiqués. En observant de plus prêt la situation, nous comprenons aisément que l’histoire se répète  à de ressemblance prêt. Dans les années 1939, le monde a assisté à  cette même course aux armements.  Déjà en 1918, l ‘ Allemagne par exemple tripla les effectifs  de son armée et renforça sa flotte. La grande Bretagne entreprit de vaste programme de construction navale et la France augmenta la durée du service militaire par « la loi de trois ans ». Après cette course sans merci aux armements, ce fut les alliances progressives pour préparer d’éventuelles guerres: la triple alliance et la triple entente. Ainsi, chaque Etat s’était engagé à défendre son voisin en cas d’agression.

Aujourd’hui encore, les grandes puissances ont repris cette guerre aux armements. Chaque jour, de nouvelles armes voient le jour. Les armes nucléaires sont testées au mépris des lois et des avertissements des nations unies. Quant aux alliances,  inutile d’en parler, elles animent les chroniques. De plus en plus on ne cesse de parler de guerre froide. La Russie et ses alliés d’une part, et l’Europe et les siennes d’autre part sans compter les menaces intempestives  nord coréennes vis-à-vis des Etats Unis et la Corée du Sud, son historique allié. Jusqu’où les puissances seront-elles capables d’aller ? A cette longue liste s’ajoute le djihadisme qui s’est invité dans la danse. Imaginons un instant qu’une de ces armes soit tombée entre les mains de ces « combattants de Dieu », que pourrait-il bien se passer ? En tout cas,  avec ces armes les plus redoutables et la folie des « combattants de Dieu », on ne peut que s’en remettre à Dieu tout en espérant que le pire, jamais ne se produise.  Amadingué Sagara

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER