Interview (presque) imaginaire : IBK : « les maliens n’accepteront plus la complaisance de la MINUSMA vis a vis de la rébellion ! »

1
SEM Ibrahim Boubacar KEITA, président de la république lors de Cérémonie de la signature de l’accord de paix inter-Maliens à Bamako
SEM Ibrahim Boubacar KEITA, président de la république lors de Cérémonie de la signature de l’accord de paix inter-Maliens à Bamako

La tension est montée d’un cran, entre le président de la République et le secrétaire général- adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladesous. Avec la franchise qu’on lui connaît, IBK n’est pas passé par quatre chemins pour dire ce que tous les Maliens, ceux du nord comme ceux du sud,  pensent tout bas : la complaisance, voire la complicité, entre la Minusma et la rébellion.  Pour IBK, le peuple malien mérite un peu de respect. Après avoir respecté le cessez-le feu, cantonné les troupes maliennes sans cesse harcelées par les rebelles au nez et à la barbe de la Minusma, le gouvernement malien se voit, de nouveau contraint par l’ONU, d’accepter l’inacceptable : laisser la Coordination des Mouvements de l’Azawad  (CMA) assassiner les populations du nord, où elle veut, quand elle veut et comme elle veut. Chaque jour que Dieu fait, c’est la CMA qui tue, viole, enlève et assassine de sang-froid d’innocentes victimes. Sans que les protestations du gouvernement malien soient prises en compte par la mission onusienne. Et IBK d’ajouter : « Nous ne sommes pas des gueux ! ».

Dans cette interview, presque imaginaire qu’il a bien voulu nous accorder, le Chef de l’Etat revient, en détails, sur cette passe d’armes qui a réjoui plus d’un Malien.

Mr le président, vous semblez avoir perdu votre sang-froid, après avoir écouté les élucubrations d’Hervé Ladesous, secrétaire général-adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU, vendredi dernier, à la signature de l’accord de paix et de réconciliation au Mali…

 

Mais Le Mollah, ces gens-là nous prennent pour des sauvages. On a tout accepté pour que la paix revienne dans notre pays : le cessez-le feu, le cantonnement de nos troupes …. Sans compter cet accord qui n’en est pas un ; mais que nous avons accepté de signer. Malgré tout, Hervé Ladesous pousse l’outrecuidance jusqu’à nous dire que « qu’il n’est pas question que l’on profite de l’accord pour attaquer ceux qui n’ont pas paraphé ou signé l’accord ». Pour qui nous prend –il ? Des canards sauvages ? Ou  des « nez percés » ?

La rébellion n’a jamais rien respecté. Ni le cessez-le feu, ni les résolutions de l’ONU, encore moins l’intégrité physique des populations qu’elle dit défendre. Rien ! Elle se comporte, au nord, comme un éléphant dans un magasin de babioles, en tuant et en brûlant tout sur son passage. Pire, sous les yeux de la Minusma.

Pendant ce temps, on demande au gouvernement malien de regarder ce sinistre spectacle, sans lever le petit doigt. Comme si cette poignée de rebelles vaut mieux que les 15 millions de Maliens.

 

Qu’allez-vous faire, désormais, Mr le président ?

 

De deux choses, l’une : ou les Nations unies font preuve de justice et d’équité ou je laisserai les Maliens exprimer leur raz-le bol, face à cette situation qui ne finit pas de finir. Tout le monde se rappelle les mémorables marches, organisées à Bamako, contre la France et la Minusma.

J’espère que la Minusma n’obligera pas les Maliens à laisser exploser leur colère dans la rue. Cela n’arrangera ni les Nations unies, ni la France ; encore moins, les troupes de la Minusma, stationnées au Mali.

La balle est, désormais, dans leur camp. A commencer par demander à leurs « protégés » de la CMA de signer l’accord de paix. Et le plus tôt serait le mieux. Car les populations maliennes en ont marre de ce qu’elles voient et entendent tous les jours sur les horreurs commises au nord. Avec la complicité des troupes de la Minusma. Les Maliens n’accepteront plus la complaisance de la Minusma vis-à-vis de la rébellion !

Propos recueillis par Le Mollah Omar

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Je crois que le message est clair et que le minusma a bien entendu.
    Vous devez faire quelques choses Monsieur le Président de la République car les populations du Nord soufrent (sont dans la merde) beaucoup à cause d’une groupe de bandits de grand chemin qui ne sont d’autre que de voyous et ça doit s’arrêter!
    Si ceux qui sont au Mali pour leurs missions ne font pas leurs boulots qu’ils laissent tranquille à ceux qui peuvent nous aider à résoudre nos problèmes où est le problème? A moins qu’ils veulent que les bandits tuent tous les populations du Nord.

    (BIEN KALA GNININAN SE DALE BIEN KALA KAN OBIYEDE, GNENKO KÔRÔ BLALENW NI!)

Comments are closed.