Prévention de la maladie du covid-19 au Mali : Dr Ousmane DIARRA à propos de l’ambitieux projet du Labo REM Biotech de l’USTTB au profit de la population

3

Initié pour la production de gel hydro alcoolique et la formation d’étudiants sur les techniques de production du gel hydro alcoolique, le Labo REM Bio Tech vise à produire et distribuer gratuitement, le maximum de gel hydro alcoolique a la population malienne. Pour plus de détails votre journal s’est entretenu avec le Dr Ousmane DIARRA, responsable de l’unité de Biotechnologie et Microbiologie  du Labo REM Bio Tech, de la Faculté des Sciences et des Techniques de  l’Université des Sciences des Techniques et des Technologies de Bamako.

Qui êtes-vous ?

Je suis le Dr Ousmane DIARRA responsable et formateur de l’unité de Biotechnologie et Microbiologie  du Labo REM Bio Tech de la FST-USTTB-B. 

Avec qui travaillez-vous sur ce projet ?

Je travaille en parfaite collaboration avec mon Co formateur, le Dr Adounigna KASSOGUE responsable adjoint du Labo REM Bio Tech. Les participants à la formation et à la production des gels hydro alcoolique sont : Habibatou Cissé, Atia Traoré, Djeneba OUATTARA, Djeneba Nantoumé et Ibrahim Mallé.

 Quel est le but de ce projet ?

Le projet a pour but, la production et formation sur les techniques de production du gel hydro alcoolique.

De quel genre de gel s’agit-il ?

Ici nous produisons des flacons de 500 ml de gel hydroalcoolique que nous distribuons gratuitement à la population dans le cadre de la lutte contre la propagation de la maladie du COVID-19. Cela en partenariat avec l’UNESCO. On ambitionne également de former des spécialistes en fabrication de gel hydroalcoolique au Mali.

Quel est la capacité de votre laboratoire ?

Le laboratoire a une capacité de production de 130 flacons de gel hydroalcoolique de 500 ml par jour.

Parlez-nous des qualités de votre gel ?

Il s’agit d’un gel de qualité supérieure à ce qui est sur le marché. Le gel fabriqué au Labo REM Bio Tech contient 80% d’alcool contre 62% d’alcool dans les gels vendus sur le marché. Le gel que nous faisons au Labo REM Bio Tech, est un bactéricide, un fongicide et un virucide composé de l’Éthanol 98%, de glycérol 98%, de l’eau oxygénée et de l’eau distillée. Le procédé de fabrication pour un volume final de 10 L s’établit en différentes étapes : Dans une cuve verser l’éthanol 8333 ml a 96% ; Ajouter de l’eau oxygénée 417ml à 3% en agitant ; Ajouter du Glycérol   145 ml à 98 % en agitant et puis le volume final à 10 L en ajoutant 1105 ml d’eau distillée ; Verser dans des flacons, fermer hermétiquement, étiqueter et laisser pendant 72 heures.

D’où vient l’initiative ?

L’idée nous est venue suite à la pandémie du COVID-19. Aussi, à cause de la rupture et la flambée des prix du gel sur le marché, nous avons jugé nécessaire de procéder à la production locale sur place.

Comptez-vous continuer avec le projet après cette crise sanitaire qui secoue le monde ?

L’un de nos objectifs est de former la population à produire eux même du gel, raison pour laquelle nous donnons le protocole de fabrication.

Appel à la population ?

Nous traversons une épreuve difficile et complexe qui exige de nous tous, la confiance en nos dirigeants ; une mobilisation inédite de nos moyens et efforts, mais aussi et surtout le strict respect des mesures barrières afin d’éviter le pire.

Un dernier mot ?

Qu’Allah protège l’humanité toute entière, amen !

Réalisation Dognoume DIARRA

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Merci Dr Diarra l’un des rares maliens qui ont une connaissance productive au service des autres….sinon la plus part de nos diplômes sont cherchés pour servir d’outil d’influence pour nos intérêts égotistes..plus souvent a travers la politique (pour mieux voler et non servir les autres).

  2. Mieux vaut tard que jamais. C’est une excellente initiative de la part de Dr. Ousmane Diarra et ses collaborateurs.
    Ce serait encore plus intéressant s’ils peuvent être un peu plus ambitieux… Fabriquer un gel, est un travail pour des techniciens chimistes, et non pour un professeur d’université. Les recettes de fabrication sont dans les livres et sur internet, maintenant accessibles à tous.
    Ce serait génial s’ils pouvaient contribuer à augmenter nos capacités de tests par jour, à montrer des kits de tests accessibles à nos endroits reculés, réduire le délai d’analyses des échantillons,..etc.
    L’institut Pasteur de Dakar est en train de faire des choses similaires, mais beaucoup plus d’ambitions.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here