Attaques de Tenenkou : L’ombre de Hammadoun Koufa avec un Mouvement de Libération du Macina plane

22
Paysages traditionnels d'un village bozo, près de Konna. Photo France24
Paysages traditionnels d’un village bozo, près de Konna. Photo France24

Les dernières attaques de Tenenkou, aux dires de certains cadres de cette localité n’ont pas surpris. Car dans cette localité, aucune bande criminelle ne répond de rien.  Les populations sans assistance, longtemps livrées à elles-mêmes ont eu le temps de développer un sentiment d’abandon, mettant l’Etat et ses représentants en cause.  Cette zone de cohabitation entre Maures, Peuls et Touaregs est devenue au fil du temps, une terre de repli pour différents groupes armés repoussés du grand nord par les opérations militaires des casques bleus et de Barkhane. Ne bénéficiant pas de l’Etat et de ses partenaires, du même traitement que les régions situées plus au nord du Mali, la bande qui lie Nampala, Léré et Ténenkou est en proie à toutes les aventures possibles, y compris la velléité d’y ramener un « ordre ancien » : celui de l’Empire théocratique peulh du Macina de Sékou Amadou au XIXème Siècle.

Les habitués des plénières de l’assemblée nationale du Mali n’ignorent pas non plus la situation qui prévaut sur cette bande s’étendant le long de la frontière avec la Mauritanie. Pendant la législature passée, les élus de Tenekou (dont l’honorable Témoré Tioulenta) ont attiré l’attention à maintes reprises, sur l’urgence qu’il y avait à surveiller et à ne pas continuer de laisser à l’abandon cette zone. Toutefois, cet abandon s’explique par des considérations géostratégiques et géopolitiques, faisant de l’épicentre de la rébellion, comme Kidal, une priorité et reléguant au second plan la bande en cause. Ainsi, il n’est pas rare d’entendre que toutes les zones affectées par ce phénomène n’ont pas eu le même traitement, « on n’a pas traité toute la zone affectée de façon équitable. Dès qu’ils ont été attaqués et qu’ils se sentent mal à l’aise ils se replient sur cette bande », explique un député.

Après les attaques perlées de Nampala, le 5 Janvier et de Tenekou, les 8 et 16 Janvier 2015, les populations restent encore dans la peur. Des informations font état d’enrôlement des jeunes de la localité par les groupes rebelles. Ils ne sont pas étrangers aux dernières attaques de Tenenkou, remontés contre l’Etat, pour les avoir laissé à l’abandon. Selon un cadre de Ténenkou rencontré à Bamako, « ils prêtent facilement une oreille attentive aux alternatives miroitées par les Jihadistes et suivent ». Aujourd’hui, faute de revendication, il parait difficile de dire avec certitude, qui sont les assaillants de Tenenkou. Ce qui est sûr, les assaillants parlaient aux populations, en peulh, témoignent les ressortissants de Tenenkou. « Ils ont dit qu’ils n’ont pas à faire à la communauté mais qu’ils sont contre l’Etat et ses représentants. Ils font leur conquête au nom de la religion et  revendiquent un certain ‘’ordre ancien’’ », disent les ressortissants. « Nous sommes là pour la religion…  Allah Akbar… La Ilaha ilalah » (il n’y a de dieu que Dieu), scandaient-ils. Selon d’autres sources, les assaillants avaient à leur disposition des enregistrements de prêches de l’Imam Hammadoun Koufa qui a participé à la prise de Konna par les Jihadistes le 10 Janvier 2013. (Lire Portrait de Hammadoun Koufa).

Sentiments d’abandon

Les témoignages que nous avons recueillis avec des ressortissants de Tenenkou ont plusieurs fois évoqué un douloureux évènement du 18 Mars 2013. A cette date, des forains ont été attaqués au niveau du village de Doungoura dans la commune rurale de Toguéré Coumbé, située sur cette bande. Des hommes armés ont fusillé et égorgé une vingtaine de Maliens qu’ils ont jetés dans un puits, déplore un ressortissant de Tenenkou. Il y a eu des rescapés qui ont parlé, mais les plaintes n’ont pas donné lieu à une enquête sérieuse, malgré les multiples initiatives des cadres ressortissants de Ténénkou. Notre interlocuteur reconnait que la Minusma s’y est rendue sur le terrain, mais seulement au début d’Avril 2014, soit plus d’une année après les crimes. A sa suite, la gendarmerie nationale sera là aussi. Mais jusque là, rien d’officiel sur les tueries de Doungoura. « Les parents des victimes de cette attaque du 18 Mars 2013 n’ont reçus aucune condoléance venant des autorités et il n’y a eu aucune rencontre entre ces communautés et l’Etat », nous signale un ressortissant de Tenenkou. Il y a donc un sentiment d’abandon qui rend indispensable des réparations, des rattrapages que l’Etat doit faire. La frustration est grande du  côté des populations comme du côté des cadres. « On ne peut pas comprendre que l’Etat existe et ne s’occupe pas d’une partie de sa population », déplore-t-on. Toutefois, à l’initiative d’un ancien député de la localité, Témoré Tioulenta, une association a été créée, le «Collectif justice pour les victimes de Doungoura ». Elle doit lutter pour que les voix des victimes et de leurs parents soient entendues par les pouvoirs publics. Pendant ce temps, des attaques se multiplient sur cette bande incontrôlée. Il n’y a pas de communication officielle et les rebelles semblent se trouver en  terrain conquis. Les populations déplorent un « manque d’attention de l’Etat » face aux cris des populations, y compris au plan humanitaire. On dénonce l’absence de services sociaux de base ; les écoles sont à l’abandon. Dans ce contexte, qui peut empêcher ‘’les marginaux et des révoltés’’ d’être tentés et embarqués pour cette aventure avec les Jihadistes ?

Aujourd’hui, à Tenenkou, on pense que malgré la présence de troupes à Dioura et Nampala, l’implication des populations parait plus que nécessaire et que sa contribution peut apporter plus d’effet que la présence des blindés sans cette implication. La solution est dans l’accompagnement de la communauté à la prise en charge de sa sécurité. Si l’Etat ne le fait pas, c’est d’autres qui pourraient le faire contre l’Etat.

B . Daou

////

Qui est Hammadoun Koufa ?

S’il a survécu à l’opération Serval, Hammadoun Koufa doit avoir 62 ans. Il serait ressortissant, de Niafunké, ou alors, c’est là qu’il aura passé son jeune âge. C’est entre 2010 et 2012, qu’il était devenu un grand prêcheur, avec un discours qui s’en prend aux autorités politiques et administratives et appelait à un islam plus rigoureux.

Aux premières heures qui ont suivi la prise de Konna par les jihadistes, le jeudi 10 janvier 2013, le nom de Hammadoun Koufa était sur toutes les lèvres. On lui attribuait la prise de cette ville stratégique. Imam réputé pour ses prises de position radicales, Hammadoun dit Hammadoun Koufa  par adjonction du nom de son village natal, est un prêcheur qui s’est fait connaitre notamment grâce à ses nombreuses interventions, sur les stations de Radio de Mopti.

C’est dans une mosquée de Konna, le soir même de la prise de cette localité, qu’il fera la déclaration suivante « il n’y a plus de préfet, plus de sous préfet, plus de maire, plus jamais d’impôts et de taxes, plus de carte nationale d’identité… ». Désormais ; poursuit-il, « les femmes restent à la maison, elles n’en sortiront que voilées et il n’y a plus de loi que la charia et c’est l’iman de Konna qui aura la charge de l’appliquer ».

Mais la gloire n’aura finalement duré que le temps d’une journée. En effet, alors que la ville de Konna se préparait déjà à enterrer ses morts, tôt le vendredi 11 janvier 2013, intervinrent les premières frappes aériennes conjointes de l’armée malienne et  de l’armée française. Depuis, on ne sait plus ce qu’est devenu l’Imam qui devenait l’Emir de Konna. Certains l’ont donné pour mort, suite à ses blessures, mais aucune preuve formelle n’est venue corroborer cette version. Depuis le vendredi 11 janvier 2013, personne n’a plus jamais eu de ses nouvelles à Mopti. Certains expriment leur crainte qu’il n’ait eu l’idée d’aller faire un tour au Nigeria avec Boko Haram, ou avec certains katibas d’Alqaida.

 

B . D.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

22 COMMENTAIRES

  1. King

    Je sais de sources sûres, fiables, et proches du dossier 😆 que différents groupes sont en train de se constituer au sein de la diaspora Malienne dans le monde! 8) 8) 8)

    Ne le répète à personne, mais aux USA par exemple, Yugu aurait constitué le MLAD (Mouvement de libération des anciens de Dabanani)!
    Moussa Ag aurait de son côté créé le MLSRDE (Mouvement de libération des soldats ratés de l’extérieur) et Capi aurait fondé le MLHD (Mouvement de libération des Hexa diplomés)!

    Et ça, c’est juste pour les états unis! 😆 😆 😆 😆

    Sinon, pour les autres pays, on sait que Coco en cote d’ivoire aurait créé le MLTVA (Mouvement de libération des Toubab victimes d’Att), et que moi-même, en France, je suis en train de fonder le MLHE (Mouvement de libération des Hassidiw de l’extérieur)! 😆 😆

    Le Mali est donc à un tournant de son histoire politique avec une telle multiplicité de mouvements naissants. Mais ce n’est pas grave; L’essentiel, c’est QUE NOUS RESTIONS UNIS! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  2. Yugo avec IBK le Mande Zonkeba et le roi des ivrognes, il y aura bientot les mouvements de liberation du Beledugu, du Guidimakan, du Gadiaga, du Kaarta, du Kingui, du Bakhounou, du Wagadu, du Khasso, du Kenedugu, de Segu et du Wasulu.

  3. mali.un.divisibll (1 commentaire) et [email protected] (7845 commentaires),
    VOUS ETES PRIES DORENAVANT DE POSTER DES COMMENTAIRES PLUS COURTS, ET MOINS PASSIONNES!!! 👿 👿

    C’est vrai, quoi! La liberté d’expressions des internautes a aussi ses limites! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

    Houbien? 😛

  4. Libération du Macina? 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Partis comme nous sommes, attendons-nous à voir surgir dans le paysage politique le MLKK (Mouvement de libération de Kalaban Koro) associé à celui du MLKC (Mouvement de libération de Kalaban Coura), constitués de dissidents du MLBB (Mouvement de libération de Badabougou) suite à la fusion récente de ce dernier avec la branche armée du MLNK (Mouvement de libération de Niamakoro). 😥 😥 😥 😥 😥

    Et ça, c’est parler de la montée en puissance du MLFS (Mouvement de libération de Faladié Sema) qui fait de plus en plus d’adeptes, et dont les actuels militants viennent pour partie de l’ancien MLCU (Mouvement de libération de la Cité Unicef) et de quelques membres dissidents de la branche politique du MLNK (Mouvement de libération de Ntomikorobougou).

    Bref, en attendant, vive le Mali Un et Indivisible! 8) 8) 8) 8)

    • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
      IUUUUUUUUUUUUUUUHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

    • PS: Heureusement que l’avènement d’Ibk, comme promis pendant sa campagne, a rapidement, brillamment, (et très FERMEMENT!) mis un terme au désordre régnant sur le territoire, sans ça…… ON RISQUERAIT DE VOIR APPARAITRE DES DIVISIONS! :mrgreen:

      Bref: On l’a échappé belle! 😳

  5. Tout ça il y aura de solution tous les villages qui complices avec terroristes on détruira y compris A KIDAL KIDAL a mérité comme la ville COBANNE syriend détruire total ..

  6. Finissons avec ces idées de division, sinon ce pays disparaitra sans équivoque.

  7. On assistera un jour à une division totale du Mali. Si des groupes de bandits armées sont encouragés au nord aujourd’hui ce serait le tour du Centre du pays. Dans 5 à 10 ans d’autres groupes vont surgir au sud et Mali sera le théâtre d’un Islam qui ne dira jamais son nom. Le Mali est égaré. Aucune gestion administrative de l’Etat. Alpha et ATT doivent répondre et payer par leur sang. Ils ont mis notre beau pays en pâture. Ils ont effondré nos cultures et nos valeurs. Ils ont sacrifié notre pays au nom d’une démocratie sans fondement. Ils ont encouragé le groupe CMDT, le groupe Manding, le Ganda koï, le Ganda Izo, le MNLA, l’Association pour la culture peulh du Mali, les bérets rouges, etc. Toutes ces graines ont été ensemencées par Alpha et qui germent aujourd’hui.

      • Le Cardinal
        “On ne peut faire meilleur diagnostic de l’état de de la nation.”

        Effectivement. ………………..HELAS! 😥 😳 😥

    • Je pense que les gens ont le droit de creer leur movement independantiste: aux USA, france, Bresil, chine, japon… ca se compte en dizaines…

      Le probleme reside dans la difference fondamentale entre ces pays et le mali:
      -Mali: pas d’état – pas de securite – pas d’armee – pas d’homme d’état – pas de redistribution des richesses – pas de lutte contre les mouvements armees…

      Sinon les gens sont libres de vouloir quitter le mali, mais si ils utilisent la violence, alros il faut que l’armee et la police leur tombent dessus, comme la france le fait contre les terroristes corses ou basques par exemple…
      Or nous avons des presidents laches gariboudens, qui mettent en spetacle la mendicite a la television d’état!

      • Chloro-tumu
        “Le probleme reside dans la difference fondamentale entre ces pays et le mali:
        -Mali: pas d’état – pas de securite – pas d’armee – pas d’homme d’état – pas de redistribution des richesses – pas de lutte contre les mouvements armees…”

        Là, et sur ce diagnostic, on se rejoint à 100%!

        Mais quand tu écris: “mais si ils utilisent la violence, alros il faut que l’armee et la police leur tombent dessus, comme la france le fait contre les terroristes corses ou basques par exemple…”, comment veux-tu que ça se fasse dans la mesure où JUSTEMENT, nous n’avons par d’armée, pas de sécurité, et pas d’homme d’état… 8) 8)

        Sinon, je suis entièrement d’accord avec ton diagnostic! (Tout arrive! 😛 )

        • si nfp (?) est d’accord, alors c’est juste!

          Sinon si tu savais ce que ca veut dire dire korotumu, tu t’en moquerais moins…
          Dans un mois, je change encore de pseudo… ce sera… 😉

          • Vas-tu passer à Korotimi?

            Si c’est ça ta “stratégie”, on va pas être longs à faire le lien, tu crois pas? 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.