Crise humanitaire : Les Etats Unis au chevet des Maliens déplacés

0

La sous secrétaire d’Etat américaine à la sécurité civil, Sarah Sewal, qui était devant la presse malienne samedi dernier a annoncé l’octroie d’une aide humanitaire de 29 millions de dollars au Mali. Cette aide américaine supplémentaire est adressée aux Maliens qui ont été contraints de quitter le nord du pays depuis l’éclatement du conflit en 2012. Au total, l’aide financière américaine au Mali s’élève à 105 millions de dollars depuis 2015, à en croire un communiqué du Département d’Etat.

 

L’aide américaine contribuera à soulager les nombreux maliens qui n’ont jusqu’à présent pas pu rejoindre le pays à cause de la persistance de la violence. Encore il y a près de 145.000 Maliens déplacés vers le Burkina Faso, la Mauritanie et le Niger. A ces infortunés s’ajoutent environ 52.000 déplacés internes.

Selon la sous-secrétaire d’Etat américaine à la Sécurité civile, la démocratie et les droits humains, l’aide américaine rejoint les efforts entrepris par l’Onu à travers son Haut commissariat aux réfugiés et le Programme alimentaire mondial. Cet élan de solidarité concerne aussi d’autres organisations humanitaires.

En clair, l’appui américain pourra permettre de financer les actions de ces agences humanitaires en termes de protection et d’assistance aux civils. Il s’agit de rendre facile, entre autres, l’accès aux services de santé, à la nourriture, à l’eau et à l’éducation.

Dr. Sewall était accompagnée par Zainab Hawa Bangura, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles avec rang de Sous-secrétaire. En cette qualité, elle assure les fonctions de Présidente des réseaux inter-agences Action des Nations Unies contre les Violences Sexuelles en période de conflits (UN Action).

Zainab Hawa Bangura et Dr. Sarah Sewall sont aussi allées en Guinée Conakry où discuteront des questions relatives à des violences contre les femmes. Les deux personnalités ont rencontré le Premier ministre malien Modibo Keita, des membres du gouvernements de la société civile pour parler de l’application de l’accord de paix d’Alger.

Soumaila T. Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER