En visite au Mali le dimanche dernier, le Premier ministre espagnol affirme : “L’accord de paix doit être signé le 15 mai prochain”

0

Même si la première visite au Mali du Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, n’a duré que quelques heures, elle a tout de même été très utile. C’est ainsi qu’il a réitéré le soutien du Royaume d’Espagne au Mali. A sa sortie de l’audience que lui a accordée le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, le dimanche 3 mai, il a déclaré que son pays tient à ce que l’accord de paix obtenu à Alger soit signé le 15 mai prochain. Il a indiqué que ce souhait a été également exprimé par l’Union européenne, membre de l’équipe de médiation internationale. Pour lui, ” c’est une occasion qu’on ne peut pas rater, il faut que l’accord soit signé par toutes les parties “. Ajoutant que ” ceux qui s’opposent à la paix s’opposent au Mali “.

Outre ce soutien politique, le premier ministre espagnol était également venu au Mali pour rencontrer les quelque 120 soldats espagnols qui participent à la mission de l’Union européenne assurant la formation de l’armée malienne. Devant eux, il a déclaré que ” notre ennemi à tous, c’est le terrorisme “. Avant d’insister sur l’importance de la réussite de cette mission, car ” sans armée digne de ce nom, les libertés seront impossibles à sauvegarder “. Toutefois, aucune allusion n’a été faite sur une éventuelle participation de l’Espagne aux Casques bleus de la MINUSMA qui assistent impuissamment à une détérioration de la situation sécuritaire au nord du Mali.

De nombreux observateurs lient cette flambée de violence à l’annonce de la signature de l’accord le 15 mai prochain et mettent en cause les séparatistes qui n’ont toujours pas confirmé leur participation. Sûrement un dernier baroud d’honneur pour ces ennemis de la paix afin de saboter le processus.

Massiré Diop

Commentaires via Facebook :

PARTAGER