Gergovie: une vaste opération militaire coordonnée FAMa/MINUSMA dans le Secteur Ouest

0

Du 8 au 18 décembre, la Force de la MINUSMA a mené une opération dénommée “Gergovie” dans les zones de Nampala, Diabaly, Léré et Lerneb. L’objectif visait à gêner les activités des groupes armés hostiles et protéger les populations de ces zones.

“Contrôler ces zones, rassurer les populations et apporter un peu d’aide aux populations”, c’est ainsi que le Chef d’Etat-Major de la Force de la MINUSMA définit l’opération Gergovie. Pour le Général de brigade Hervé Gomart, le message à passer est de rappeler au peuple malien que “les Nations Unies sont à leur service et travaillent en faveur de la paix au Mali.”.

Conformément à son mandat de protection des civils, la Force onusienne basée dans le Secteur Ouest a ainsi opéré pendant 10 jours de manière coordonnée avec les FAMa le long de l’axe nord du Razelma et de Lerneb en rayonnant sur une dizaine de villages et de localités. Cette démonstration de la présence accrue de la MINUSMA permet, d’une part, de dissuader les actes de banditisme souvent répétés dans ces zones, chasse-gardées de ces groupes. D’autre part, il s’agit pour les Casques bleus de jeter les bases de leurs relations avec ses communautés lors d’un futur déploiement dans la zone.

Les populations de ces milieux reculés, inhabituées à la proximité avec les forces de sécurité étaient un peu méfiantes à l’arrivée des composantes de l’opération. Selon le Chef des Opérations de la Force dans le Secteur, les casques bleus du Burkina Faso, grâce à leur connaissance de la langue locale, ont facilité le contact avec la population locale.

“Cette présence d’une longue durée dans des villages isolés où la Force ne se rend pas régulièrement a permis aussi d’expliquer notre mandat aux populations rencontrées et de leur apporter l’appui et la protection nécessaire”, a expliqué le Lieutenant-Colonel Ludovic Antresangle, Chef des Opérations de la MINUSMA dans le Secteur Ouest.

Sécuriser le mouvement des populations

En effet, pendant l’opération Gergovie, la Force onusienne et les FAMa ont conduit, le 15 décembre, une activité civilo-militaire à Nampala. Paralysés pendant la crise avec le déplacement des habitants fuyant l’occupation, les écoles et les services de santé de Nampala ont repris le service depuis plus d’une année. Pour le Premier Adjoint au Maire de cette commune, la sécurité commence à revenir dans la zone qui a actuellement un grand besoin de projets de développement en faveur des agriculteurs, notamment, principale activité dans la zone. “En réalité, nous sommes fiers de voir nos Forces de sécurité, accompagnées de la MINUSMA et de Barkhane, venir en soutien aux populations de Nampala. C’est un élan vers la paix qui s’instaure petit à petit et un geste qui renforce la cohésion sociale”, a déclaré Hadji Boukhari Ba.

Dans le cadre de cette journée d’activités civilo-militaires, les Forces armées maliennes (FAMa) et celles de la MINUSMA ont échangé avec les autorités locales et les notabilités de Nampala. Dans un esprit de fraternité, les Casques bleus ont apporté une aide médicale à plus de 200 personnes et distribué des kits scolaires à une centaine d’élèves des classes fondamentales. “Ils avaient besoin de ces kits que les parents ne peuvent pas toujours procurer à leurs enfants”, s’est réjoui le directeur de l’Ecole fondamentale de Nampala. De son côté, les FaMa ont fait un don en vivres alimentaires à la population qui a accueilli l’initiative avec joie.

 “Ces activités civilo-militaires conribuent à la réussite de notre mission régalienne auprès des populations. Ces dernières peuvent jouer un rôle fondamental par leur collaboration que nous les encourageons à manifester pour de meilleurs résultats”, a exprimé le Colonel Oumar Diarra, Chef du Secteur 3 basé à Tombouctou, après avoir exprimé sa satisfaction de l’appui obtenu des Forces de la MINUSMA et de Barkhane.

Au terme de cette opération, le commandant du Secteur Ouest, le Brigadier-général Daniel Sidiki Traoré a fait savoir que ces actions vont continuer dans sa zone de commandement pour faciliter la mise en oeuvre de l’Accord de paix, maintenir un espace securisé pour le mouvement des populations et leurs activités quotidiennnes, surtout lors des foires. Par ailleurs, le chef de la Force onusienne dans la région a appelé toutes les couches des populations à se joindre à la dynamique de la paix et “nous aident à les aider”, a-t-il conclu.

Minusma

PARTAGER