Intégration des ex-combattants dans les Famas : Ce qu’il faut savoir sur les grades

3

Dans quelques semaines, voire quelques mois, les forces armées de défense et de sécurité seront reconstituées avec les ex-combattants des groupes rebelles CMA et la Plateforme. Dans cette affaire, la question des grades mérite une attention particulière et doit être attribuée dans la plus grande transparence pour éviter tout cas de frustration au sein des formes armées.

 

Présidé par le ministre des anciens combattants Tienan Hubert Coulibaly, un cadre de concertation sur la question d’intégration des ex-combattants a réuni la partie gouvernementale, la CMA et la Plateforme au CICB, il y’a quelque jours.

 

Les travaux de cette rencontre ont été sanctionnés par la création du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) et l’organisation des patrouilles mixtes dans les régions Nord du Mali.

 

Les missions

 

Le MOC, présidé par un officier des forces armées et de sécurité sera secondé par un représentant de la Coordination et un représentant de la Plateforme, travaillera en étroite collaboration avec les forces internationales en présence. Il est chargé de planifier et de conduire les patrouilles mixtes incluant des éléments des forces armées et de sécurité maliennes et des éléments de la Coordination et de la Plateforme avec, si nécessaire et si possible, l’appui de la MINUSMA et des forces internationales en présence. Il est également chargé de planifier et de coordonner toutes les actions et mouvements des combattants pour toute la durée du processus de cantonnement.

 

Les grades

 

Ainsi, en ce qui concerne l’attribution des grades, selon l’annexe 2 de l’Accord d’Alger, une commission d’intégration sera mise en place, qui comprendra des représentants des forces armées et de sécurité, de la Coordination et de la Plateforme, travaillera en étroite coopération avec le Comité de Suivi de l’Accord.

 

Toutefois, elle formulera des propositions sur les modalités d’attribution des grades et de reclassement.

 

En effet, les membres des mouvements anciennement officiers des forces armées et de sécurité seront réintégrés au moins (doute) aux mêmes grades. Ceux qui ne remplissent pas les conditions et ceux qui choisiront de ne pas être intégrés pourront bénéficier d’une pension de retraite, d’une pension proportionnelle ou d’une pension d’invalidité ou tout autre arrangement suivant le cas.

 

L’esprit du texte

 

Ce que le texte dit est clair et cela laisse entrevoir que la mainmise des rebelles sur la question peut porter à leur faveur bon gré mal gré.

 

Ce qu’il faut retenir est qu’il y’a le texte et l’esprit du texte. Ce qui veut dire que les groupes armés prendront leur grade sur une table selon leur choix.

 

La confiance

 

Le conflit entre l’Armée malienne et les groupes armés a amené à l’effritement de la confiance entre ces deux corps reconstitués.

 

Avec l’intégration des ex-combattants, le gouvernement doit s’atteler pour établir rapidement  la confiance au sein de cette nouvelle armée républicaine afin de faire face à la menace terroriste sur l’ensemble de la partie Nord du Mali.

 

Ousmane MORBA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. En 1991, selon les termes de l'accord de Tamanrasset, 3215 ex rebelles ont intégré soit l'armée, soit la gerndarmerie, les douanes, la garde nationale. La plupart d'entre eux ont déserté quelques années plus tard (avec armes et bagages) pour réintégrer les nouveaux mouvements rebelles, et parmi lesquels de hauts gradés, dont la liste a même été publiée par le MNLA lui-même. à bon entendeur…

  2. En 1991, selon les termes de l'accord de Tamanrasset, 3215 ex rebelles ont intégré soit l'armée, soit la gerndarmerie, les douanes, la garde nationale. La plupart d'entre eux ont déserté quelques années plus tard (avec armes et bagages) pour réintégrer les nouveaux mouvements rebelles, et parmi lesquels de hauts gradés, dont la liste a même été publiée par le MNLA lui-même. à bon entendeur…

  3. We sincerely hope the Malian Army will thoroughly interview all new members it accept into the arm forces especially those who if not terrorists did at one time fight as comrades to terrorists before the hard core terrorists betrayed them. We know Mali have to have unity but unity at any cost under the total circumstances now existing in Mali will only be found in speech. The former terrorists assistants should take the forefront against terrorists actions in FAMAS. Surely such condition will best attest to their commitment as to whether it is to the people of Mali or terrorists.
    Keep it real. Peace piece. Very sincere, Henry Author Price Junior aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan

Comments are closed.