Mali, l’homme malade du Sahel

2
Tiebilé Dramé
Tiebilé Dramé

Survenue une semaine après les attentats de Paris, l’attaque terroriste contre le Radisson Blu de Bamako a, par sa brutalité, le nombre élevé de victimes étrangères, leurs nationalités,  remis en lumière les fragilités du Mali.

Ce vaste pays sahélien focalise l’attention du monde depuis  2012. À la faveur d’une rébellion déclenchée par d’anciens soldats de Kadhafi originaires du nord du Mali, puis d’un coup d’État militaire, des groupes armés jihadistes affiliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avaient imposé, pendant dix mois, sur les deux tiers du territoire national, un régime particulièrement brutal, avec son lot d’exactions et d’atrocités. L’intervention des armées française et africaines avait mis fin à l’occupation jihadiste et brisé la colonne vertébrale des groupes terroristes. Depuis, le Mali a organisé, en 2013, des élections consacrant le retour à la normalité constitutionnelle et signé, le 20 juin dernier, un accord de paix et de réconciliation avec les groupes rebelles du nord du pays.
L’attentat du 20 novembre est intervenu exactement cinq mois après la signature de cet accord, dans un contexte marqué par la détérioration de la situation sécuritaire générale du pays.Du 1er janvier à la fin du mois de novembre, une centaine d’incidents armés (attaques, affrontements et explosions de mines anti-personnel) ont entraîné la mort d’au moins 350 personnes (Maliens et étrangers, civils comme militaires). Aucune région n’a été épargnée. La moitié des incidents et des morts ont été enregistrés après la signature de l’accord de paix.
Au nombre des fragilités maliennes mises au jour par l’attaque du Radisson figure la gouvernance, dont les faiblesses ont été largement soulignées, notamment dans la presse internationale. Quand le Mali s’est effondré en 2012, les causes profondes de la grave crise sécuritaire et institutionnelle dans laquelle le pays était plongé faisaient l’objet d’un consensus international. Les éléments constitutifs de ce diagnostic étaient :
– la rébellion déclenchée par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ;
– la présence dans la partie septentrionale du territoire de jihadistes dont la principale activité était le business des otages occidentaux, enlevés puis libérés contre versement de rançons ;
– la mal gouvernance, qui était le combustible de la crise.
Un tel diagnostic aurait dû conduire les médecins accourus au chevet de l’homme malade du Sahel à appliquer une trithérapie vigoureuse. Ce ne fut pas le cas. Après plusieurs mois d’atermoiements, quand les parties se sont enfin résolues à prendre le chemin des négociations, l’on a cherché à apporter des réponses aux seules questions posées par les rébellions. Les autres causes de l’effondrement du pays ont été reléguées au second plan.
Pendant près d’une année (juin 2014-juin 2015), avec une bonne foi et une persévérance indéniables, les voisins du Mali et toute la communauté internationale ont cru soigner le mal en trouvant un compromis (dicté par le rapport des forces du moment) entre le gouvernement et les groupes armés éligibles au dialogue, c’est-à-dire ceux ayant publiquement et formellement renoncé au terrorisme. Mais ce compromis ne traite ni de la question des groupes armés jihadistes, ni de celle de l’économie criminelle. Ni même de celle de la bonne  gouvernance.
Six mois plus tard, bien que les parties signataires aient donné les signes d’une certaine volonté de paix et qu’une dynamique de réconciliation soit perceptible, la situation générale du pays reste préoccupante au double plan de la sécurité et de la gouvernance. Croyant que l’organisation d’élections consacrant le retour à la normalité constitutionnelle était synonyme de démocratie et de bonne gouvernance, les médecins accourus au chevet du Mali se sont retrouvés piégés par la résurgence de vieilles pratiques de corruption, de scandales et de détournements en tous genres, devant lesquels ils semblent pour l’instant fermer les yeux.
Les deux premières années du quinquennat en cours ont été ėmaillées de nombreux scandales qui ont érodé la crédibilité intérieure et extérieure du Mali : de l’acquisition d’un nouvel aéronef présidentiel à l’affaire dite des « 1000 tracteurs du prédisent », en passant par la fourniture de matériels et d’équipements à l’armée, les engrais frelatés, les relations douteuses avec des groupes d’intérêts étrangers, l’image du Mali post-crise est passablement écornée. Comme si le pays ne revenait pas déjà de loin, le retour à l’ordre constitutionnel s’est caractérisé par la reprise du « business as usual », renvoyant aux oubliettes les promesses d’une indispensable re-fondation de la gouvernance et des institutions.
Parallèlement, comme on l’a vu, la situation sécuritaire du pays n’a cessé de se dégrader. La multiplication des incidents depuis la signature de l’accord de paix ne laisse pas d’inquiéter. Une demie douzaine de groupes armés jihadistes opèrent dans toutes les régions du pays. Ils alternent assassinats ciblés et attaques aveugles indiscriminées. Si les chefs de certains groupes sont des émirs algériens, comme Mokhtar Belmokhtar ou Yahia Abou al-Hammam, plusieurs Maliens ont, au fil du temps, assumé des responsabilités au sein de ces organisations qui sèment la mort sur tout le territoire. Parmi eux, Iyad Ag Ghali, Abdelkrim le Targui, Hamadoun Koufa Diallo, etc… Ces groupes recrutent des jeunes dans toutes les régions et communautés ethniques. Comme si l’on assistait à une malianisation des groupes jihadistes.
La fusillade du Radisson a mis en évidence les failles et les dysfonctionnements de la gouvernance sécuritaire, sinon de la gouvernance tout court. Elle a provoqué une prise de conscience quant à la dégradation de la situation générale du pays. En effet, désormais, le lien est clairement établi entre sécurité et bonne gouvernance, entre mauvaise gestion des affaires publiques et sécurité publique, entre sécurité nationale et une indispensable vision politique générale.

La recrudescence des activités des groupes armés islamistes fait peser de sérieuses menaces sur la paix et la stabilité du pays, dans un contexte d’inquiétudes relatives aux lenteurs dans la mise en œuvre de l’accord de paix d’Alger. Aqmi, qui s’est rapprochée des Mourabitounes, comme en témoigne l’opération conjointe contre le Radisson, fait preuve d’une grande audace et recrute parmi les jeunes de toutes les communautés du nord du pays, y compris dans la rangs des combattants des groupes signataires de l’accord d’Alger.

Fin novembre, une colonne de membres d’Aqmi lourdement armés, à bord d’une trentaine de pick-up, a encerclé à Boujbéa, au nord de Tombouctou, une réunion de réconciliation de la tribu arabe des Bérabiches, proférant des menaces contre les « collaborateurs » des forces internationales.
Les lenteurs du processus de paix (certains n’hésitent pas à parler d’enlisement) et la dégradation de la situation générale devraient inciter les acteurs maliens (majorité, opposition, société civile et groupes armés) à se concerter pour endiguer et conjurer les périls qui menacent l’existence même de leur nation.

Pour ce faire, ils  pourraient se saisir d’un instrument prévu par l’accord d’Alger : « la conférence d’entente nationale » pour se pencher sur toutes les causes qui ont conduit à l’effondrement du Mali en 2012 et pour poser ensemble les jalons d’une nouvelle gouvernance pour la paix et la stabilité. Là aussi, un autre mécanisme de l’accord d’Alger pourrait être d’une grande utilité : « la période intérimaire de dix-huit à vingt-quatre mois. »
La nouvelle année qui s’annonce doit être radicalement différente de celle qui s’achève. Sinon le Mali risquerait de s’installer dans une crise démobilisatrice, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Tieblen, toi fay fodè, c est pas toi et ton att qui aviez rendu le Mali malade pendant les 10 de mal gouvernance du grand voleur de Mopti?
    Et aujourd’hui tu ouvre ta grande gueule pour ne pas dire le nom de ta chose situé en arrière

  2. “Au nombre des fragilités maliennes mises au jour par l’attaque du Radisson figure la gouvernance, dont les faiblesses ont été largement soulignées, notamment dans la presse internationale.”

    Pfff! 🙄 c’est bien connu, la presse internationale est FORCEMENT médisante à l’égard du Mali, qu’elle veut déstabiliser à tout prix! 8) 8) 8) 8)
    Mais si mais si… Tous les cons vous le diront! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    “les médecins accourus au chevet du Mali se sont retrouvés piégés par la résurgence de vieilles pratiques de corruption, de scandales et de détournements en tous genres”
    Pfff! 🙄 Comment peut-on écrire des horreurs pareilles? 🙄 🙄 MEDISANT, va! :mrgreen: :mrgreen:

    “La nouvelle année qui s’annonce doit être radicalement différente de celle qui s’achève. Sinon le Mali risquerait de s’installer dans une crise démobilisatrice, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.”
    Pfff! 🙄 Encore un type qui est mal informé! 🙄 Demandez un peu aux pintades si l’année écoulée n’a pas été au contraire une année de progrès et d’avancées dans tous les domaines! :mrgreen: :mrgreen:

    Pfff! 🙄 De la MEDISANCE cet article! Rien que de la médisance!… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    PS: Je ne serais pas étonné que ces “rumeurs” sordides soient orchestrées en sous-main par la France pour mieux déstabiliser le grand Maliba d’Ibk, en vue de piller nos ressources ensuite! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Faudra demander son avis là dessus à Coco, Cauritologue… 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.