Mise en œuvre intégrale de l’Accord d’Alger : Une volonté des colonels qui divise !

22

La volonté affichée des colonels au pouvoir de mettre en œuvre intégralement l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger divise les Maliens. Certaines actions allant dans le sens de cette mise en œuvre effective, dont la nomination des membres du Conseil Consultatif Interrégional de la Zone de Développement des régions du Nord, a frustré certains Maliens qui ont déjà créé un front de refus. Certains soutiens même de la Transition haussent le ton et disent « non » à la mise en œuvre intégrale de l’-accord jugé « illégal » par bon nombre de citoyens. 

L’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Voilà le document dont la mise en œuvre intégrale divise les Maliens depuis sa signature en 2015 ! Si sa mise en œuvre intégrale est perçue, par les séparatistes et la communauté internationale, comme un moyen incontournable pour le retour de la paix et du vivre ensemble, beaucoup de Maliens pensent le contraire. Ceux-ci voient d’ailleurs au document qu’ils jugent « illégal » un instrument de partition du Mali.  C’est pourquoi ils demandent sa révision.

Les  autorités de la transition sont-elles favorables à la mise en œuvre intégrale de cet accord

Même si le régime IBK qui a signé l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger était réticent par rapport à la mise en œuvre intégrale du document, les ex-putschistes, les éléments du CNSP, semblent être dans la logique d’aller à la mise en œuvre intégrale de cet accord.

Pendant que les Maliens attendent la relecture de cet accord comme a demandé le DNI qu’ils (les ex-putschistes) ont promis de prendre en compte les recommandations, leurs actions vont dans le sens de la mise en œuvre intégrale du document. C’est en tout cas ce que leur reprochent les membres du Front de refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger. « Depuis le 16 décembre 2020, nous constatons avec regret que les autorités activent à la mise en œuvre intégrale de cet accord illégal et illégitime », ont indiqué les membres du nouveau mouvement qui ont laissé entendre que la mise en œuvre de l’Accord issu du processus d’Alger, version 2015, aboutira « sans aucun doute à la dislocation de la République du Mali ». Pour les membres de ce nouveau front, dont Ibrahima Kébé, la mise en œuvre de l’Accord en l’état est impossible et inacceptable.

En plus des membres de ce front, un des soutiens de la transition, Nouhoum Sarr est sorti de son silence pour s’opposer à cette volonté de ses « amis » officiers. « Le Bureau politique national du parti Front africain pour le Développement (FAD) a constaté avec stupéfaction, la signature par le ministre de l’Administration territoriale d’un arrêté en date du 31 décembre 2020, portant nomination des membres du Conseil Consultatif Interrégional de la Zone de Développement des régions du Nord », a déploré le FAD dans un communiqué publié cette semaine.  Après s’être insurgé « contre cette décision qui marque une fuite en avant dans la mise en œuvre de l’accord antinational issu du processus d’Alger », le FAD a condamné sans réserve « l’attitude aventurière du ministre de l’Administration territoriale et rappelle son opposition ferme a toute application de l’accord en l’état ». Ce n’est pas tout, le parti s’est dit déterminé à « empêcher l’application de l’accord antinational issu du processus d’Alger ». Il a même mis en garde les autorités de la transition contre toute tentative de passage en force.

Pour sa part, la coalition contre la partition du Mali ‘’IGDAH-Mali TE TILA’’ s’oppose à la mise en œuvre intégrale de l’Accord et invite les autorités transitoires à aller vers la relecture du document. Aussi, des hommes politiques dont Dr Choguel Kokalla Maiga, ont toujours dénoncé cet accord et réclamé sa relecture.

Si les autorités transitoires n’écoutent pas toutes ces voix qui s’opposent à la mise en œuvre intégrale de cet accord et s’entêtent dans leur décision, il faut s’attendre à des manifestations. Et beaucoup de leurs alliés risqueront de retourner contre elles.

 

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

22 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Maliweb, ce n’est pas du tout amusant de refuser de publier mes réponses aux contributions des internautes, cas de Biton de SÉGOU.

    Merci Biton de SÉGOU de lire ma réponse à vos contributions dans le volet Facebook de cet article.

    Maliwzb, Regardez SVP l’heure qu’il est ( 05 H 25).

    On prend le temps de répondre sérieusement aux contributions des frères et sœurs Maliens sur une problématique si importante comme l’accord de paix, Et vous, vous prenez le plaisir de torpiller les efforts fournis.

    Il est plus honnête de dire que vous supportez le front pour le rejet de l’accord de paix et auquel cas pouvez-vous franchement assurer les rôles impartial et à équidistance de vos clients que doit joué le média Maliweb ?

    Encore une fois, ressaisissez-vous.

    Bien cordialement
    Dr Anasser bAg Rhissa
    TEL 78731461

  2. ALORS, QUE LES SOLDATS DE RANG, LA PARTIE PATRIOTIQUE DES FAMAS PRENNE SES RESPONSABILITÉS DEVANT L' HISTOIRE.

    C’ EST TOUT SIMPLEMENT UNE FUITE EN AVANT, UNE DIVERSION FATALE DE PLUS.

    JE DIS BIEN UNE DIVERSION FATALE DE PLUS.

    EN QUOI LA PRÉSENTE CONSTITUTION EST MAUVAISE ? LESQUELS DE SES ARTICLES..???

    LA CONSTITUTION EN VIGUEUR A ÉTÉ COMBIEN DE FOIS VIOLÉE PAR LE VOL , LE MENSONGE ET LA TRAITRISE DES GOUVERNANTS MAL ÉDUQUÉS, MAL ÉLEVÉS ET LARBINS CONGÉNITAUX, BLA’NKORO ÉTERNELS..???

    UNE NOUVELLE CONSTITUTION POUR QUOI FAIRE, QUAND L’ ACTUELE EST NON-RESPECTÉE POUR DES CAUSES PERSONNELLES DES DIRIGEANTS ???

    UNE NOUVELLE CONSTITUTION POUR Y INCLURE LA PENDAISON PUBLIQUE DES PRÉSIDENTS QUI NE FONT PAS LEUR DÉCLARATION DE PATRIMOINE Á TEMPS ??

    UNE NOUVELLE CONSTITUTION POUR Y INCLURE LA PENDAISON PUBLIQUE DES PREMIERS
    MINISTRES QUI NE FONT PAS LEUR DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE Á TEMPS.

    LA FRANCE EST DERRIERE CETTE DIVERSION FATALE.

    LA FRANCE DIRIGE Á 100% LA TRANSITION AU MALI.

    LA FRANCE A FAIT FAIRE LE COUP D’ ÉTAT PAR BAH N’DAW, ET ASSIMI GOITA N’ EST QUE L’ HOMME DE TERRAIN DE BAH N’DAW, CONTRAIREMENT Á CE QUE LA DIVERSION A FAIT CROIRE AUX MALIENS.

    MALIENS, ALLEZ-Y Á LOMÉ, AU TOGO, CHEZ Faure Essozimna Gnassingbé Eyadéma POUR SAVOIR LES DÉTAILS DU COUP D’ ÉTAT AU MALI ET AUSSI DE LA MISE EN PLACE DU SIMULACRE DE “TRANSITION”.

    CHOGUEL KOUKALA MAIGA EN SAIT QUELQUE CHOSE , PUISQU’ IL A DIT LE PREMIER “FAIRE DU IBK SANS IBK”.

    OUI, CHOGUEL KOUKALA MAIGA EN SAIT QUELQUE CHOSE, CAR SON VOCABULAIRE ÉTAIT ENCORE HORS DE “LA FENETRE D’ OVERTON”…., CAR DÉJÁ INFORMÉ….!!

    CETTE TRANSITION EST UNE DIVERSION POTENTIELLEMENT FATALE , DONC LE PEUPLE DOIT DÉGAGER BAH N’DAW ET LE CNSP-MENSONGER.

    AUX PREMIERES HEURES, NOUS AVONS TOUS CRU Á DES JEUNES SANKARISTES MODERNES…MAIS HÉLAS….!!

  3. ALORS, QUE LES SOLDATS DE RANG, LA PARTIE PATRIOTIQUE DES FAMAS PRENNE SES RESPONSABILITÉS DEVANT L' HISTOIRE.

    Mise en œuvre intégrale de l’Accord d’Alger : Une volonté des colonels????

    ALORS, QUE LES SOLDATS DE RANG, LA PARTIE PATRIOTIQUE DES FAMAS PRENNE SES RESPONSABILITÉS DEVANT L’ HISTOIRE.

    JE PENSE, IL Y A ENCORE MOINS DE COLONELS QUE DE CAPITAINES , LIEUTENANTS ET SERGENTS….ET.. CE SONT CES DERNIERS QUI ONT LES ARMES.

    EN DERNIER RESSORT, MÊME SI TOUS DANS LES FAMAS DEVRAIENT DEVENIR D’ UN COUP MAGIQUE TRAITRES, ALORS ILS N’AURONT PAS 10 000 000 DE BALLES Á SE “DÉFENDRE” CONTRE NOUS PEUPLE….

    ALORS, QUE LES SOLDATS DE RANG, LA PARTIE PATRIOTIQUE DES FAMAS PRENNE SES RESPONSABILITÉS DEVANT L’ HISTOIRE.

    ALORS, QUE LES SOLDATS DE RANG, LA PARTIE PATRIOTIQUE DES FAMAS PRENNE SES RESPONSABILITÉS DEVANT L’ HISTOIRE.

    ALORS, QUE LES SOLDATS DE RANG, LA PARTIE PATRIOTIQUE DES FAMAS PRENNE SES RESPONSABILITÉS DEVANT L’ HISTOIRE.

  4. Anasser, la strategie existe deja! Elle s’appelle l’application de la Constitution du Mali. J’ai lu a’ plusieurs reprises les Accords d’Alger. J’ai des problemes avec plusieurs articles de ce document dont les Articles 6, 21, 22 et 39. Ce n’est pas acceptable de creer une republique dans la republique du Mali. MORE IMPORTANTLY, NOUS NE POUVONS PAS TOLERER L’EXISTENCE DE DEUX CATEGORIES DE CITOYENNES ET DE CITOYENS AU MALI!!!! Je constate qu’ on tient a’ creer une republique independante a’ l’interieur de notre faso et qui sera finance’e par…. le Mali. CE QUI EST INACCEPTABLE!!!!! Meme si nous choisissons une decentralisation tres pousse’e, LES REGIONS NE DOIVENT EN AUCUN CAS ETRE PLUS PUISSANTES QUE L’ETAT MALIEN! L’ETAT MALIEN DOIT DETENIR LE POUVOIR QUI LUI PERMET DE CONTROLER QUE LES ACTIONS PRISES PAR LES GOUVERNEMENTS REGIONAUX SONT CONFORMES A’ LA CONSTITUTION DU MALI! LES IMPORTANTES DECISIONS DOIVENT DONC ETRE SOUMISES A’ UNE STRUCTURE QUE L’ETAT MALIEN VA CREER ET/OU A DEJA EN PLACE POUR VERIFIER QUE LESDITES DECISIONS SONT CONFORMES A’ LA CONSTITUTION DU MALI ET AUX LOIS EN VIGEUR AU NIVEAU NATIONAL AVANT D’ETRE EXECUTE’ES!
    Le president de l’Assemble’e regionale ne doit pas etre le president du pouvoir executif au niveau de la region. IL FAUT ABSOLUMENT AVOIR UNE SEPARATION DES TROIS POUVOIRS AU NIVEAU REGIONAL AUSSI. JE CONSEILLERAIS UN GOUVERNEUR ELU PAR LES HABITANTS DE LA REGION. CE GOUVERNEUR JOUERA LE ROLE DE CHEF DE L’EXECUTIF AU NIVEAU REGIONAL. IL NOMMERA UN GOUVERNEMENT REGIONAL QUI CONTROLERA TOUS LES SERVICES AU NIVEAU DE LA REGION. LE BUDGET REGIONAL vote’ par l’ASSEMBLE’E REGIONALE VIENDRA DES IMPOTS PRELEVE’S AU NIVEAU DE LA REGION. LES HABITANTS AURONT DONC A’ PAYER UN IMPOT NATIONAL, UN IMPOT REGIONAL ET UN IMPOT LOCAL. L’IMPOT LOCAL SERVIRA A’ ALIMENTER LE BUDGET DE LA COMMUNE. COMME CERTAINES REGIONS SONT PLUS RICHES QUE D’AUTRES REGIONS, LE GOUVERNEMENT NATIONAL ET/OU L’ASSEMBLE’E NATIONALE DU MALI VOTERA UN BUGET ANNUEL NATIONAL QU’IL DISTRIBUERA ENTRE LES REGIONS DISTRIBUERA EN FONCTION DES BESOINS DE CHAQUE REGION. ON ENVERRA AINSI PLUS D’ARGENT LA’ OU’ C’EST NECESSAIRE!!!
    LES FORCES ARMEES NATIONALES SERONT PRESENTES SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE NATIONAL MALIEN. ELLES AURONT LA NOBLE MISSION DE SECURISER LES FRONTIERES INTERBATIONALES DU MALI! LA GENDARMERIE S’ OCCUPERA DES CRIMES QUI S’ETENDENT SUR DEUX OU PLUS DE DEUX REGIONS. IL Y AURA DES POLICES REGIONALES ET DES GARDES REGIONALES QUI OPERERONT AU NIVEAU DE LA REGION MAIS QUI PEUVENT ETRE DEPLOYE’ES EN DEHORS DE LA REGION SUR DEMANDE DU GOUVERNEMENT NATIONAL OUR SUR DEMANDE D’UN GOUVERNEUR QUI A BESOIN D’UNE AIDE URGENT DANS SA REGION. CHAQUE COMMUNE AURA SA PROPRE POLICE QU’ELLE RECRUTERA AU NIVEAU LOCAL.
    TOUTES LES ECOLES PUBLIQUES SERONT CONTROLE’ES PAR LES COMMUNES OU’ ELLES SONT! SI LA COMMUNE NE JOUE PAS CORRECTEMENT SON ROLE, LE GOUVERNEUR DE LA REGION PEUT PLACER LES ECOLES DE LA COMMUNE SOUS SON AUTORITE’ AFIN DE REDRESSER LEUR GESTION ET PERMETTRE AUX ENFANT D’AVOIR DES ECOLES QUI … ENSEIGNENT!!!!! CHAQUE REGION MALIENNE AURA SA PROPRE UNIVERSITE’ QUI SERA GERE’E PAR UN CONSEIL D’ADMINISTRATION INDEPENDANT DONT LES MEMBRES SERONT NOMME’S PAR LE GOUVERNEUR DE LA REGION OU’ L’UNIVERSITE’ EST.
    PLUSIEURS SECTEURS DE L’ECONOMIE CONTROLE’S EN CE MOMENT PAR L’ETAT SERONT PRIVATISE’S MAIS 55% DES CAPITAUX DE CHAQUE SECTEUR PRIVE’ RESTERONT ENTRE LES MAINS DES NATIONAUX MALIENS!
    MES AMIS, LES SOLUTIONS EXISTENT!!!!!!! ILS FAUT LES UTILISER!!!!!! CESSEZ SURTOUT DE VIDER LES CAISSES DE L’ETAT. PENSEZ A’ CE QUE L’HISTOIRE RETIENDRA DE VOUS!!!! LES CIMETIERES A’ TRAVERS LE MONDE SONT REMPLIS DES GENS QUI ETAIENT EXTREMEMENT RICHES ET QUI PENSAIENT QUE LE MONDE NE POUVAIT PAS SE PASSER D’EUX!!!
    AW BE’ KA HAKILI SORO!!!!!!!

    • Au Mali, Assurons notre autosuffisance alimentaire et avanÇons vers notre autosuffisance dans tous les domaines à travers la régionalisation et la mise en œuvre de l’accord de paix.

      Bonsoir,

      Merci Biton de SEGOU de votre contribution éclairée.

      En lisant bien l’accord de paix certaines de vos idées y trouvent une place importante.

      Vous trouverez ci-dessous comment on pourrait arriver à une économie de services et une mutualisation de ces services à tous les niveaux.

      L’accord de paix n’avait pas été validé par l’assemblée nationale car les députés ont fait partie des rencontres des forces vives qui avaient émis des recommandations dont certaines ont été prises en compte dans l’accord définitif.

      Pour améliorer cette inclusivité, la conférence d’entente nationale inclusive avait été organisée (prévue dans l’accord de paix). Elle avait utilisé une méthodologie inclusive.

      De plus, un référendum est prévu pour valider la constitution qui sera modifiée (la réforme constitutionnelle et la révision de la constitution sont attendues pour ce faire) pour prendre en compte certaines clauses de l accord de paix.

      Tous ces aspects montrent que l’accord de paix, à travers sa mise en oeuvre intégrant la mise en place des autorités intérimaires, répondra aux besoins des Maliens et permettra l’inclusivité.

      L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION AU MALI MET EN AVANT LA RÉGIONALISATION.

      La régionalisation permet la création d’une architecture institutionnelle basée sur des collectivités territoriales dotées d’organes élus au suffrage universel et de pouvoirs étendus, gestion par les populations de leurs affaires sur la base de la libre administration des régions, plus grande représentation des populations du nord au sein des institutions nationales, renforcement de l’État de droit en rapprochant la justice des justiciables, .

      Dans le cadre de la régionalisation, la libre administration des régions permettra de responsabiliser la jeunesse et toutes les ressources humaines des régions pour assurer leur développement endogène.

      D’où l’impossibilité de créer deux catégories de Maliens ou deux républiques imbriquées l’une dans l’autre comme par exemple dans un fédéralisme ou un confédéralisme.

      Vous savez, le monde entier est en train de converger vers l’économie des services.

      L’économie de la production utilise ou utilisera cette dernière.

      Ces services peuvent etre conÇus et mis en œuvre au niveau du public tout comme au niveau du privé.

      Ce sont ces services qui “nourriront” tout le monde, en particulier tous les Maliens et toutes les Maliennes.

      CES SERVICES, QU’ON PEUT MUTUALISER DANS CERTAINS CAS, POURRONT PERMETTRE DE RAPPROCHER DES RÉGIONS ENTRE ELLES OU DE LES FAIRE COOPÉRER AVEC D AUTRES RÉGIONS AU NIVEAUX NATIONAL ET/OU INTERNATIONAL.

      C’est ainsi qu’à travers la solidarité entre zones (solidarité géographique), induite par la mutualisation des ressources et des services, il pourra y avoir une entraide entre régions ou communes. Les régions les plus riches pourront aider celles qui le sont moins.

      La solidarité intergénérationnelle (solidarité temporelle) permettra la mutualisation de ressources entre générations (génération actuelle et générations futures) : ainsi on pourra penser à nos enfants et petits-enfants.

      Créons ce monde des services dans les régions du Mali, nourrissons-nous et développons-nous par ces services.

      Les autorités intérimaires doivent engager les régions dans la conception et le développement de services innovants adaptés aux contextes des régions et du Mali, en commenÇant par les services de base et les projets innovants qui s’alimenteront des services qui seront créés.

      Ces projets étant eux-même des services, ils alimenteront d’autres projets et services.

      Finalement, tout fonctionnera à base de services, qu’on créera et/ou qu’on utilisera dans tous les domaines (agriculture, élevage, éducation, eau, santé, environnement, industrie, .), dans toutes les institutions (forces de défense et sécurité, .
      .) et dans toutes les entreprises.

      Dans le cadre du DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion), certains ex combattants seront intégrés dans les forces de défense et sécurité et d’autres seront insérés/réinsérés dans ces projets ou dans ces services au niveau national ou au niveau régional ou au niveau local.

      AvanÇons vers ces régions des services afin de “faire manger” et d’assurer le développement personnel et collectif de tous les Maliens où qu ils se trouvent et quelle que soit la région.

      Ainsi, les Maliens attendront tout d’eux-mêmes et non de l’administration Malienne et de l’étranger.

      Assurons notre autosuffisance alimentaire et avanÇons vers notre autosuffisance dans tous les domaines à travers la régionalisation et la mise en œuvre de l’accord de paix.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      TEL 78731461

    • Il faut lire: “… qu’il distribuera entre les regions en fonction des besoins de chaque regions….. d’une aide urgente…….”
      JE SUIS FATIGUE’!!!! MAMADOU L’ IMPOLI EST CHARGE’ DE CORRIGER MES FAUTES!!!!!! IL FAUT BIEN CREER UN BOULOT POUR NOTRE IDIOT NATIONAL!!!!!!
      QUE FAIRE? JE SUIS ENTRAIN DE PROVOQUER LE CON QUI VIENDRA ME DIRE QUE JE SUIS LE PETIT FILS D’UNE CHAMELLE!!!!!!

  5. JE NE SAIS PAS COMMENT ON PEUT APPLIQUER LES ACCORDS D’ALGER SANS CREER DEUX CATEGORIES DE CITOYENNES ET DE CITOYENS AU MALI! MES PROPRES IMPRESSIONS ME DISENT QUE NOUS SOMMES ENTRAIN DE PERDRE TOUT LE MALI POUR NE PAS PERDRE LE NORD. IS IT WORTH IT? C’EST A’ VOUS DE REPONDRE A’ LA QUESTION.

    • La régionalisation et la sauvegarde de la souveraineté nationale sans partition du pays

      Bonjour,

      Merci Biton de SEGOU de votre contribution.

      C’est à nous d’établir une stratégie idoine pour ne pas perdre tout le Mali. L’accord de paix doit être le cœur d’une telle stratégie.

      J’avais déjà proposé, à travers une lettre ouverte en ligne adressée au Président Malien, au PM, au conseil de sécurité de ONU, au secrétaire général de ONU et son représentant au Mali, aux Ministres de la défense et de la sécurité du Mali, au CSA, aux Maliens et aux partenaires, une telle stratégie qui n’a été appliquée que partiellement.

      Il est bien utile de réfléchir et de comprendre que l’accord de paix n’engendre pas d’eux types de Maliens ni la partition du pays, voir ci-dessous.

      La regionalisation et son opérationnalisation, la régionalisation, prévoient un État décentralisé avec partage de pouvoir (art 6 de l’accord de paix), des missions, des responsabilités, des compétences et des attributions avec les collectivités territoriales.

      Ce partage ne doit pas être vu comme un effondrement ou un démantèlement de l’Etat central ou une partition du pays ou une perte de souveraineté.

      Malheureusement, c’est ainsi que certains l’interprètent à travers l’élection des présidents de régions au suffrage universel direct.

      Les régions seront autonomes dans le cadre de cette régionalisation à travers leur libre administration avec les populations et les ressortissants de ces régions qui seront au centre de leurs gestions et gouvernances.

      Le peuple sera au centre de la gouvernance et de la gestion des régions et des collectivités territoriales.

      Le contrôle de la légalité des opérations des collectivités territoriales sera assuré par le représentant de l’Etat central.

      La coopération entre l’Etat central et les régions existeront.

      Ce n’est pas grave qu’il y ait des régions qui créent des services et établissent des relations, avec des partenaires et/ou d’autres régions, leur permettant de se développer rapidement.

      On aboutira à des régions puissantes mais ce n’est pas ce qui les rendra indépendantes ou les rattachera à d’autres pays ou fera perdre au Mali sa souveraineté.

      Il y aura toujours des enjeux et des intérêts géostratégiques et géopolitiques et l’effet de la glocalisation (impact aux niveaux local et régional de la mondialisation) dont nos communes et nos régions pourront être victimes, mais, à travers leur responsabilisation et leur renforcement de capacités, elles sauront gérer adéquatement les situations qui se présenteront en préservant leurs souverainetés et en contribuant à préserver celle du Mali.

      Dr Anasser Ag Rhissa
      Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
      TEL au Mali : 78731461
      Email : [email protected]

  6. APPEL AUX F R ÈRES et SŒURS QUI VEULENT OU VOUDRONT SE CONSTITUER EN FRONT POUR LE REJET DE L’ACCORD DE PAIX AU MALI, OPTONS POUR LE MALI ET POUR LE PATRIOTISME AU SERVICE DU BIEN-ÊTRE DES MALIENS.

    Appel à tous les Maliens pour une transition inclusive,
    apaisée et réussie avec l’apport et l’implication de tous en cultivant la confiance et la tolérance.

    Bonjour,

    Merci pour votre intérêt tardif pour l’accord de paix au Mali.

    Merci Anonyme (s) de votre message que vous dupliquez en plusieurs autres messages en changeant quelques mots

    Certains m’indexent, à tort, en disant que je manipule les Maliens pour les faire accepter l’accord de paiix juste parce que je communique sur cet accord et je fais sa promotion.

    La vérité écarte toujours les contre vérités, c’est pourquoi, vous m’indexez négativement pour un acte patriotique (communiquer sur et promouvoir l’accord de paix).

    Alignez-vous sur la vérité et Cessez de m’indexer à tort.

    Anonyme (s), à quoi bon insulter. Chacun(e) est responsable de ses actes. Nous aimons tous notre pays et tout ce qui peut apporter le bien-être aux Maliens.

    Anonyme (s) parle (nt) de honte sur certains médias.

    Si honte, il y a, n’est-elle pas à ceux, comme vous, qui n’étaient pas présents aux tables rondes d’adaptations de l’accord aux besoins des Maliens et/ou à la conférence d’entente nationale et/ou au DNI ET qui s’agitent aujourd’hui pour tenter de rejeter l’accord que les Maliens ont conçu consensuellement sous le leadership de la communauté internationale et validé entre Maliens ?

    Attention, la conférence d’entente nationale avait recommandé la mise en oeuvre intégrale de l’accord de paix et le DNI avait recommandé une relecture de l’accord en suivant son article 65 mais pas son rejet.

    Ensemble, en toute cohésion, indépendamment du bord polituque, nous y arriverons en militant pour la relecture de l’accord de paix en suivant son article 65 (j’avais publié une méthodologie pour une telle relecture surlm le site du DNI), pour sa promotion et pour sa mise en œuvre.

    Seule la vérité fait avancer.

    Dites la vérité sur l’accord de paix. Ne le discréditer pas sans raison.

    CHERS F R ÈRES et SŒURS QUI VEULENT OU VOUDRONT SE CONSTITUER EN FRONT
    POUR LE REJET DE L’ACCORD DE PAIX AU MALI, OPTONS POUR LE MALI ET POUR LE PATRIOTISME AU SERVICE DU BIEN-ÊTRE DES MALIENS.

    J’appelle tous les Maliens pour une transition inclusive,
    apaisée et réussie avec l’apport et l’implication de tous en cultivant la confiance et la tolérance.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    Email : [email protected] r
    TEL au Mali : 78731461

  7. Bonjour,

    Merci Kenedougou de vos contributions.

    C’est dommage que Maliweb refuse de publier vos contributions et les miennes.

    Maliweb a ses raisons.

    En ce qui me concerne, Maliweb refuse toutes mes contributions ayant un lien avec l’accord de paix ou avec nos partenaires.

    Maliweb est contre l’accord de paix au Mali, c’est pourquoi Maliweb refuse de publier :

    – ma lettre ouverte intitulée Faut-il dire à nos partenaires (Barkhane, Minusma, Takuba, Eutm, …) de quitter le Mali sans solution de rechange ?

    – ma lettre ouverte intitulée Répliques de Dr Anasser Ag Rhissa aux critiques de l’accord de paix par ceux qui souhaitent, à tort, son rejet suite à la décision de SEM Le Président de la transition au Mali de le mettre en œuvre.

    – ma contribution pour un appel, aux frères et sœurs qui veulent ou qui voudront ou qui ont constitué un front contre l’accord de paix au Mali, pour le Mali et pour le patriotisme au service du bien être des Maliens. Mais aussi pour un appel pour une transition inclusive, apaisée et réussie par leurs apport et implication en cultivant la confiance et la tolérance.

    Maliweb, un média tel que le vôtre doit être impartial et juste.

    Ressaisissez-vous.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    TEL 78731461

  8. Bonjour,

    Maliweb pourquoi publier ça ? En plus intégrant ma contribution que vous refusez de publier.

    Incohérence.
    Ressaisissez-vous.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa
    TEL 78731461

    • Bonjour,

      Kenedougou, vous êtes comment ?

      Que vous avez fait Maliweb ?

      Moi, Maliweb vient encore de m’empêcher de publier mes contributions.

      Maliweb, soyez compréhensifs. Vous éliminez à vis lecteurs le droit d’avoir une diversité de contributions et de points de vue.. Dommage.

      Bien cordialement

      Dr Anasser Ag Rhissa
      TEL 78731461

        • Accueil
          Nord-Mali
          Mise en œuvre intégrale de l’Accord d’Alger : Une volonté des colonels qui divise !
          Par Le Pays – 29 Jan 20214
          Primature : Echanges sur la mise en œuvre de l’accord d’Alger
          La volonté affichée des colonels au pouvoir de mettre en œuvre intégralement l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger divise les Maliens. Certaines actions allant dans le sens de cette mise en œuvre effective, dont la nomination des membres du Conseil Consultatif Interrégional de la Zone de Développement des régions du Nord, a frustré certains Maliens qui ont déjà créé un front de refus. Certains soutiens même de la Transition haussent le ton et disent « non » à la mise en œuvre intégrale de l’-accord jugé « illégal » par bon nombre de citoyens.

          L’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Voilà le document dont la mise en œuvre intégrale divise les Maliens depuis sa signature en 2015 ! Si sa mise en œuvre intégrale est perçue, par les séparatistes et la communauté internationale, comme un moyen incontournable pour le retour de la paix et du vivre ensemble, beaucoup de Maliens pensent le contraire. Ceux-ci voient d’ailleurs au document qu’ils jugent « illégal » un instrument de partition du Mali. C’est pourquoi ils demandent sa révision.

          Les autorités de la transition sont-elles favorables à la mise en œuvre intégrale de cet accord

          Même si le régime IBK qui a signé l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger était réticent par rapport à la mise en œuvre intégrale du document, les ex-putschistes, les éléments du CNSP, semblent être dans la logique d’aller à la mise en œuvre intégrale de cet accord.

          Pendant que les Maliens attendent la relecture de cet accord comme a demandé le DNI qu’ils (les ex-putschistes) ont promis de prendre en compte les recommandations, leurs actions vont dans le sens de la mise en œuvre intégrale du document. C’est en tout cas ce que leur reprochent les membres du Front de refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger. « Depuis le 16 décembre 2020, nous constatons avec regret que les autorités activent à la mise en œuvre intégrale de cet accord illégal et illégitime », ont indiqué les membres du nouveau mouvement qui ont laissé entendre que la mise en œuvre de l’Accord issu du processus d’Alger, version 2015, aboutira « sans aucun doute à la dislocation de la République du Mali ». Pour les membres de ce nouveau front, dont Ibrahima Kébé, la mise en œuvre de l’Accord en l’état est impossible et inacceptable.

          En plus des membres de ce front, un des soutiens de la transition, Nouhoum Sarr est sorti de son silence pour s’opposer à cette volonté de ses « amis » officiers. « Le Bureau politique national du parti Front africain pour le Développement (FAD) a constaté avec stupéfaction, la signature par le ministre de l’Administration territoriale d’un arrêté en date du 31 décembre 2020, portant nomination des membres du Conseil Consultatif Interrégional de la Zone de Développement des régions du Nord », a déploré le FAD dans un communiqué publié cette semaine. Après s’être insurgé « contre cette décision qui marque une fuite en avant dans la mise en œuvre de l’accord antinational issu du processus d’Alger », le FAD a condamné sans réserve « l’attitude aventurière du ministre de l’Administration territoriale et rappelle son opposition ferme a toute application de l’accord en l’état ». Ce n’est pas tout, le parti s’est dit déterminé à « empêcher l’application de l’accord antinational issu du processus d’Alger ». Il a même mis en garde les autorités de la transition contre toute tentative de passage en force.

          Pour sa part, la coalition contre la partition du Mali ‘’IGDAH-Mali TE TILA’’ s’oppose à la mise en œuvre intégrale de l’Accord et invite les autorités transitoires à aller vers la relecture du document. Aussi, des hommes politiques dont Dr Choguel Kokalla Maiga, ont toujours dénoncé cet accord et réclamé sa relecture.

          Si les autorités transitoires n’écoutent pas toutes ces voix qui s’opposent à la mise en œuvre intégrale de cet accord et s’entêtent dans leur décision, il faut s’attendre à des manifestations. Et beaucoup de leurs alliés risqueront de retourner contre elles.

          Boureima Guindo

          Commentaires via Facebook :

          Bonjour,

          Kenedougou, calmez-vous, Maliweb va se ressaisir. Ce n’est pas son intérêt de ne pas publier des contributions des internautes.

          Qu’avez-vous fait à Maliweb ?

          Moi, Maliweb vient encore de m’empêcher de publier mes contributions.

          Maliweb, soyez compréhensifs.

          Vous éliminez à vos lecteurs le droit d’avoir une diversité de contributions et de points de vue.. Dommage.

          Bien cordialement

          Dr Anasser Ag Rhissa
          TEL 78731461

          • Bonjour,

            Maliweb pourquoi publier ça (il s’agit de ce mélange de contributions auquel je réponds par ce message) ? En plus intégrant ma contribution que vous aviez refusée de publier.

            Incohérence.
            Ressaisissez-vous.

            Bien cordialement
            Dr Anasser Ag Rhissa
            TEL 78731461

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here