Nord Mali : Une situation sécuritaire précaire

0

La semaine dernière, le Nord du Mali a été émaillé par des attaques terroristes contre les Famas, mais aussi et surtout contre l’armée française dans le cadre de ‘’Barkhane’’ au Mali. Si un temps précaire a été observé sans attaque sur l’ensemble du pays, il faut reconnaitre que la semaine dernière a fait exception. Les Famas ont été attaquées à Boni, cercle de Douentza après que les assaillants aient été repoussés par celles-ci.

 

Faut-il le rappeler, ces attaques interviennent après que la presse ait annoncé la mort d’Iyad Ag Galy.

 

Dans le Nord, c’est une voiture de militaires français qui sauté sur une mine début avril, faisant un mort sur place et deux autres qui succomberont de leurs blessures.

 

Un peu au centre du pays dans le cercle de Douentza précisément la commune rurale de Boni où les éléments d’Amadou Kouffa affilié à Iyad auraient perpétré des attaques contre Fama avant de prendre la fuite.

 

C’est toujours dans le cercle de Douentza, le chef-lieu même du cercle, où le député Ilias Goro a échappé à une attaque terroriste dont les auteurs n’ont pas été identifiés.

 

Il était probablement la cible, mais malheureusement pour son ami mort dans ladite  attaque terroriste.

 

Selon l’avis de tous, cette attaque est l’œuvre de la branche d’Amadou Kouffa du front de libération de Macina qui opère pratiquement dans la cinquième région et même au Sud du Mali.

 

A noter que ces deux attaques survenues dans le Nord interviennent après que l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali ait informé le gouvernement malien d’une éventuelle menace d’attaque dans la capitale. Toute chose qui a amené les autorités à accroitre la vigilance dans les secteurs à Bamako ne laissant aucune possibilité d’atteindre la capitale.

 

Dans le Nord, l’insécurité est permanente, les attaques récentes illustrent parfaitement cette insécurité qui ne cesse de gagner les hameaux, les villages et même les villes.

 

Le démarrage du processus de cantonnement des groupes armés rebelles est imminent et le processus d’intégration des ex-combattants doit être accéléré pour que la population du Nord puisse connaitre la quiétude.

 

L’organisation des patrouilles mixtes pour chasser ces assaillants est importante. Le ton a été donné par le gouvernement du Mali, il y’a quelque semaine, en octroyant 42 véhicules pour l’organisation des patrouilles mixtes entre les forces armées de défense et de sécurité, la CMA et la Plateforme dans les régions Nord du Mali.

 

Enfin, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, signé à Bamako les 15 mai et 20 juin 2015, dans les régions du Nord Mali passe forcément dans la sécurité et le concours de tous les acteurs.

 

Ousmane MORBA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER