Patrouille militaire coordonnée au nord du Mali : L’armée malienne et la Minusma lancent l’opération ‘’Gergovie”

1

Dans le cadre de la sécurisation des populations en zone de conflits, la force de la Minusma et les forces armées maliennes ont lancé, il y a quelques semaines une opération militaire coordonnée pour mettre  fin un temps soit  peu au regain des activités des groupes armés et protéger la population. Cette opération dénommée “Georgovie” a été menée dans les zones de Nampala, Diabaly, Léré et Lerneb. Pour le chef d’état- major de la force de la Minusma, le Général de brigade Hervé Gomart,  l’opération Géorgovie a pour objectif de contrôler et rassurer les populations de ces zones. « Les Nations Unies sont à leur service et travaillent en faveur de la paix au Mali », a-t-il déclaré. Pendant une dizaine de jours, la force onusienne basée dans le Secteur ouest a, conformément à son mandat de protection des civils, opéré de manière coordonnée avec les forces armées tout au long de l’axe nord du Razelma et de Lerneb en rayonnant sur une dizaine de villages et de localités. Cette démonstration de force a permis, d’une part, de dissuader les actes de banditisme souvent répétés dans ces zones, chasse-gardées de ces groupes, et d’autre part de jeter les bases d’une  relation avec ces communautés pour un futur déploiement dans la zone. De son côté, le Lieutenant-colonel Ludovic Antresangle, chef des opérations de la force Minusma, a ajouté  qu’à leur arrivée, les populations étaient un peu méfiantes. Mais, dit-il, leur connaissance de la langue locale, a facilité le contact avec la population. « Cette présence d’une longue durée dans des villages isolés où la force ne se rend pas régulièrement a permis aussi d’expliquer notre mandat aux populations rencontrées et de leur apporter l’appui et la protection nécessaires», a-t-il précisé.

 

Ousmane Madani Haidara à propos du Maouloud

«Si on était descendu dans la rue, c’était pour ne plus revenir»

Décidemment, on a frôlé la catastrophe lors de la célébration du Maouloud dernier. Lors de sa conférence de presse d’après Maouloud, Ousmane Madani Haïdara a déclaré devant le parterre de journalistes présents que   que l’Etat les prive de tous leurs droits. Or, affirme-t-il, ils ont donné leurs vies et leurs richesses à ce pays. Que «la chèvre acculée finit par mordre, trop c’est trop !».  Haïdara a soutenu que les autorités sont conscientes que s’ils avaient battu le pavé, c’était pour ne plus rentrer.  Cela a laissé supposer qu’ils auraient tenté de marcher sur les institutions de la République. Selon certaines indiscrétions, c’est cette menace que les autorités ont vu venir et sont revenus sur leur décision en affirmant que l’Etat d’urgence n’interdit pas les regroupements sur les lieux de prêche. Dieu sauve la République !

Fonction publique des collectivités territoriales            

3.857 postes  à pourvoir pour l’enseignement

Le concours direct de recrutement dans la Fonction publique des collectivités territoriales est lancé sur toute l’étendue du territoire. Ce sont 3.857 postes qui sont ouverts au recrutement dans les ordres d’enseignement du fondamental (3.668), normal (18), secondaire général (117), technique et professionnel (54).

 

Gestion de la crise du football malien

Les concessions de la dernière chance en cours

Selon nos sources, Mohamoud Dicko, président du Haut conseil islamique du Mali, a reçu les contestataires en début de semaine. Le sujet abordé est relatif à la grave crise dont le football malien est victime. Cette crise a atteint sa dernière ligne droite, car les musulmans vont inviter les deux parties à l’apaisement et auront certainement le courage de dire la vérité qui a fait défaut durant les différents épisodes de ce malheureux feuilleton.

Aussi, l’Assemblée nationale du Mali interviendra bientôt pour en finir avec cette crise.  Les responsables du football sont tenus à la retenue pour l’intérêt général du football malien qui a connu ses meilleurs moments en 2015. Mais, les résultats n’ont pas suffit aux deux camps de s’accorder  et de se donner la main.Le football est un facteur de cohésion et non de division. Trop c’est trop, les compétitions africaines arrivent à grand pas, le temps file, le championnat va de report en report et les enfants souffrent. Vivement la paix dans la famille du football.

 

Appui aux commerçants détaillants

Le Pacd bientôt remplacé par le Papagre

Le monde des «petits» commerçants maliens va bientôt avoir le sourire grâce à un nouveau projet visant à aider les petites activités génératrices de revenus. En effet, le Projet d’appui aux commerçants détaillants (Pacd) tire vers sa fin. Actuellement, il est en train d’être procédé à son étude d’impact. Cela devrait prendre fin en juin prochain. Déjà, le département en charge du Commerce et de l’Industrie a initié un nouveau projet pour le remplacer. Ce nouveau projet s’intitule Projet d’appui aux petites activités génératrices de revenus (Papagre). Il a une durée de vie de 6 ans à savoir 2016-2021, et coûtera la bagatelle de 9,5 milliards de nos francs. Il devra permettre d’apporter un appui substantiel aux «petits» commerçants pour les aider à tirer leurs épingles du jeu. Mais, pour qui sait la façon dont le premier projet a été géré, il est à craindre que son impact s’avère nul et sans effet sur les bénéficiaires qui, sembleraient-il, n’ont vu que de la poussière. Attendons voir ce que va donner l’étude d’impact. D’ici là, nous reviendrons la semaine prochaine avec les éléments d’informations nécessaires pour plus d’éclaircissement.

A suivre

La Redaction

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.