Récentes attaques dans le cercle d’Ansongo : Les rebelles armés en quête de vivres et de véhicules en complicité avec la Minusma

3

Nord du Mali : le véhicule du maire d’Andéraboucane, Aroudeïni Ag Hammatou, braqué hier par des banditsAprès avoir tout tenté dans le cercle de Ménaka, n’ayant plus de solutions pour y faire rentrer les rebelles armés et narcotrafiquants de la Cma, la Minusma a changé de tactique. Sachant bien que ces bandits armé ont perdu beaucoup de véhicules dans les combats à Léré, Diré, Ménaka et alentours, ce sont des positions de l’armée et de la plate-forme qui sont l’objet d’attaques dans le cercle d’Ansongo, Tin Hamma où ils ont pillé les boutiques, saccagé les biens de l’Etat. Ils sont partis avec le véhicule du maire. À Tessalit, ils ont enlevé des soldats maliens et un véhicule de l’armée ; à N’Tillit, ils ont vidé les boutiques des commerçants arabes, touaregs, des pêcheurs et éleveurs. Les rebelles attaquent toutes ces localités en complicité avec les éléments, parents et proches qui travaillent à la Minusma.

Les documents ne sont pas sécurisés, les données sont à la portée de tout le monde et toutes les informations sont partagées dans les bureaux de la Minusma. Les pauvres civils et populations des localités sont victimes de certaines attaques. Les paisibles populations qui vivaient ensemble sont mises dos-à-dos à cause de la Minusma ; certains ont perdu la vie. Les rebelles pillent et saccagent, emportent vivres et véhicules. Les sédentaires qui ont fui les combats de Tin Hamma et qui sont venus dans la localité de Tassiga, le dimanche 24 mai 2015, des agents de la Minusma leur ont conseillé de quitter Tassiga au Mali pour aller vers Lanbezanga à la frontière Mali-Niger.

Pour les agents de la Minusma, si ces sédentaires ne quittent pas Tassiga, ils seront attaqués par le Gatia. Cette information de la Minusma a fait le tour du cercle, aggravant la peur chez les populations ; ça a été la grande panique pour les habitants de Haroun, Tadjalalt. Ils avaient commencé à fuir. Au même moment, un avion militaire survolait Tessalit. Le peu d’habitants de Tin Hamma avaient commencé à quitter cette localité, suite aux affrontements entre les populations qui avaient occasionné la mort de certains d’entre eux. Les informateurs de la Cma et les espions de la Minusma ont enclenché une querelle farouche dans la ville abandonnée par les différentes forces armées.

Tin Hamma est une commune rurale d’Ansongo, située à 50 km à l’Est sur la route de Ménaka. Elle est presqu’à cheval entre les deux cercles. C’est le village de Mahmoud Ag Hatabo, président du Conseil de cercle d’Ansongo, assassiné à Bamako au début de la crise. C’est une commune qui a toujours été le nid des bandits armés et des coupeurs de route. Mais les agissements de la Minusma ont mis les populations de cette localité dos-à-dos. Il est temps que la Minusma se mette au travail, en respectant son mandat et en travaillant de façon correcte pour le bonheur des populations. C’est l’une des raisons de sa présence au Mali. Au lieu de donner  des documents et des informations sur les combattants de Gatia et de l’armée malienne à la Cma.

Békaye DEMBELE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Monsieur le journaliste, vous faites confusion entre Tessit (frontières Burkina et Niger) qui est un arrondissement de Ansongo dont le nom porte celui de la mare qui lui sert de point d’eau vital et la ville de Tessalit (frontière Algerie coté Borg El Moctar) qui est un cercle de la région de Kidal.
    Il faut apprendre la géographie ou aller au moins sur google map au lieu de raconter du n’importe quoi.
    VIVE LA REPUBLIQUE;

Comments are closed.