Soutien a l’accord d’Alger : Les femmes de Barica montent au créneau

0

signature-accordLe Mali vit les pires moments de son histoire moderne. Il est la cible privilégiée de tous ces crocodiles qui se font appeler amis ou alliés de notre pays.

Longtemps resté attentiste, humble et sobre, IBK après avoir pu mobiliser le monde entier derrière la signature de l’Accord à Bamako le 15 mai est devenu la cible de la France ingrate. Qui criait sur tous les toits de nous soutenir pour la paix et la réconciliation. La preuve, elle s’est faite représentée à une échelle inférieure lors de la signature. Depuis, elle a montré son appartenance aux clans barbares qui veulent détruire le Mali avec leur soutien aux apatrides de la CMA.

Conscient de cela et face aux inimitiés de Hervé Ladsous, le président du Mali a fait parler son cœur de soudanais malien. Il a mis Ladsous dans ses petits souliers en rappelant aussi bien à la France qu’à ses laquais ce que fut le Mali, ce qu’il est et ce qu’il demeurera. Quoi qu’il advienne !

Brusquement, la France avec ses médias propagandistes tente de créer la zizanie au Mali. Elle réchauffe l’affaire Tomi sans arguments solides. Face à cette infamie, les Maliens comme un seul homme ont soutenu leur président. Aussi bien dans la presse qu’à travers la société civile qui a organisé une marche haut de gamme pour soutenir les autorités et les actions entreprises pour la paix et la réconciliation. La France alors échoue dans sa tentative de dénigrement, de destruction et de destitution. A bout de souffle, Hollande ne fait que tenter de créer une nouvelle françafrique. Ce qui ne passera plus, les africains semblent dans une autre logique de coopération avec la France. Car, on a tout compris.

En tout état de cause, ceci doit être un avertissement sans frais pour nos autorités à s’adosser à leur presse locale en la mettant dans le minimum de conditions afin qu’elle joue pleinement son rôle de 4ème pouvoir. Au lieu d’aller injecter des dizaines de millions aux médias étrangers qui par finir vont les trahir et les trainer dans la boue.

B DABO

 

soutien a l’accord d’Alger

Les femmes de Barica montent au créneau

Sorties massivement à Banankabougou autour du président Sama Diakité du parti Barica (Bloc des Alternances pour la Renaissance, l’Intégration et la Coopération Internationale), du Secrétaire Général  de la section de la Commune VI Barou Sinayoko et de plusieurs membres du bureau national, Dembélé Assétou Dembélé avec ses partisanes et sympathisantes ont manifesté leur soutien à l’accord de paix et aux autorités de la République. C’était le samedi 23 mai dernier dans une place publique à côté de la Mosquée de Feu Mamadou Nimaga N°1.

Avec comme invitée d’honneur, la diva du Banimonotié Nahawa Doumbia, les femmes de Banankabougou ont organisé une cérémonie festive de soutien à la signature de l’accord et aux autorités de la République. En cette heureuse occasion, tour à tour, Barou Sinayoko Secrétaire Général de la section Barica de la Commune VI, Dembélé Assétou Dembélé présidente sous section de Banankabougou et Sama Diakité président du parti ont indiqué que sans paix, il n’y a pas de développement. Ainsi, le parti manifeste son soutien à travers les femmes à la signature de l’accord et aux autorités pour la paix et la réconciliation. Le parti, disent-ils, ne restera jamais en marge pour la défense de la patrie, de l’intégrité du territoire national. Ils estiment qu’il faut se battre pour la conquête de la paix. En l’ayant, il faut la soutenir, la défendre, la maintenir pour enfin la sauvegarder.

En effet, le président Diakité lance un appel pressant à toutes les femmes du Mali d’emboiter le pas aux femmes du parti Barica de Banankabougou.

Cette cérémonie ne pouvait se dérouler sans que l’on rende encore un hommage mérité à notre regretté ami feu Mamadou Sinayoko dit Gaucher (que son âme repose en paix). Et Nahawa l’a fait tout en encourageant son jeune frère Barou qu’elle soutient de toutes ses forces.

Après les discours et quelques morceaux choisis de Nahawa, la cérémonie continuera avec le folklore de Bougouni.

Boubacar DABO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER