Traque d’AQMI dans le Wagadou : L’étau se resserre autour des auteurs de l’attaque de Nampala

5
Mali: le MNLA mis en échec par le mouvement touareg Gatia à Ntililte
Patrouille de l’armée malienne dans la région de Gao. (photo archives)
Olivier Fourt/RFI

Le Royaume des Pays-Bas participe aussi  à cette  mobilisation générale contre les narcoterroristes. Deux drones semblent avoir été déployés pour repérer leur mouvement ainsi que des avions apaches qui survolent cette vaste zone qui s’étend jusqu’à la frontière mauritanienne.

De source sécuritaire, cette opération est stratégique et vise à neutraliser AQMI qui a frappé dans des localités du sud (Nampala) une première deux ans après le lancement de l’Opération Serval. Cette agression  illustre bien le retour des jihadistes dans cette zone et leur capacité à frapper dans les régions du sud,  très loin de leur  espace de prédilection.

Rappelons que lors de la crise de 2012, AQMI,  à travers son défunt émir Abu Zeid avait occupé Diabaly avant qu’il ne soit chassé de cette localité suite à des frappes aériennes.

Ainsi les éléments d’AQMI,  jusque  là cachés  dans la forêt du Wagadou et dans le Gourma,  ont commis l’outrecuidance  de sortir de leur planque et font l’objet  d’une recherche intense et sophistiquée.  Il s’agit de les empêcher de rejoindre  leur base. C’est dire donc que l’étau se resserre autour des auteurs de l’attaque de Nampala, actuellement en errance. Des informations concordantes font état de leur présence par endroits dans les environs de Tenenkou.

D’autres éléments avaient récemment été aperçus non loin de Djenné.

On se rappelle que c’est le lundi 5 janvier que les terroristes,  lourdement armés,  à bord de pick up et sur des motos Sanily,  ont lancé une attaque contre Nampala très tôt le matin. L’attaque est survenue quand  certains militaires venaient à peine de se réveiller alors que d’autres étaient encore  au  lit. La poignée de soldats qui assurait la permanence manquait d’armes  appropriées pour riposter à l’attaque-surprise des assaillants qui ont détruit des armes lourdes dont des BRDM et des mitrailleuses avant de tuer 11 soldats.

Abdoulaye DIARRA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Pourquoi les services de la MUNUSMA, de Barkhane, des USA, des Britanniques et autres puissances n'informent pas l'Armée malienne avant les attaques? Après Nampala il y eut Djoura et maintenant la ville de Téninkou….

  2. On espere bien, on espere bien. Il temps que les famas, nos militaires et forces de securtie Nous montrent qu’ils ont vraiment des COUILLES.

Comments are closed.