En violation de l’accord pour la paix et la réconciliation : La CMA démolit des bâtiments administratifs à Kidal

86

Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et ses alliés au sein de la Coordination des mouvements armés de l’Azawad (CMA) ont démoli, le week-end dernier, des bâtiments administratifs de l’Etat malien à Kidal. Ce qui est une flagrante violation de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger (Algérie), qu’ils ont  une démolition motivée par la volonté de créer à cet endroit un nouveau marché au profit des camions qui viennent de l’Algérie. Cet acte hostile vis-à-vis de la République du Mali intervient juste après la réunion d’Alger qui a réuni la semaine dernière le gouvernement, les groupes armés et la médiation. Construites à coup des millions, les maisons détruites par les responsables de la CMA servaient de logements à certains officiers.

Certains voient cette démolition comme une provocation de la CMA et une violation flagrante de l’Accord pour la paix. Un document dans lequel il est écrit, noir sur blanc, que l’autorité de l’Etat s’exercera sur toute l’étendue du territoire national. Et Kidal ne fait pas exception !

Aliou Touré

PARTAGER

86 COMMENTAIRES

  1. A cet effet L’autorité malienne doit tout faire pour trouver une solution à cette partition de la population du nord. IL faut réunir tous les groupes et les localiser tous pour trouver une solution aux problèmes.

  2. Avec la signature de l’accord de paix le pays va être sécurisé par les forces armées du nord et la situation sécuritaire deviendra stable.

  3. La situation du nord Mali est inquiétant la population devrait se donnée la main pour lutter contre l’insécurité’ du nord Mali.

  4. La signature de ces accords permet le développement de toutes les activités que le Mali entreprendra. C’est une nouvelle démarche que la Mali va enfin vivre infiniment.

  5. L’accord vise à instaurer une paix durable dans le nord du Mali, qui a connu une série de rébellions touareg depuis les premières années d’indépendance du pays, en 1960. En 2012, cette vaste région a été transformée en sanctuaire et en base d’opérations jihadiste, jusqu’au lancement par la France de l’opération Serval en janvier 2013.Enfin on est à nouveau réconcilié.

  6. Cet accord qui a été signé aujourd’hui renforce la capacité et garanti l’unité nationale. Le peuple Malien a n’est vraiment conscient, car on est au début de la fin de crise.

  7. A mon humble avis, je pense que les groupes rebelles devraient rentrer dans le gouvernement afin qu’ensemble, nous puissions mettre en oeuvre toutes les conditions prévues par l’accord. Ce n’est pas en restant sur ces positions belliqueuses que l’accord serait mis en place. Je leur demande un peu de bonne volonté au nom de l’amour du pays.

  8. Je pense que la nomination de Modibo Kéïta à la tête de ce nouveau comité de coordination et de suivi de l’accord est très salutaire dans la mesure ou celui-ci est l’un des artisans majeurs dans le paraphe dudit accord. Cela montre l’engagement du chef de l’Etat à aller résolument vers la paix et la réconciliation nationale. Il est intéressant que les groupes rebelles se conforment strictement aux règles du jeu en intégrant le gouvernement pour une mise en oeuvre totale et parfaite de l’accord de paix.

  9. Il faut qu’on avance dans l’application de cet accord. Que la CMA laisse leur orgueil de côté au profit de la nation pour que nous avancions allègrement vers la paix tant attendue. Ce n’est pas le moment de poser des actes qui risqueraient le processus de paix si cher pour tous. Nous devrions aller de l’avant mes chers Mouvements.

  10. Moi je pense que la CMA fait tout cela par e qu’elle n’a pas envie d’aller à la paix.
    Mais il est maintenant temps que ces groupes comprennent que le peuple ne va pas accepter de continuer à souffrir à couse d’eux.

  11. Certes l’accord n’est pas parfait comme l’a si bien dit le président, mais il est un véritable espoir pour la paix et de la réconciliation nationale. Cependant, pour y parvenir, il faut une application stricte de cet accord un préalable pour le retour de la paix. Le président a mainte fois montré sa volonté. Il reste aux groupes armés de montrer la leur et non de toujours poser des conditions incessantes.

  12. Pour la paix et la reconstruction du pays notamment la partie Nord qui a subi les affres de la guerre, il faut une application pure et simple de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. Pour ce faire, un nouveau comité de suivi vient de voir le jour sous la supervision du premier ministre Modibo Kéïta qui se veut plus inclusif pour accélérer le processus de paix. Une fois de plus, le président fait montre de sa volonté pour une application dudit accord. Que les groupes armés en fassent autant. 😳 😳 😳

  13. Notre pays et particulièrement le septentrion a beaucoup souffert de cette guerre. Si l’accord de paix est enlisé c’est bien par faute de moyens financiers pour mettre en œuvre les clauses de cet accord parmi lesquels la reconstruction. Sachant donc cette situation si la Cma va encore à détruire des bâtiments de l’état pour des motifs qui ne tiennent pas la route on ne peut qu’être désolé et espérer qu’elle va rectifier le tir pour la bonne marche de l’accord de paix.

  14. Je pense que tout ceci n’est qu’une ruse de la part de la CMA pour mettre à mal l’accord de paix. Il serait intéressant qu’elle fasse preuve de sacrifice pour que l’accord rentre définitivement dans sa phase d’applicabilité pour l’intérêt de tous. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

  15. Depuis le parachèvement de l’accord de paix, nos autorités surtout le président ont toujours montré leur bonne volonté pour la mise en oeuvre dudit accord. La création d’un nouveau comité de suivi et de coordination, nous montre une fois de plus cette volonté incessante. J’en appelle à toutes les parties signataires notamment la CMA à emboîter le pas à nos autorités pour une sortie de crise réussie pour le bien de tous. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

  16. L’accord de paix n’a pas été du tout facile à décrocher. Mais grâce la volonté des deux parties belligérantes a fait taire les armes au profit d’un dialogue, nous y sommes parvenus. Pour la mise en place de cet accord, les deux parties doivent fournir beaucoup d’efforts dans sa mise en oeuvre notamment la CMA. Cet accord est le seul gage d’une sortie de crise.

  17. Débout chers maliens soutenons nos forces armées, le gouvernement.
    Arrêtons les accusations inutiles. Restons un et indivisible, ensemble nous allons combattre tous les ennemis du Mali.
    Il est temps de voler de nos propres ailes, personne ne pourra venir sauver notre pays a part nous-même. Evitons par tous les moyens de poser des actions qui risquent de nous ramener encore en arrière. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  18. Cet acte de la CMA est de nature à pouvoir détourner les parties dans la quête de la paix. Il faut qu’elle arrête ce genre de comportement. Nous sommes engagés pour la paix mais des actions comme celles-ci sont emprunts de mauvaises fois alors qu’elle fasse gaffe pour ne pas donner raison à ceux qui ne veulent pas voir ce processus de paix aboutir.

  19. Vivement que le nouveau comité national de suivi de l’accord puisse déterminer les conditions pour que le processus de paix soit mis en œuvre pour que l’armée puisse être redéployé et sécuriser toute l’étendue du territoire et nos frontières par lesquelles les terroristes rentrent pour commettre leurs crimes.
    Comme le premier ministre; président de ce comité l’a dit, nous devons être les acteurs de la mise en œuvre de l’accord de paix avant de prétendre à une quelconque aide de l’extérieur. Nous devons donc tous nous engager pour la paix dans notre pays et éviter toute action qui peut mettre à mal l’accord obtenu difficilement.

  20. De nombreux sacrifices ont été consentis pour obtenir cet accord de paix donc toutes actions qui peuvent faciliter son application sont la bienvenue.
    Le président IBK travaille dans ce sens et à besoin du soutien du peuple
    Aussi faut-il que la CMA s’engage pleinement pour mettre en œuvre l’accord de paix.
    Chers acteurs politiques faisons de telles sortes que les acquis obtenus à travers ces accords de paix ne soient pas remis en cause.
    Tous derrière nos autorités pour la paix au pays…

  21. Le Mali a assez souffert de cette crise qui a trop duré. Donnons nous la main pour que ce pays puisse avoir la paix car sans paix il n’y a pas de développement; il n’y a pas de vie en vérité…
    Alors évitons des actes qui peuvent mettre le feu au poudre pendant que nous sommes sur la route de la paix

  22. Kidal fait partie du territoire malien,et le président IBK a promis de donner à notre pays sont intégrité territorial.
    Nous lui faisons confiance et nous qu’il y parviendra avec l’accord de paix.
    Mais que cessent ces actes de provocation de la CMA pour permettre à notre pays de retrouver la paix.

  23. Je pense très sincèrement que le territoire de Kidal est assez vaste pour qu’on puisse construire des marchés, des gares , des hôpitaux, etc…
    Donc cette démolition des édifices du gouvernement ne saurait en aucun cas être justifiée. Il faut que la CMA s’explique sur cette affaire.

  24. Je crois que l’accord de paix a été obtenu après de lourds sacrifices de part et d’autres; il faut donc qu’on puisse éviter tout acte qui le remettra en cause. Que la CMA arrête de poser des actes répréhensibles qui donnent lieu à des frustrations.

  25. Si des forces qui étaient ennemis hier ont décidé de fumer le calumet de la paix on doit oser croire qu’il y aura des avancées dans les choses mais nous devons prendre garde à ne pas remettre ce semblant de paix qui nous apportera la paix définitive par une quelconque velléité

  26. Si après des années de conflits un accord de paix a été signé il y a de cela 7 mois qu’on a attendu plus de 2 ans ont doit pouvoir attendre un peu. Le processus de paix est toujours fragile du fait de son application qui tarde. Il faut donc éviter toute démarche qui pourrait le remettre en cause.

  27. La CMA n’est un ennemi car elle est la pièce maîtresse des accords d’Alger. Elle a conduit les autres groupes à adhérer aux accords donc nous devons lui soutenir dans cette guerre contre ces terroristes.
    Que les responsables des groupes armés arrêtent ces genres d’agissements qui compromettent le déroulement du processus de paix.

  28. Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix en soi.
    La paix n’est pas seulement la simple absence de violence ou de troubles.
    C’est quand il y a une possibilité de conflit mais que vous décidez délibérément d’éviter la violence, d’adopter et d’utiliser des méthodes et des moyens pacifiques pour résoudre le problème.
    Cela est la véritable paix.
    Donnons au temps de mettre tout en oeuvre pour une paix durable et définitive pour notre nation

  29. Je pense que la libération de Kidal se fera progressivement puisse que cela est prescrit dans les accords ainsi la nomination des chefs des groupes armés dans les instances de décisions.
    Avec les travaux du nouveau comité de suivi des accords présidé par le PM tout sera réglé pour le bien être de tous

  30. Ce journaliste doit savoir que si la CMA ne voulait pas aller à la paix, elle n’aurait pas signé les accords. Pour votre information, le cantonnement et le désarmement a bien commencé et se poursuit. Un bon journaliste doit informer plutôt que de désinformer.

  31. La mission confiée au PM c’est de présider le comité de suivi des accords de paix afin de trouver le plus rapidement possible, une solution idoine pour le bien de tous les partis signataires.

  32. La reconstruction du Nord est un préalable car après la guerre il faut cela. C’est pourquoi le président a jugé bon de consacrer plus de 300 milliards de l’aide de la France car le nord a beaucoup souffert et il est temps de face à ce chantier.
    Avec le travail du comité de suivi, il y a une lueur d’espoir pour la population du Nord. Nous attendons le retour de l’administration et toutes les instances étatiques dans la ville de Kidal

  33. Quelle est votre réelle intention en faisant de telle diffamation cher journaliste
    IBK en a beaucoup fait depuis son accession au pouvoir donc si vous n’avez pas d’infos, pas grave c’est mieux de dormir ou de surveiller les enfants pendant madame fait cuisine

  34. La paix n’a pas de prix donc le président trouver les moyens nécessaires pour résoudre tout ce problème. Il sait pourquoi il s’est engagé pour la paix. Nous comptons sur la bonne compréhension et la disponibilité des partis signataires

  35. La CMA et la plate forme doivent se conformer avec les décisions du nouveau comité dirigé par le PM pour faire avancer les accords qui sont les objectifs premier du président en cette année 2016.
    Ce comité consiste à revoir les points de blocage des accords pour parfaire les choses avec l’ensemble des 2 partis

  36. Tout ceci est prescrit dans les accords et aucun groupe armé ne met de pression pour rentrer dans le gouvernement. C’est d’un commun accord qu’un comité a été mis en place présidé par le PM Modibo pour regler les derniers points des accords d’Alger donc arrêtez de nous distraire avec tes articles idiots

  37. La Paix, la Paix rien d’autre que la paix, notre volonté à nous tous est la paix au Mali.
    Vive la paix.

  38. La paix est notre volonté à nous tous.
    Vive la paix et la réconciliation.
    Vive le gouvernement malien qui se soucis de la volonté de sa population qui est la paix et la réconciliation.

  39. j’atteste que notre gouvernement a fait son mieux et continue toujours de faire plus envers le retour de la paix et de la réconciliation.
    Nous souhaitons le retour à la paix et nous avons de la chance d’avoir un gouvernement qui lutte envers ce sens. A nous maliens d’être de plus envers cette paix, elle consiste

  40. Il faut le dire et le redire encore et encore s’il le faut, Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.
    Si on l’applique dans la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain.

  41. La PAIX est de la volonté de toutes les parties, tout le monde ne veut que la paix au Mali. Nous continuons d’avoir de l’espoir pour le retour de la paix et de la réconciliation au Mali. Le comité de suivi de l’accord s’est réuni plusieurs fois et a pu adopter son règlement intérieur. Espérons qu’à partir de là, on pourra engager des mesures urgentes sur les plans sécuritaires (cantonnement, désarmement…), humanitaires et de réconciliation (retour des réfugiés notamment) ainsi que les actions de développement.

  42. Maliennes et maliens nous savons déjà ce qui est de cette paix au Mali, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Ce n’est pas compliquer de comprendre que tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.

  43. On fait la paix pour nous et pour la nation, comment est-ce que cette paix peut-elle connaitre des traînes ?
    Suivons les décisions du gouvernement et disons-nous que tous ce que nous faisons c’est pour le Mali.

  44. Quand même beaucoup ont été fait pour un retour prompt de la paix au Mali. Le gouvernement ne s’est jamais laisser faire. Nous sommes conscients de la bonne volonté du gouvernement pour le retour de la paix au Mali. La paix est un comportement, nous devons jouer ce comportement pour l’intérêt de la nation sans chercher quelque chose d’autre comme récompense.

  45. Les processus pour la paix et la réconciliation ne dépend toujours que de nous, il faut qu’on se dit que nous sommes prêt pour le MALI, sans aucune arrière-pensée.
    Comme le dit le président de la république lors de la signature de l’accord de paix du 20 juin à Bamako, “il n’y a pas de plus beau que le retour de la paix et de la réconciliation au Mali “.
    Donnons-nous la main pour faire la paix…

  46. Le gouvernement n’a jamais manqué à ses engagements, nous sommes conscient que des ennemis de ce pays qui se disent en accord avec le Mali rendent toujours difficile la mise en œuvre de la paix au Mali.
    Mais nous devons nous dire que cette paix ne viendra que de nous-même, que c’est de nos comportement, de nos façons de voir les choses et de nos façons de nous aimer entre nous.
    Nous avons tous dit la paix et rien que la paix nous satisfait.
    Vive la paix…

  47. Après la signature de l’Accord de paix, le 15 mai dernier, par le gouvernement et les groupes armés membres de la Plateforme, le Président IBK a tendu la main à la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) pour qu’elle accepte ce document, lui faisant confiance.
    De même, le Secrétaire Général de l’ONU et Paris ont multiplié les appels pour inviter la CMA à signer l’Accord de paix. Conséquence : Une ultime réunion a été convoquée par la médiation internationale à Alger, avec comme résultat deux documents, approuvés le 5 juin 2015 par le gouvernement malien, la CMA et la médiation.
    Le premier est intitulé: «Relevé de conclusions des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger». Il comprend 13 articles, lesquels rappellent les grands principes de l’Accord, avant de noter avec satisfaction l’engagement de la CMA à signer ce document le 20 juin 2015 à Bamako.
    Le second est appelé: «Arrangement sécuritaire pour une cessation des hostilités». Les parties se sont engagées à respecter le cessez-le-feu du 23 mai 2014, la déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 et la déclaration des parties au processus d’Alger du 19 février 2015.
    Ainsi, il était convenu que les éléments armés de la Plateforme se retirent de Ménaka et retournent à leur position initiale. Quant à la CMA, elle replie au-delà d’un rayon de 20 km autour de la localité de Ménaka. Les formes armées maliennes reprennent leur position antérieure à Ménaka et la MINUSMA s’occupe de la protection de la population civile.
    Voilà ce qui doit être effectivement fait avant le 20 juin, sinon la CMA pourrait bel et bien remettre en cause son engagement. Or la Plateforme refuse de s’exécuter. Il revient donc au gouvernement du Mali d’user de son influence auprès de la Plateforme afin de la convaincre de quitter Ménaka au nom de la paix. C’est difficile, mais pas impossible.
    Dans un processus de paix comme le nôtre, il faut toujours des sacrifices et de la patience? N’adoptons pas la même attitude que les ennemis de la paix et ne donnons pas à la CMA un alibi, un subterfuge, pour encore se détourner de l’Accord.
    La Plate forme, composée, on le sait, de véritables patriotes, doit faciliter le travail du gouvernement en lui permettant d’honorer ses engagements. Nous comprenons bien son orgueil, qui l’amène à vouloir rester à Ménaka. Cela n’apportera rien à l’avancée de la paix, pour laquelle elle s’est battue tout long du processus d’Alger. Le bout du tunnel n’est pas loin. Il faut un peu de patience, de courage, pour y arriver.
    La Plateforme doit donc quitter Ménaka, pour appuyer aujourd’hui plus qu’hier le processus de paix, car le statu quo n’arrange personne, surtout pas les refugiés, les populations du Nord et toutes celles du subissent les effets de la crise. Nous avons assez souffert!
    De grâce, permettez qu’il ait la paix, dont le chemin, on le sait, même après la signature par la CMA, restera semé d’embûches. Il faut désormais aller vite pour surmonter les obstacles, relever les défis, pacifier complètement le pays et, enfin, se donner la main pour la réconciliation nationale et le pardon dans la grandeur, comme le déclarait mon bien aimé grand frère, Me Harouna Toureh, lors de la signature de l’Accord de paix. Alors, que la Plateforme quitte Ménaka.

  48. Sans perdre de temps, l’ANICT a rapidement mobilisé les fonds, mis à la disposition de l’Assemblée régionale de Kidal, qui, à son tour, a choisi des entrepreneurs de la localité pour exécuter les travaux.
    C’est ainsi que l’ANICT, maitre d’œuvre, a initié une mission de visites sur le terrain, du 8 au 9 novembre 2015, pour constater de visu les réalisations en cours. Le Pr Akory Ag Iknane, DG de l’ANICT, accompagné du Président de l’Assemblée régionale de Kidal, Haminy Belco Maïga, a sillonné tous les sites concernés.
    Première étape, Anefif, située à 1 500 km de Bamako. Un groupe électrogène a été réceptionné et 15 poteaux d’éclairage public sont désormais fonctionnels sur l’avenue principale de la ville.
    Deuxième étape, Djounhane, une bourgade située à 50 km de Kidal. Là, le Centre de santé communautaire, le logement du médecin-chef et celui de la matrone ont été visités.

  49. Le second est appelé: «Arrangement sécuritaire pour une cessation des hostilités». Les parties se sont engagées à respecter le cessez-le-feu du 23 mai 2014, la déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 et la déclaration des parties au processus d’Alger du 19 février 2015.
    Ainsi, il était convenu que les éléments armés de la Plateforme se retirent de Ménaka et retournent à leur position initiale. Quant à la CMA, elle replie au-delà d’un rayon de 20 km autour de la localité de Ménaka. Les formes armées maliennes reprennent leur position antérieure à Ménaka et la MINUSMA s’occupe de la protection de la population civile.
    Voilà ce qui doit être effectivement fait avant le 20 juin, sinon la CMA pourrait bel et bien remettre en cause son engagement. Or la Plateforme refuse de s’exécuter. Il revient donc au gouvernement du Mali d’user de son influence auprès de la Plateforme afin de la convaincre de quitter Ménaka au nom de la paix. C’est difficile, mais pas impossible.
    Dans un processus de paix comme le nôtre, il faut toujours des sacrifices et de la patience? N’adoptons pas la même attitude que les ennemis de la paix et ne donnons pas à la CMA un alibi, un subterfuge, pour encore se détourner de l’Accord.

  50. De même, le Secrétaire Général de l’ONU et Paris ont multiplié les appels pour inviter la CMA à signer l’Accord de paix. Conséquence : Une ultime réunion a été convoquée par la médiation internationale à Alger, avec comme résultat deux documents, approuvés le 5 juin 2015 par le gouvernement malien, la CMA et la médiation.
    Le premier est intitulé: «Relevé de conclusions des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger». Il comprend 13 articles, lesquels rappellent les grands principes de l’Accord, avant de noter avec satisfaction l’engagement de la CMA à signer ce document le 20 juin 2015 à Bamako.

  51. Dans un processus de paix comme le nôtre, il faut toujours des sacrifices et de la patience? N’adoptons pas la même attitude que les ennemis de la paix et ne donnons pas à la CMA un alibi, un subterfuge, pour encore se détourner de l’Accord !!!

  52. Après la signature de l’Accord de paix, le 15 mai dernier, par le gouvernement et les groupes armés membres de la Plateforme, le Président IBK a tendu la main à la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) pour qu’elle accepte ce document, lui faisant confiance !!!

  53. La mise en œuvre de l’Accord doit s’accélérer, à commencer par le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (DDR). De nombreux projets de développement seront en route, après les 2 120 milliards mobilisés à Paris, dans le cadre de la conférence de l’OCDE.

  54. La paix est un long processus, il faut de la patience, de la compréhension, de la tolérance pour y parvenir. Les va-t-en guerre sont aujourd’hui dépassés. Les seules choses qui vaillent actuellement, ce sont bien le respect de l’Accord d’Alger et l’engagement des signataires dans sa mise en œuvre.

  55. Après la signature de l’Accord d’Alger, le 15 mai et le 20 juin 2015, des mesures ont été préconisées dans le cadre de la sécurité et de l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base dans le nord du Mali, notamment dans la région de Kidal.

  56. Le nord de notre pays doit être sécurisé, il doit l’être une coalition des différentes parties, que ça soit la Plateforme, la CMA et l’armée malienne !!! Ils doivent s’entendre sur un seul point afin que cela ne soit pas qu’un simple rêve, et que la paix revienne une bonne fois pour toutes !!!

  57. C’est tout à fait faux, pas mal de gens ont apprécié cet accord de paix. Néanmoins, tout le monde n’est pas obligé de l’accepter tel quel est. Quand même tout ce qui compte c’est le retour définitive de la paix sur toute l’étendue du territoire malien.

  58. L’application de l’accord d’Alger est la seule porte de sortie pour le Mali. Certes on a des hommes aguerri et qui sont prêts à mourir pour la cause du pays. Mais il faut reconnaitre que les équipements militaires sont insuffisants.

  59. 😳 😳 😳 😳 Le Mali est dans une situation assez délicate que seul un accord peut le sauver. Ce que vous oubliez, est le fait que dans une négociation tous les deux partis sont obligés de laisser certains de leurs avidités pour pouvoir s’entendre.

  60. L’application de l’accord de paix et de réconciliation est le souci primordial de nos gouvernants. Car cet accord prône le retour définitive de la paix, la cohésion sociale, la fraternité bref la réconciliation sera universel sur toute l’étendue du territoire malien.

  61. Ne perdons pas espoir, rien ne prouve que cet accord ne sera pas appliqué par nos dirigeants à la lettre. D’ailleurs, n’oublions pas que la France ainsi que d’autres bailleurs de fonds ont contribués ces derniers temps pour que cet accord puisse rentrer en vigueur dès les prochaines années.

  62. Vive l’accord de paix
    Vive la paix et la réconciliation
    Vive le Mali un et indivisible

  63. La paix n’est pas un vain mot mais un comportement comme le dit les sages. La CMA doit faire preuve de responsabilité et respecter ses engagement. Sinon le comportement de la CMA désavantage l’accord de paix de plus en plus, seul le gouvernement malien est de bonne foi dans la mise en œuvre de cet accord.

  64. Nous remarquons par les faits, que la CMA est de mauvaise foi dans le processus de paix. Si la CMA était vraiment pour la paix et la réconciliation, elle n’allait pas se donner à tous ses bêtises.

  65. Les rebelles de la CMA doivent savoir de ces genres de comportement n’est pas encourageant dans la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation. Nous avions déjà dépasser cette marche de démolition, plus encore pour des raison sordides.

  66. IBK est un homme de la paix, il incarne la paix et la réconciliation. Il a tout à accepter pour que l’accord puisse être signé, après la signature de l’accord plusieurs il a fait preuve de bonne foi dans le cadre de la mise en n’œuvre de du processus de l’accord de paix et de réconciliation. Les autres partie en particulier doivent faire preuve de bonne foi et responsabilité, ils doivent respecter leurs engagement pour que le pays enfin retrouver la paix et la sécurité durable.

  67. Si c'était le gouvernement qui avait violé l'accord de paix, les sanctions n'allaient pas tarder à tomber. Mais comme c'est la partie signataire bénéficiant d'un traitement de faveur, on n'entend pas un seul de la communauté internationale.

  68. L’accord de paix a été signer pour stopper aussi les démolition alors pourquoi la CMA continue toujours les démolitions. Ils n’ont pas le droit de détruire les administration de notre gouvernement au risque de mettre la véracité de l’accord en cause.

  69. La CMA doit rester ses engagements et stopper les tout cela. Ce n’est pas ainsi qu’on pourra parler d’accord si les rebelles de la CMA continue de démolir les administration de l’Etat. Le respect des autres signataire est aussi important en particulier l’Etat.

  70. La CMA vient de causer des dommages au peuple malien avec la démolition des bâtiments administratifs. Tout cela pour retarder le retour des services de l’État dans cette localité. Si la communauté internationale a toujours des mots pour qualifier les actes du gouvernement pour des violation de l’accord, je ne sais comment va t-elle qualifier cette démolition? Il faut que des sanctions soient prises contre cette coordination.

  71. L’accord issu du processus d’Alger du 20 juin est un accord favorable à tous les différentes parties de cet accord. La CMA doit faire preuve de bonne foi et de bonne foi et mener bien sa part de responsabilité dans la mise en œuvre du processus de paix.

  72. Si la CMA ne fait pas attention à ce qu’elle fait dans ce processus de paix et de réconciliation nationale, elle risque de tout mettre à zéro. Une chose est claire, le Mali n’est pas divisé. De Kayes à Kidal, c’est le seul Etat et la seule constitution, celle du 25 février 1992.

  73. Parmi toutes les parties signataires de l’accord, à savoir le gouvernement malien, la CMA et la Plate-forme dont le GATIA fait partie, seule la CMA est de mauvaise foi. La preuve est qu’après la signature elle devrait procéder à la libération de certains prisonniers maliens non impliqués dans des crimes de guerre et autres crimes. Aujourd’hui (encore) elle démolit des bâtiments administratifs construits à des coûts de millions.

  74. La paix sur le papier n’est pas forcement la paix sur le terrain. Certes, IBK et son gouvernement sont conscients de cela, mais l’accord la mise en application rencontre des difficultés ardentes mais pas insurmontables. Les différents acteurs doivent se faire confiance, le gouvernement est déterminé pour le en œuvre effective de l’accord de paix et de réconciliation. ➡ ➡ ➡

  75. Pour que l’accord d’Alger soit précurseur de paix et de sécurité au Mali, il faut que la Coordination des Mouvements de l’AZAWAD fasse preuve de vouloir parvenir avec les autres parties à la paix. Depuis qu’elle a signé l’accord le 20 juin dernier, elle ne fait que violer celui-ci.

  76. ➡ Comme on le dit si bien la paix n’est pas un vain mot mais plutôt un comportement. Que les rebelles de la CMA arrête de se produire aux scènes de mauvaise foi. Ce n’est pas ainsi que le Mali retrouvera la paix. ➡

  77. Pourquoi la CMA n’est-elle pas jusqu’à présent de bonne volonté pour l’application à la lettre de l’accord ? Une question qui mérite d’être posée.

  78. Cette démolition indexe plus ou moins l'accord de paix issu du processus d'Alger. Les rebelles de CMA doivent mettre fin à toute ces calamités. La paix n'est pas un vain mot plutôt un comportement.

  79. La CMA n’affiche pas sa volonté d’être cantonnée et intégrée les FAMA. Voilà pourquoi elle n’a pas accepté les agents du DDR. Cette coordination est liée par l’accord d’Alger qu’elle a parachevé à Bamako le 20 juin 2015. Elle ne peut pas se permettre d’inculper le gouvernement qui ne ménage aucun effort contrairement aux groupes armés de ce mouvement. Et aujourd’hui encore elle se met à démolir les bâtiments administratifs pour le simple plaisir de le faire.

  80. La coordination des mouvements armés de l’Azawad a eu tort de démolir les bâtiments administratifs dans la région de Kidal. Le processus de paix étant en cours va commettre une lenteur considérable. Le dernier mot revient à tous les acteurs de la paix au Mali, à commencer par la communauté internationale.

  81. Finalement, je ne comprend plus rien dans le processus de paix au Mali. Un accord de paix a été signé. Cet accord interdit toute démolition de bâtiments administratifs de l’État malien qui est censé exercer son autorité sur toute l’étendue du territoire national.

  82. Cette situation risque de mettre en cause le processus de paix. LA communauté internationale ne doit rester passive face à ces actes de la CMA. Toutes les mesures doivent être prises pour que cela cesse immédiatement.

  83. Depuis que l’accord de paix a été signé, c’est seulement la coordination des mouvements armés de l’Azawad qui est toujours à la baguette de violation du traité de paix. Si la communauté internationale ne s’assume, les autorités maliennes font agir face à ces dégâts.

  84. Croire que cet accord va nous apporter la paix est une pure illusion et pure naivêté, on va l'apprendre à nos dépends tôt ou tard. Cet accord est un axe de la vision géostratégique d'une puissance hégémonique sur notre pays. Il déstabilise plus le Mali qu'il ne le stabilise. Rien n'est encore perdu la solution passe par jouer nos propres cartes, à mettre en avant notre agenda à nous en conformité avec nos intêrets, ensuite mobiliser le peuple Malien.

  85. Quelle violation de quel accord ? Ceux qui ont signé l’accord ne sont pas ceux qui démolissent, eux aussi ne sont pas ceux qui nous tuent tous les jours. Ce qui se passe maintenant à Kidal est tout à fait normal, ce n’est que la suite logique de notre option. Avant de faire le choix de cajoler les criminels avec des milliards et des postes nominatifs comme solution pour mettre fin à la rébellion, il fallait s’assurer qu’il y a un poste de Ministre, d’Ambassadeur ou de PDG pour tous ceux qui peuvent porter une arme 💡 💡 💡

Comments are closed.