Lettre à mon oncle Bass : Cher oncle, Nangadef !

0

De ta dernière lettre, je n’ai essentiellement retenu que ce conseil que tu me prodigues : « prend les choses avec philosophie, petit Ablo. La vie ici-bas ne vaut rien. Poussière tu es, poussière, nous sommes tous ».

J’avoue cher oncle, que tu me surprends fort parce que tu dis là. Mais, je suis sûr que tu n’as pas perçu à travers ta philosophie que tu invites les désespérés à se suicider. Ce qui y est pourtant évident.  Walahi, bilahi, je jure !

Je veux aussi te préciser que je prends effectivement les choses avec philosophie car, autrement, sans argent, sans emploi et sans aucune certitude du lendemain, je me serais, depuis fort longtemps « auto assassiné ». Walahi, bilahi, je jure !

Aussi, la « vie ici-bas » est bel et bien tout et vaut tout.

D’ailleurs, même la mort vaut quelque chose, car elle a l’avantage d’abréger définitivement nos souffrances et surtout d’établir une vraie équité entre tous les êtres humains, animal et même végétal.

Eh oui, cher Bass, que l’on soit petit ou grand, pauvre ou riche, malade ou sain, ministre ou vendeur de salade, cafre ou musulman, tôt ou tard, la mort vous foudroyera.

Poussière, je serai certes un jour, mais tant que je conserverai ma misérable carcasse (Alhamdoulilahi, c’est encore le cas), je serai tout simplement Ablo et peut être bien… Malien de l’extérieur sur la terre de « nos  ancêtres les Gaulois ». Ah la France, je t’adore !

Ne m’en veux point, cher tonton pour ce que je dis là, mais, c’est ça qui est ça ! Walaï, Bilaï, je jure !

A présent, je t’informe qu’effectivement, grand-mère et toute la troupe familiale se portent bien… Puisque, personne n’est encore devenu… poussière. Et, en famille, à l’instar de la communauté internationale (musulmane), nombre de maliens  observent depuis le 6 mai dernier le jeûne.

A propos, bonne nouvelle : à l’occasion du mois béni du Ramadan, un très riche opérateur économique (que l’on dit être également un grand corrupteur) a procédé la semaine à une distribution de vivres à  quelques familles de Famtambougou-Bamako.

C’est ainsi que nous (la troupe familiale) avons réceptionné 15 kg de  riz, 10 kg de sucre et 4 litres d’huile. Alhamdoulilahi !

La marmite familiale ne sera donc pas en ‘’jachère’’ pendant 3 jours.

C’est vrai que tout cela est éphémère (hélas), mais, toi-même tu sais, pour nous les “en bas”, seule importe l’assurance de la bouffe du jour. walahi, Bilahi, je jure !

Qu’à cela ne tienne, nous disons merci à Dieu, de nous (les Maliens d’en bas) donner cette force morale de ne devoir nous prosterner devant aucun mortel pour reconnaissance de services rendus ou pour une quelconque recherche de strapontins, d’avantages alimentaires ou encore de protection autre que celle de Dieu, le Seul qui est à même de sauver les’’ certaines choses’’ des nageurs.

Eh oui, oncle Bass, respirer la misère, bouffer  la poussière et n’avoir à manger qu’une fois tous les 3 jours, ont aussi l’avantage de maintenir intacte, une grosse portion de notre dignité. Celle-là même que certains Maliens d’en haut, ces riches de la 25ème heure, ces arrivistes sans vergogne, ces implacables voleurs de la République sont obligés de piétiner, aux seules fins de conserver les privilèges et les biens mal acquis.

Walahi, bilahi je jure tonton, les vampires peuvent toujours attendre… Ils finiront bien, tôt ou tard, tard ou tôt, par être exposés dans les vitrines de la honte et être arrosés de nos crachats.

Aussi, concernant ce mois de carême, nous les Maliens d’en bas n’avons de soucis aucun. Et pour cause.

A jeûn, nous sommes du 1er Janvier au 31 décembre de chaque année.

De là à dire que nous y sommes habitués, n’est que pur mensonge car, personne ne s’habitue à vivre dans à la misère. Ceci, je le dis aussi à tous ces prêcheurs aux ventres dodus, à la nuque bien grasse, qui n’arrêtent de nous pomper l’air sur les chaînes de TV nationale qu’ils se sont appropriées depuis lundi dernier.

Innadilahi ! Figure-toi, oncle Bass, qu’un de ces prêcheurs en est même venu à la déduction suivante : « le jeûne a la vertu de créer chez les riches et autres nantis, un sentiment de compassion pour les pauvres. Car les riches qui observent le carême comprendront ce que valent la faim et la soif ». N’importe quoi !

Comment, cher oncle, celui-là qui, réveillé de son lit moelleux, dans cette chambre au luxe insolent, se tape au « Suguri » 2 poulets rôtis, 3 litres de lait frais, une bouteille d’eau minérale bien frappée, (avant de se rendre dans son bureau climatisé), peut-il, lui, connaître et comprendre l’épreuve de la faim et de la soif ?

Comment, ce nouveau riche qui ne médite que sur les voies et moyens de devenir encore plus riche, peut-il connaître et comprendre les souffrances de ce pauvre diable qui n’arrive pas à fermer l’œil de la nuit, parce que n’ayant même pas de quoi assurer un seul repas du lendemain à sa famille ? Bref ! Je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur ces histoires.

Celui qui croit en Dieu, qu’il y croit, celui qui n’y croit pas, qu’il n’y croit pas. Un point, un trait. Je le dis pian ! Parce que c’est ça qui est ça ! 

Enfin tonton, je t’informe (si cela peut t’intéresser) que Mr Boubou a constitué son nouveau gouvernement la semaine dernière.

Sur les 38 membres, il n’y a que 17 nouveaux. Bof ! Anciens ou nouveaux, c’est du pareil au même. Alors s’en fout !

A lundi prochain, Inchallah

Par ton petit Ablo, bientôt à Paris !

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here