Lettre ouverte : A S. E. M. Ibrahim Boubacar Kéita, président de la République du Mali : “Méfiez-vous des tissus de mensonges qu’on vous soumet comme rapports”

30

Monsieur le président de la République, je me permets aujourd’hui de m’adresser à vous sans vous prendre à partie et avec le plus grand respect dû à votre statut de chef de l’Etat.

Je me permets de m’adresser ainsi à vous parce que je me soucie de votre réussite à la tête de mon pays. Je me soucie de votre réussite non pas parce que je suis l’un des 77,6 % des Maliens qui vous ont apporté leurs voix en 2013, mais aussi et surtout parce qu’aucun Malien n’a aujourd’hui intérêt à ce que ce vous échouez dans l’accomplissement de votre lourde et noble mission.

Je me soucie de votre réussite parce que votre échec marquerait un périlleux retour à la case-départ pour le Mali, une nation meurtrie et qui est au cœur de toutes les menaces et de toutes les convoitises extérieures.

Malheureusement, des décisions comme l’éviction du fauteuil de PDG de la CMDT de M. Kalfa Sanogo, sont très inquiétantes. Elles inquiètent parce qu’elles brisent l’espoir suscité par votre élection à la magistrature suprême de notre pays et vous éloignent de la satisfaction des attentes des Maliens.

Monsieur le président, vous prenez des décisions erronées, car la plupart des rapports qui sont déposés sur votre bureau sont des tissus de mensonges. En réalité, ceux qui veulent votre réussite sont débarqués et ceux qui plombent votre mandat maintenus à leurs postes, voire promus à des responsabilités encore plus importantes.

Ma conviction est que vous êtes entouré par des gens dont la majorité a intérêt à vous cacher la vérité, de vous cacher tout ! Vous l’avez vous-mêmes reconnu récemment à Bla en reconnaissant qu’on vous a menti ! Et on continue à vous mentir !

Votre Excellence, le mensonge est encore plus profond que vous ne l’imaginer. La trahison est plus large que vous ne le pensez.

Monsieur le président de la République, si vous voulez réellement entrer dans l’Histoire du Mali par un mandat inoubliable en termes de réalisations et de satisfaction des fortes attentes du peuple malien, vous devez vous méfiez de ces personnes qui vous induisent en erreur, qui vous flattent d’illusions pour se débarrasser de ceux qui les gênent dans leurs basses besognes.

L’éviction controversée du procureur général Daniel Amagouin Tessougué et de Kalfa Sanogo de la Compagnie malienne du développement des textiles (CMDT) en est la parfaite illustration.

Sur ce dernier cas, permettez-moi, Monsieur le président de la République, de vous faire le “bilan de santé” de la CMDT de janvier 2014 à décembre 2015, c’est-à-dire pendant les deux campagnes qui se sont déroulées sous la direction de Kalfa Sanogo.

 

Au niveau de la production agricole : Plafonnant à 449 000 tonnes de coton depuis 10 ans, la production est passée à 548 695 tonnes dès sa première campagne (2014-2015), soit 25 % d’augmentation en une campagne. Et cela par rapport à celle de 2013-2014 qui était de 440 000 tonnes.

C’est la meilleure production des 10 précédentes campagnes et la 3e depuis la création de la CMDT. Et cela parce que le rendement à l’hectare est passé de 916 kg/ha à 1,017 tonne/ha. Avec près de 550 326 tonnes en 2015-2016, pour sa 2e campagne agricole, Kalfa a réalisé de facto la 3e plus grande production de l’histoire de la CMDT et celle de 2014-2015 prend la 4e place.

Quant à la production céréalière, elle est passée de 1 650 000 tonnes (2013-2014) à 1 965 000 tonnes (2015-2016) avec un excédent qui passe de 300 000 à 700 000 tonnes pour le reste du pays (hors zone cotonnière). Pendant les deux campagnes gérées par Kalfa Sanogo, tout le coton pris aux mains des cotonculteurs a été intégralement payé et ce, au plus tard 2 semaines après l’enlèvement.

L’égrenage : Le rythme d’égrenage a dépassé les 4000 tonnes/jour. Une première depuis 1998. Les usines ont tenu très bon et ce avec le maximum d’économie de pièces de rechange (près de 2 milliards de F CFA). Excusez du peu !

La commercialisation : En avril 2015, le coton malien a été reconnu comme la meilleure en Afrique à la cotation de Liverpool. Grâce donc à cette amélioration qualitative et au dynamisme de l’équipe commerciale, le coton malien s’est très bien vendu, malgré un cours mondial très bas.

A titre de comparaison, en novembre dernier, pendant que les ports d’Abidjan et de San Pedro (Côte d’Ivoire) s’apprêtaient à recevoir notre production de cette campagne, des stocks importants de coton de la campagne passée du Burkina et de la Côte d’Ivoire engorgeaient encore les magasins que Bolloré comptait mettre à notre disposition.

Les résultats financiers : 14 milliards de bénéfice net au 31 décembre 2014 contre 8 milliards au 31 décembre 2013, soit 75 % d’augmentation du bénéfice en un an !

C’est la prouesse financière réalisée par le PDG Kalfa Sanogo. Les résultats prévisionnels au 31 décembre 2015 confirment et confortent cette tendance, car la trésorerie est toujours au “vert”, donc très bonne.

Ainsi, au 5 janvier 2016, le solde net au niveau de nos comptes en banque cumule 25,118 milliards de F CFA, exclusivement constitué de fonds propres. C’est dire que les réformes courageuses, voire audacieuses entreprises par M. Sanogo ont été efficaces et commençaient à porter leurs fruits.

Création d’emplois : Monsieur le président de la République, nous sommes convaincus que la lutte contre le chômage est une priorité absolue pour vous, car permettant de combattre la pauvreté. Ce combat est l’une des attentes les plus fortes des Maliens vis-à-vis de votre mandat.

Nous vous rappelons que 443 emplois permanents ont été créés par la CMDT en 2 ans.

La contribution au budget national : En impôt direct, plus de 30 milliards versés au Trésor public par la compagnie pour au moins 50 milliards en taxes et impôts indirects. En avançant plus de 13 milliards sur les impôts de l’exercice 2016, à la demande du ministère de l’Economie et des Finances, la CMDT a contribué énormément à sauver le programme avec le FMI et la Banque mondiale en 2015.

Le directeur général des impôts, M. Dienta, ne nous démentira pas. Mais, nous savons que cela n’a jamais été porté à votre attention par le ministre de l’Economie et des Finances.

Des travailleurs satisfaits et motivés : Monsieur le président de la République, pour vous rassurer que ces performances n’ont pas été obtenues en sacrifiant les travailleurs de la Compagnie, voici quelques points saillants de la présentation de vœux du syndicat à Monsieur Kalfa Sanogo le 5 janvier 2016. Ils ont tenu à lui rendre “un hommage mérité” pour les deux ans passés à la tête de leur entreprise.

Les travailleurs ont notamment salué une augmentation de 5 % des salaires, la suppression de la demi-journée de déplacement, le paiement des frais de mission au départ, le paiement des avances de carburant sur 5 ans à un taux de 40 %, le paiement des motos hors encadrement, le plaidoyer pour l’annulation de 200 millions de F CFA auprès du conseil d’administration en faveur du fonds social, la réhabilitation des centres saisonniers avec la reprise de la formation continue de l’encadrement…

Sans compter la rénovation des usines, le renouvellement du parc autos (camions et véhicules de tournées).

“Sur le plan du renforcement du personnel, nous retiendrons de vous la réhabilitation de près de 200 saisonniers. Un fait historique jamais fait à la CMDT”, a déclaré Issa Finéré Dembélé, secrétaire général du syndicat et porte-parole des travailleurs de la CMDT.

Dans sa présentation, le secrétaire général du syndicat a aussi salué “la création d’un cadre de concertation formelle entre la direction et le syndicat qui nous a permis d’évoluer dans la prise en compte de nos revendications”.

Le responsable syndical a assuré que “la combinaison de ces différents facteurs a permis de réaliser une augmentation significative de la production et de la productivité avec une bonne qualité de coton fibres”.

De prometteuses perspectives : Monsieur le président de la République, les perspectives n’ont jamais été aussi prometteuses pour la CMDT depuis plusieurs décennies.

La Compagnie amorçait une dynamique nouvelle avec la construction, en 2016, de l’usine d’égrenage de Kadiolo (région de Sikasso) et le démarrage des travaux de celle de Kimparana (San, région de Ségou).

Mieux, la récupération et la remise en état de l’Huilerie cotonnière du Mali (Huicoma) était en très bonne voie. Ce qui allait favoriser la création d’au moins 1500 emplois à Koulikoro, Koutiala et Kita. Sans compter l’impact positif sur le secteur de l’élevage (aliment bétail de qualité et à moindre coût) et l’autonomisation des femmes avec la rentabilité de leurs savonneries.

Voilà Monsieur le président de la République, sans avoir été très exhaustif, le bilan ou le rapport qu’on aurait dû vous soumettre afin de vous permettre réellement de prendre une décision en connaissance de cause.

En tout cas, à notre humble avis, si un tel manager n’est pas félicité et promu pour avoir réalisé une telle performance en si peu de temps, il ne mérite pas d’être évincé de son poste.

On devait, si la bonne gouvernance est réellement une aspiration politique dans notre pays, lui permettre d’aller au bout de ses réformes. Des mesures qui dérangent plus d’un, mais qui sont indispensables pour rentabiliser la filière coton. Pour en faire “l’Or blanc” aussi bien pour les vrais cotonculteurs que pour l’économie malienne !

Recevez, Votre Excellence, mes meilleurs et sincères vœux de réussite dans votre lourde mission.

Vivement que 2016 soit l’année de la paix et de la stabilité pour notre pays, le Mali !

Que cette année soit pour le Mali et pour les Maliens le bout du long tunnel dans lequel notre pays est plongé depuis 2012 !

Vive le Mali un et indivisible !

Camara Fousseyni

(Paris, France)

 

PARTAGER

30 COMMENTAIRES

  1. La Bonne gouvernance, d’autres parlent de bonne gouvernance sans savoir exactement de quoi il s’agit, nous avons l’habitude de jeter la petite des fautes de nos quartier sur le président de la république en oubliant que chaque maliens fait partie de cette interpellation de bonne gouvernance.

  2. Nous restons convaincu que la lutte contre le chômage et la corruption restes les combats personnelle de notre président, nous devions garder confiance en lui et lui apporter tous nos soutiens pour la meilleur réussite de ses combats.

    • Tu es bien le seul Mama, car tous les maliens savent que IBK n’est pas celui qui va nous débarrasser de la corruption: il est la corruption

  3. 😉 😉 😉 Le Mali est un pays béni, le bateau peut beau tanguer mais ne chavira jamais. Unissons nos forces et aidons dirigeants à relever le défis. Critiquer les dirigeants ne va rien changé à la situation du pays au contraire c’est une perte de temps. 😳 😳 😳 😳 Personne n’est parfait pour cela laissons nos rancunes à cotés et mettons-nous au travail pour un Malikura. 😆 😆 😆 😆 😆

  4. La faille nous en commettons tous dans la vie, mais parlant du chef de l’Etat. Il doit y avoir des limites à toutes choses. Le président de la République doit chercher les voies et moyens d’être au courant de toutes les réalités de son pays. c’est bien qu’IBK ait pensé à cela.

  5. Je suis d’accord avec cette idéologie, en tant que chef de l’Etat, on doit toujours chercher au plus profond de nos compatriotes. C’est-à-dire être au courant de tous les souffrances qu’ils endurent.

  6. Il se pourrait que les rapports livrés au président de la République ne disent pas la vérité. C’est fort possible qu’on lui fasse croire à d’autres choses qui n’ont rien à avoir avec la réalité. Sinon le pays va mal.

  7. S’il y’a quelqu’un qui doit se soucier de l’avenir du Mali, c’est bien sur le président IBK. Malgré les nombreux obstacles qui s’opposent, il est de son devoir de faire tout son possible pour le maintien de la stabilité de notre pays et ce sur tous les plans.

  8. 😉 😉 😉 😉 Les promesses d’IBK ne resterons pas vaines, il a encore tout le temps qu’il faut pour combler les attentes de son peuple. Deux ans et demi n’est pas cinq ans, or il est élu pour passer cinq années au pouvoir. Alors, gardons notre confiance et notre soutien à lui, rien n’est perdu.

  9. Nous apprécions le président de la république, c’est nous qui lui avons choisie pour la bonne gestion de ce pays. IBK est certes l’homme qu’il faut, mais l’encourage du président n’est pas celui qu’il faut pour le bon déroulement de la gestion de l’Etat.
    Vive le président et bon vent à sa gestion.

  10. Ces journalistes de con ne vont jamais nous laisser tranquille dans ce pays, ils sont toujours là à envenimer les situations et à dire du n’importe quoi !!!

  11. Nous n’avons absolument pas besoin de vos conneries en ce moment précis, la population n’a pas besoin d’être plus agitée que cela !!! Donc s’il vous plait, gardez vos remarques pour vous même !!!

  12. Laissez-nous tranquille avec les bêtises qui vous servent d’article, trouvez-vous une autre occupation et laissez le journalisme, ce n’est pas votre métier mon cher !!!

  13. Nous sommes désolés pour le PDG de la CMDT Kalfa Sanogo, mais nous pensons que c’est qui est mieux pour l’intérêt de notre pays. Le président IBK et son PM veulent tout simplement apporter une nouvelle touche à ce département pour qu’elle reprenne de l’envol.

  14. Si le PDG de la CMDT n’a su prendre des décisions quand il le faut et comme il le faut, le président de la république et son PM Modibo Keïta ont des comptes à rendre à leur population alors, ils sont obligé de prendre des décisions fermes quand il le faux.

  15. Je pense qu’IBK et son PM ont effectivement raison, si le PDG de la CMDT ne joue pas pleinement son rôle comme il se doit mieux faut le limoger, alors que ce secteur depuis un certain temps est vraiment dans un calvaire totale à cause du problème de l’engrais frelaté et d’autre s’ajoute encore. Le PDG n’a su relever tant attendue.

  16. IBK est conscient des preuves de Kalfa dans la CMDT. Les résultats du responsable en ces derniers temps étaient de plus en plus restreinte alors IBK a pris le taureau par les cornes.

  17. Certes dans le passé l’ancien PDG de la CMDT kalfa Sanogo a réalisé des résultats salutaires dans sa compagnie et toutes les hautes autorités lui sont reconnaissantes. Mais dans la gestion d’un pays un responsable doit savoir quand ça ne va plus et prendre des décisions plus ou moins difficiles.

  18. Ibrahim Boubacar Keïta est mal entouré. Son entourage semble avoir oublié sa mission. Vu les propos rassurants qu’on lui raconte à la longueur de journée et la situation misérable que vive les habitants de Bla, il ne saurait rester tranquille tant que rien ne soit fait pour mettre fin à cette situation.

  19. Les hommes politiques maliens on fait en sorte que, à travers leur comportement, nul ne doit leur faire confiance. IBK doit faire en sorte que ces hommes soient tous capable de lui dire le minimum de vérités qu’il attend d’eux. Ce n’est pas du tout bon de mentir un président, surtout lorsqu’on est dans son camp.

  20. Je ne m’attendais pas à ce que le président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta prenne une telle décision contre le PDG de la CMDT, Kalifa Traoré. Mais je le comprends parfaitement. Ce n’est pas parce que Kalifa n’était bien. Non, c’est parce qu’il a négligé les liens de la CMD avec les producteurs de cotons.

  21. Les trois hommes, à savoir Kalifat Traoré, Bocary Treta et Bakary Togola étaient vraiment solidaires les uns envers les autres. On ne pouvait pas imaginé un jour qu’il allait se séparer ainsi. A deux jours seulement après le mariage de sa fille, Kalifa a été limogé de son poste de PDG de la CMDT et remplacé par Modibo Koné. C’est vraiment décevant.

  22. Selon certaines sources d’informations, il est fort probable qu’il y ait des engrais frelatés au Mali. Et une commission ad-hoc a été mise en place pour enquêter sur cette affaire Mais ce que je demande aux maliens intéressés par cette affaire, c’est de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Le PDG du département du coton vient d’être limogé. Cela prouve que cette affaire fait objet d’enquête.

  23. Au moment où une commission ad-hoc est en train d’enquêter sur la présence des engrais dits frelatés et les coupable du scandale, certaines personnes n’ont pas jusqu’à présent pu passer à autre chose. Les critiques des journalistes ont été à la base de limogeage de Kalifa Traoré.

  24. Le scandale des engrais hors norme dépasse la compréhension humaine. Les éventuelles conséquences sont néfastes. Tous les paysans sont soucieux de la campagne agricole 2015-2016. Mais le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour rattraper le manque. Malgré tout cela je ne pense pas que le PDG devrait être limogé sans préavis ni rien.

  25. Camara Fousseyni, comme tu l'as dis toi-même, tu es soucié de ton pays, le Mali. Raison pour laquelle, n'étant pas ceux qui l'ont porté à la magistrature suprême du pays avec plus de 77% des scrutins, tu veux qu'IBK réussisse sa lourde responsabilité. Et c'est d'ailleurs ce qui motive ta lettre ouverte. Je suis contente pour cette initiative. Mais s'agissant des évictions du procurerur général près la Cour d'Appel de Bamako, Daniel Amagouin Tessougué et du président directeur général de la CMDT, Kalifa Sanogo, je m'en vais te dire qu'il n'y a jamais de fumée sans coup de feu. Si ces deux personnes ont été évincées de leurs postes c'est parce que des défaillances ont été constatées. Je ne vois pas de problème à cela.

  26. De grâce arrêtez de matraquage médiatique pour Kalifa. Il mérite que son sort et des PDG ont été enlevés avant lui. la CMDT n’est pas venue avec les bagages de mariage de sa mère. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

Comments are closed.